Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

13/07/2018

Le parc oriental de Maulévrier

Le parc oriental de Maulévrier

Un espace éminent en l’ère de la vie
l’équilibre du temps au symbole oriental
La Moine fait silence et coule à l’embellie
tout est consolateur en ce parc ancestral

Un tableau japonais lié à la nature
d’un promenoir Edo miroir du paradis
ici tout est kami, le soleil et l’eau pure
du cadre smaragdin à l’univers conquis

La pousse du bambou entre ciel et la terre
l'emblématique pin suprême persistant
prunus, saule et hêtre...végétaux du parterre
un lieu sacralisé, le temple s’y encrant

Fascinante attraction sous le fait d’un génie
Masutā en son art, digne d’admiration
un maître du parfait dans l’étendue régie
Alexandre Marcel merci de votre action

Gerard ‘’Artal’’ Hartalrich

Poème et photo protégés
Photo Chris

Le parc oriental de Maulévrier,Maulévrier,Japonais,Alexandre Marcel,GH.Artal,poèmes de Artal,Hartalrich,Cersay,Val en Vignes,

 

 

05/07/2018

‘’Au miroir de ma vie. 4’’

‘’Au miroir de ma vie 4’’

J’ai la vue sur ma branche, tant de feuilles sont tombées, il en reste si peu. Je n’éprouve aucun repentir où d’aucunes de la ramée ne sauraient entraver cet éveil énergisant sur ces rivages du temps me restant à parcourir. Rassemblant mes forces pour traverser de mon intervalle circulaire jusqu’au repos à l’éternité, mes aveux funèbres détachés de la sphère des impulsions viendront déflorer ces pages innocentes. Je discerne les apparences du réel afin de fixer l’abstraction.
Tout est déjà écrit.
GH.Artal (Cersay – Val en Vignes juillet 2018)

A suivre

 

02/07/2018

‘’ Au miroir de ma vie 3’’

 ‘’ Au miroir de ma vie 3’’

A l’assemblage d'un vers mesuré je confesserai le fond de ma pensée sans refréner mes élans. A chacun de se déployer librement, c'est ce que je m'oblige... au monde présent je suis inadapté. j'ai beau voyager, découvrir la beauté dans mes contemplations, je reste ce libertin nanti-social que certains diront de moi alors que la condition urbanisée a cessé d’attirer mon regard.
Je reste tout de même sensible au conditionnement poétique.
Bonnes vacances à la poésie, la non poésie et l'anti-poésie et à tous ceux qui s'y accordent.
Je vous dis à très bientôt.

GH.Artal (Cersay – Val en Vignes juillet 2018)

 

 

26/06/2018

L’Esculape m’a dit...

L’Esculape m’a dit...
Que Dieu fasse qu’il te reste quelque souffle afin ventiler la nuit éternelle à des années lumière sur toi. Mourir immortel, il est là ton avenir poète.

GH.Artal (Cersay le 24 juin 2018)

 

 

24/06/2018

Mortel, immortel

Mortel, immortel
l’aède transcrit
Vivre et mourir tel
tel un bel écrit

GH.Artal  (Cersay le 24/06/2018)

 

 

18:25 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0)

16/06/2018

La Dame de Bourgenay

La Dame de Bourgenay
 
Générer le naufrage ou fortune de mer
Mais Dieu l’a t-il requis en signifiant le geste
par devant le saint lieu sur un haut-fond amer
d’une nuit au vent noir que la légende atteste...
 
Sous les assauts constants du seigneur des enfers
à l’extrême un esquif fut porté à sa ruine
 
Gérard ''Artal'' Hartalrich.
Cersay - Val en Vignes (fév. 2018)
 
La suite de ce poème est à découvrir prochainement dans un recueil à venir.
Dans l’attente vous pourrez vous procurer mon dernier recueil sorti
‘’Vers d’Ouest’’ par le lien ci-dessous

10/06/2018

Les soupirs du silence.

Pour remercier ceux de mes lecteurs transportés par l’acquisition de mes recueils, je leur dépose ce dernier poème.

Les soupirs du silence.

je jouis aisément au débit de mes vers.
sensible à ce qui germe en rimes délectables
absent du temps sonné à l’heure des convers
j’aspire être poète aux règles mesurables

Tout portant ma pensée déliée de l’écrit
dispos pourvoir aux fins d’asservir le poème
en fond d’intimité d’un couchant qui nourrit
les soupirs du silence à ces mots que l’on sème.

Fusion des nuances se forment les accords
la mélodie naissante au bonheur de l’aède
après tant de sanglots, de peines et remords
pour venir m’enivrer certifiant le remède.

L’épreuve a fait ma vie, déboires et dépit
sans perdre le repaire en solitude noire
tout épuisé d’orgueil mais de bon acabit
l’appel à vocation à verni l’écritoire.

Gérard ‘’Artal’’ Hartalrich
Cersay – Val en Vignes juin 2018
Poème protégé

 

Les soupirs du silence,convers,l'écritoire,Hartalrich,GH.Artal,poèmes,poésie,Cersay,Val en Vignes

 

 

 

07/06/2018

lune de miel

sous les voûtes acoustiques
siègent nos sensations intimes
classique polyphonie
s’enorgueillit la lune de miel


Gerard ‘Artal’ Hartalrich Juin 2018

 

 

 

 

06/06/2018

Au gré de ma nuit

Au gré de ma nuit

Ambitieuse espérance en mon âme bondée
A l'ondine exaltée j'offre mes illusions
Et la pure Psyché ne cesse inapaisée
Quémander l'unité le produit des visions

Je m'apprête à fumer les senteurs herbacées
D'une nuit résineuse à travers sa touffeur
Au bon gré du calmant de mes graines semées
Là où l'Auster fait front au mystère intérieur

Sans dune mon soleil un songe qui m'assiège
S'envide et se renvide en un filet du temps
Où ne suis qu'instrument d'une muse qui siège
En étoile du ciel qui luit depuis longtemps

Les astres effrénés spéculent despotiques
Étincelants d’orgueil lunules de la star
Je fume un dernier vers au dynaste des piques
Qu'excite la splendeur abreuvée de nectar

Je porte à bout de bras le poids de la contrainte
Parure du pennon l'emprunt au chant sacré
Asservi je fléchis au gouffre de la crainte
Tout bravant mes défauts ne suis qu'un inspiré.

GH. Artal (juin 2012)

de Provence à Cersay - Val en Vignes

 

 

 

 

24/05/2018

Au miroir de ma vie 2

Suite de ‘’ Au miroir de ma vie’’

Fini l'effroi du venin de l’aspic . Après des années à observer le reptile avec attention, il ne m’a jamais motivé pour le moindre quatrain. Je lui ai préféré la nature et les verts paysages à son repère. Je lui ai préféré des hectares de passion à sa langue de vipère

A la distance du rampant qui déchoit

je jouis aisément au débit de mes vers.
sensible à ce qui germe en rimes délectables
absent du temps sonné à l’heure des convers
j’aspire être poète aux règles mesurables.

Gérard ''Artal'' Hartalrich
Cersay - Val en Vignes - mai 2018

A suivre

 

 

 

 

21/05/2018

Promenade poétique

Suite de ‘’ Au miroir de ma vie’’

Promenade poétique

Sur l’herbe verte, là où broute le mouton
il me faut cheminer d’un petit pas occulte
au risque piétiner toute la création
et fouler posément tout ce qui en résulte

 

19/05/2018

Pantun N°20

 

poèmes artificiels
dans ce monde d’expression
le rôle des arts partiels
n’ouvre pas vocat
ion


GH. Artal (Cersay - mai 2018)

 

 

 

12/05/2018

Au miroir de ma vie.

Au miroir de ma vie.

la poésie gère l’organisation de mes loisirs.
De ce temps passé à l’appétence des rimes se dégage toujours un parfum de campagne. J’inhale une influence profonde...inspiratrice. Je prolonge ma détente en bornant mes motivations dans ce terroir champêtre devenu mien où je compose m’attardant à tout ce qui fait le détail. Ici, rien ne trompe mes espoirs, l’esprit musard j’accorde ma plume au chant du rossignol… mon seul ami.

Gérard ‘’Artal’’ Hartalrich

A suivre

 

 

 

04/05/2018

Vers d'Ouest

 Je suis heureux de vous annoncer que mon nouveau recueil ''Vers d'Ouest'' est maintenant publié et mis en vente sur Edilivre. Pour le commander, cliquez sur la photo ci-dessous.

Vers d'Ouest.jpg

 

Gérard ‘Artal’ Hartalrich (Cersay, mai 2018)

Les poèmes de Artal... sur Facebook  

 

03/05/2018

moi, émule psychosé

La poésie a-t-elle disparu du panache des Maîtres ?

moi, émule psychosé

Sagacité de l’esprit
j’ai l’âme qui fermente
elle met bas mille chimères
et moi, trois rimes éphémères.

C’est le temps des vers insolites
après de vains efforts
l’ouïe les singularise illicites
et moi, je crée l’inconfort

Apollon, Dieu de la poésie
courant dans une fuite définie
conquérir la couronne au sommet
et moi, émule psychosé
contemporain confondu
je tombe de mon art.
La plume décousue
n’est plus ce qu’elle était.

Gérard ‘Artal’ Hartalrich (Cersay, mai 2018)

Les poèmes de Artal... sur Facebook  

 

 

29/04/2018

Sagacité de l’esprit

Sagacité de l’esprit
j’ai l’âme qui fermente
elle met bas mille chimères
et moi, trois rimes éphémères.

Gérard ‘Artal’ Hartalrich (Cersay, avril 2018)

 Les poèmes de Artal... sur Facebook  

 

 

09:00 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0)

24/04/2018

A l'heure du poète

Les mots sont au plus mal, j’ai mal m’en souvenir
ces mots plus qu’oubliés, noyés à force d’age.
J’ai vieilli.

A  l'heure du poète. Il vit à présent des matins de brume après avoir écoulé ses nuits de rêves. il en convient, c’est pour lui le sursis qui tombe, il est grand temps de produire ‘’son dernier gîte’’ avant de comparaître afin plaider sa vie.

Gérard ‘Artal’ Hartalrich (avril 2018)

 Les poèmes de Artal... sur Facebook  

 

 

16/04/2018

Et cependant...

Et cependant...

L’animal en grognant me fit penser à vous
je saute cent années d’un retour en arrière
revivre un vieux récit au sursaut d’un à coup
qu’en ça il m’est donné, remuer la poussière

Moutiers-Sous-Argenton fait croire Longeverne
tout vert est le tableau en ces jours printaniers
s’éveille la nature où dame truie materne
devant ce doux spectacle ardemment je m’assieds

Et me mis convenir au blason qui vous sied
que baptisa Lisée, si bas au champ de foire
ce cochon porte un nom vous me trouverez quiet
quand le porter si haut il n’est pas accessoire

Le roman de Miraut que pare l’exutoire
dépoussiéré pour vous, démones des boitons
tout leurre vos dépits par devant l’auditoire
sans rien avoir gagné, soufflées aux aquilons

Gérard ‘Artal’ Hartalrich

Photo Chris

Moutiers-Sous-Argenton,Longeverne,truie,cochon,roman de Miraut,Gérard ‘Artal’ Hartalrich,Photo Chris

 

Pour mémoire, mes poèmes sont toujours protégés

 Les poèmes de Artal... sur Facebook  

 


 

14/04/2018

Où l’homme se fait fleur

Où l’homme se fait fleur
 
Vagabonde pensée que je traîne complice
tout rimant mes aveux de l’éclipse contraint
réfraction de l’esprit sensible à l’édifice
je manque de raison par moment on le craint
 
La mort doit me frapper, on réplique à la lettre
du flanc de mon destin j’implore la pitié