Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

29/01/2011

La tisserande (rêve d'Afrique) Pantoum

femme,arabe,rêve,afrique,tisserande,tisserLa tisserande (rêve d'Afrique) Pantoum

Un regard dilaté s'en va traînant sa vue
Par travers la défense au ferrement rouillé
Je contemple ses mains colorées de henné
La navette à tisser, la songerie pourvue

Par travers la défense au ferrement rouillé
Notre humble tisserande à son métier rendue
La navette à tisser, la songerie pourvue
Entrecroise les fils d'un tapis de beauté

Notre humble tisserande à son métier rendue
En servante fidèle elle vient du passé
Entrecroise les fils d'un tapis de beauté
Le visage traînant, la pensée confondue

En servante fidèle elle vient du passé
Cette brebis de miel, fille d'Ève inconnue
Le visage traînant, la pensée confondue
Je vis son monde étrange au parfum exalté..

Artal (janvier 2011)

 Les poèmes de Artal..

Sur sa route diaphane

Sur sa route diaphane

Il monte mon esprit au silence des cieux
Des limites du monde insonore langage
Je chante sa louange à l'astre merveilleux
Le soleil souverain, mon guide et davantage

Il est ravissement, bénis soient ses reflets
Et louons sa chaleur père de notre monde
Douce miséricorde accorde-lui versets
Le chœur du chant sacré, la portée de son onde

Il règle notre temps, morcèle les saisons
Remontant l'horizon sur sa route diaphane
Saluant la Provence aux midis des santons
Le thym, le lavandin et l'abeille artisane

Le soleil souverain, mon guide et davantage
Je chante sa louange à l'astre merveilleux
Des limites du monde insonore langage
Il monte mon esprit au silence des cieux

Artal (janvier 2011)

 Les poèmes de Artal..

15/01/2011

Les sols rougis

Les sols rougis

La conquête du Lys au déclin d'un juillet
Par la force ouvrière enflant la barricade
Sous l'arche du triomphe il dort porte-mousquet
D'un suprême sommeil illustrant la parade

Les brouillards de ce temps assiègent les états
Il n'y a plus de rose en ces jardins caustiques
Jérusalem céleste aux éternels combats
La bande de Gaza dans ses murs hermétiques

Les regards affamés des frères d'autre-part
Élèvent des tisons où sied la différence
Le mythe, la souffrance en patries du grand art
Sur ses fronts assemblés, l'homme vit d'apparence

Fantômes des rompus du berceau de Neda
Bannis au désespoir; la longe tributaire
Au bal du nœud coulant y emplir l'agenda
Jusqu'à réduire l'Être en animal primaire

Désordres nés d'un droit à celui de la faim
Que soit repu le riche analogue à nul hâve
Les grands sont au pouvoir la force est un essaim
Méfie-toi couronné du réveil de l'esclave.

Artal (janvier 2011)

 Les poèmes de Artal..

00:48 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : jerusalem, gaza, neda, artal