Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

26/05/2012

L'éther des rêveries

L'éther des rêveries

Dans le vague d’un flash la nuance onirique
Obsédant ma raison affectée qui me fuit
L’énigme volatile ou reflet chimérique
Une image en rafale au remous du fortuit

Je m’épuise à scruter ses passades divines
Caressant l’idéal déclinant le tourment
Les élans sans espoir aux vibrantes matines
Utopie de l’extase où tout n’est qu’apparent.

Un dessin remarquable à la forme sacrée
En vierge de Saba au cœur d’or cristallin
La fièvre du plaisir pastorale embrasée
Mirage je te vis que le film est divin

Accordez-moi la grâce exquises autarcies
Le spectre du passé vulgarise son rai
Puis se brise l’illustre éther des rêveries
Au miroir résolu sans le moindre délai

Errance d'agrément j’en ai fait des voyages
Le souvenir se perd un brouillard à franchir
Dans ce brasier décor du royaume des sages
Le mythe se dévoile à l'esprit du désir.

Artal (Istres 2012)

Découvrez ma page Facebook

19:18 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : éther, rêverie

19/05/2012

cistercien

Cistercien

Par le droit de l'enfeu il repose en la pierre
Froide en ce lieu ailé des frères de la nuit
L'enseigneur héritier des règles à l'équerre
Dans ses murs de pavés il engrène le fruit

La vision de la paix à l'influx monastique
Au rythme du silence occulte perception
Un nuage divin caresse le mystique
Au vertige éternel l'homme en admiration

Le travers du symbole ouvre à la connaissance
Du soleil absolu qui se lève à l'Orient
Et la chaîne d'union en chrétienne croyance
Rendra le chant si beau de l’ascète abstinent

Noble ardeur à prier il s'élève au sublime
En la sobre euphonie du souffle religieux
Amour contemplation dévotion richissime
Soumis aux passions de l'entour obséquieux

Au jardin des pensées tout fleuri sans mesure
Par le fleuve du temps et de pure eau baigné
L'aubade d'une draine œuvrant à la ramure
Comme ange dans les cieux pour une éternité

Ouvrant les yeux du cœur à la sainte lumière
Et le plénier désir de la simple beauté
Je me veux pèlerin d’un monde sans frontière
Par lui je m’émerveille étrange suavité.

Artal (mai 2012)

 

Découvrez ma page Facebook

 

17:27 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cistercien