Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

26/10/2012

Murmures d’outre-tombe

Murmures d’outre-tombe

Sur le fil de mon âge hôte à présent antique
Je piétine la terre au temps qui m’affaiblit
Le corps à la dérive et l’âme séraphique
Il repose l'espoir là où tout se finit

Si les mots dans la plaie souffrent ma frénésie
Ils sont à mon chevet au sursis d'un pouvoir
Du maître de mes vœux en celui de la vie
Tout-Puissant séducteur d’un esprit au devoir

Ma soif démesurée de tout ce qui m’envoûte
Je charme l’outre-tombe afin ouïr les voix
Qui inspirent la muse égarée sous la voûte
D’un monde ainsi peuplé où je puise à mes choix

Des messages d’amour sur leurs lèvres funèbres
Je les porte au vélin sans cesse en continu
Murmures de trépas exhumés des ténèbres
Je me veux serviteur votre esclave assidu

Le regard détaché vers l’univers sublime
Je veille mes lueurs qui avancent sans bruit
Berçant la voie lactée et tout ce qui l’anime
Me prépare au mystère où va échoir le fruit

A l’approche du soir suivant mon agonie
Vous tendrez une oreille aux appels silencieux
Du couché solitaire en sa tombe garnie
De chastes sentiments à bruisser dans les cieux

Artal (Istres - octobre 2012)

 

  Les poèmes de Artal...

17:53 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : murmure, outre-tombe

13/10/2012

L'exode

L’exode


Il fait bien long depuis l’affliction du départ
En larmes les regards le cœur gros de la mère
Tout le monde est au pont au plus haut du rempart
Le museau de la coque est venu fonder l’ère

Ce fut un nouveau cycle à l’allant de leurs âges
Les derniers mots au vent il souffletait fort bien
Je revois notamment mille autres personnages
Bruissants à la douleur l’oraison du chrétien

Guirlande au désespoir dénuée de ressource
Apeurée au hasard flottant vers son destin
Abandonnant le sol et l’onde de la source
En ce jour finissant brisée sur son chemin

Ma voix retentira sur le fronton des chœurs
Des sages aux regrets bien tristes dans leur âme
Affranchis par la mort en avant des horreurs
Eux qui nous ont fait naître afin vivre le drame

Mon amertume errante égale au souvenir
Embrassant la cité si blanche et consternée
Le mal de mon exode où puis-je l’assouvir
Sinon chanter l’amour aux fleurs de la contrée

Artal (Istres – octobre 2012)

  Les poèmes de Artal...

14:49 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : exode, dépard, larmes, regards