Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

30/12/2012

La lutte des baigneuses

poème,dinet,baigneuses,bou-saada,bousaadaLa lutte des baigneuses

A l’oued de leurs jeux sous un soleil ardant
Exultent épanouies telles flammes dansantes
Deux vierges éveillées fruits du désert grisant
Me voilà médusé devant nos pétulantes

J’apprécie l’attraction des scènes du brasier
Sur l’onde qui s'effrange en l’infini espace
Nos fleurs à l'effusion couplage singulier
Allègre joie d'enfants de condition vivace

Je souffle l’aperçu tout fixant le tableau
Du romantique élu qui envoûta mon âme
D'un dénué divin aux éclats du faisceau
Deux germes de beauté folâtrant sur la trame

Je les frôle des yeux ferveur du maître amour
Bravant ma vue d'humain où je traîne et persiste
Baigneuses du bonheur au céleste alentour
L'oued Bou-Saâda l'ai connu il existe

Artal ( Istres, décembre 2012)

D'après un tableau, "La lutte des baigneuses" de Etienne Dinet
1909


 Les poèmes de Artal...

26/12/2012

Au vingt sept de ce mois

Au vingt sept de ce mois

C’était un jour fertile en ce lieu de haut rang
Une source de vie t’a offert l’existence
Et depuis tu fleuris pour l’honneur de ton sang
Sous un quartier de lune et l’étoile en présence.

Au vingt sept de ce mois, décembre merveilleux
Dans son jardin Allah la fleur il l’enjolive
Tout feuilletant tes yeux , enflammés, ambitieux
Je découvre un asile en puissance affective

Absolue perfection, tu es l’ombre de Dieu
Au murmure attaché débordant d’espérance
Mystique musulmane à confesse un aveu
Je glorifie songeur le jour de ta naissance

Aux faveurs des années, tout de sucre et de miel
Tu deviens gourmandise ou la course est ouverte
En ta joie et fraîcheur, douce beauté du ciel
Un cœur s’abreuvera, bientôt la découverte.

Heureux anniversaire et tous mes vœux de bonheur Fatima

Artal


 Les poèmes de Artal...

17:54 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : fatima

25/12/2012

Au pied du minaret

Au pied du minaret

J’ai l’âme détournée vers l’horizon lointain
D’un vague paysage images de mes traces
D'où j'ai fui ta colère ô soleil africain
Suis-je enfant à l'index aux sublimes espaces

Persistante passion de mon exil lassé
Encré dans l'affliction j'ai le cœur volubile
Il délie son refrain d'un amour condamné
Au terroir du berceau et d'un rêve fébrile

Le semoum souffle en moi les esprits de ses feux
C'est par lui que je vis la disgrâce funèbre
De mes puissants efforts invisibles à vos yeux
Se dérobe du champ mon pays si célèbre

Traversée du désert je pèse le regret
En lugubres versets à ma charge soumise
Tout fixant l'Algérie au pied du minaret
Je lui offre mes vers et ma brave franchise

Artal (Istres, décembre 2012)

 


 Les poèmes de Artal...

16:45 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : minaret, algérie

09/12/2012

Raoucha

raoucha,dinet,pensée,sentiment,duneRaoucha

Semé dans ma pensée un grain de sentiment
Qui fleurit par instant sous les traits d’une fille
Jeune arabe émergée d’un art intelligent
Une œuvre de Dinet ou gènes de famille

J’embrasserai son âme aux senteurs du désert
Si il m’était permis poser ma bouche en elle
Ce trésor fabuleux de vernis est couvert
L’ivresse de l’esprit je la veux éternelle

Fleur de ma poésie profusion de bienfaits
Compagne de mes nuits à la rime adoucie
Tu revêts ton habit sur mes rêves défaits
Quand la dune isolée se meut de jalousie

Le maillon du symbole exhale la vertu
Une ombre de la vie initiée au mystère
Par ce chemin qui va se cache l'inconnu
Un éclat de l'orient légende de lumière

Artal (Istres, décembre 2012)

Tableau, une oeuvre de Etienne Dinet


 Les poèmes de Artal...

01/12/2012

Reconnaissance à la femme

Titre et thème suggérés par Leila Merrad...infiniment obligé je ne pouvais échapper.

Reconnaissance à la femme

Je contemple la vie de celle qui la donne
Dans le ravissement état de perfection
Fixant au souvenir l'amour quand il rayonne
Le vertige des vœux sous la délectation

Et parfois suspendu à son troublant sourire
Le regard mélodieux j’observe réservé
La forme maternelle en sa part me séduire
Elle est Grâce féconde emplie de volupté

Cœur de mère endurant espoir de la famille
Miroir de tes enfants tu reflètes l’ardeur
Le courage muet un exemple à ta fille
Tu gravis les hauts lieux et je reste songeur

La vie est un nectar ô femme reconnue
Par celui qui te suit jusqu’à l’admiration
Ta beauté melliflue en la vaste étendue
Il butine ton âme offerte à sa passion

Artal (Istres, novembre 2012)

 

 Les poèmes de Artal...

09:56 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : reconnaissance, femme, artal