Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

15/03/2013

A André Villers

A André Villers

Tu as figé au temps le cliché de ces vies
Des visages connus de toutes citations
Du vague à l'horizon le reflet des génies
Sur le papier couché au gré des ascensions

Clichant jour après jour l'absolue transcendance
D'un maître qui flamboie mais à présent dormeur
Comme un prodige las assumant l'impuissance
Du tréfonds de son bien l'étoile du semeur

Nos flashs évanouis dont le passé dispose
De Suzanne à Pablo tu devines font quoi
Ces deux soleils d'amis sinon grimer la rose
Aux berges du jardin d'un éden en octroi

Il sont des corps sans bras vertébrés diaboliques
Diurnes suivant le jeu du ciseau malicieux
Paysage fieffé et mille autres reliques
Le peintre de surface il était si heureux

Tu as forgé en moi l'amour de la lumière
La où je moissonnais mes pinceaux à la main
Et cette offre choyée au pan de ma chaumière
Suspendu si précieux ton collage au fusain

Artal ( mars 2013)André Villers, Suzanne Vigné,Picasso,Artal poemes, poeme de Artal

 

Paysage- 1976 par André Villers à Artal
 

Les commentaires sont fermés.