Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

29/03/2013

Mirage

Mirage,Etienne Dinet, ArtalMirage

L'outre dépourvue d'eau ma bouche combien sèche
La monture soumise insuffle au désespoir
Bien grand est mon tourment sur la piste revêche
Je sens son pas peser et moi ne plus pourvoir

J'ai l'âme au grand désert mouvante vers la dune
Sous la fougue d'un ciel qu'embrase le soleil
Tout fixant l'étendue j'éprouve l'infortune
Défaillance du corps aux prises d'un sommeil

Des lueurs de la nuit suit un froid temporaire
Le phare est au priant je me dois le louer
Prosterné face au sol m'affirmant tributaire
S'adoucit la blessure Allah va m'escorter

La prière d'Al-Fajr je m'oriente à l'étoile
Le jour va se lever sur la plaine sans bois
J'approche l'illusion l'image se dévoile
L'amante du mirage au loin là-bas je vois

Artal (mars 2013)

Poème inspiré du tableau « Mirage » de E. Nasreddine Dinet
 

20:44 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : mirage, etienne dinet, artal

24/03/2013

La dépouille d'un vers

La dépouille d'un vers

Apparence équivoque ébauchons le problème
Sans effort à façon nul rien de plus coulant
Qu'émonder ton dessein en croisée du poème
Te porter dans le pli prends garde cependant

L’épître parfumée qui naguère si douce
A causé la césure en vue de sa faveur
Mais le verbe si haut ne lâcha pas un pouce
Il déposa ses mots au feuillet du censeur

Dans sa forme absolue la rime solidaire
Elle s'unit au sublime et s'emplit de beauté
En famille ordonnée au souffle millénaire
Dominant la valeur gloire et notoriété

Et la plume inspirée toujours inassouvie
Fait les cœurs se griser ou d'autres ténébreux
Qui dépouillent le vers de sa forme suivie
Vont abstraire l'image élusive à leurs yeux

J'erre à travers les mots que l'écrit sublimise
Me sentir succomber aux courants influents
La flagrance est l'enjeu l'appétence de mise
Suis le corps du verset aux sensibles ferments

Artal (mars 2013)


 Les poèmes de Artal...

20/03/2013

Au pasquier ce printemps

Au pasquier ce printemps

Aux dernières lueurs à celles du coucher
Du soleil et des gens de la ville assoupie
L'hiver s'épuise alors au soupir du berger
Qu’aussitôt il perçoit son ombre épanouie

Comme un ange collé sur le bec du flûteau
Il célèbre le ciel et le doux paysage
Où broute la brebis les baumes du coteau
Que livrent au vertige les frissons de l'herbage

Ému dans son repli sur le toit du pasquier
Sachant le printemps là à sa part quotidienne
L'étoile pastressa il saura la chanter
Tout en vers au répit que la veillée fait sienne

La saison des ébats la plus pure à son cœur
Dévote à l'agrément par le clair d'une lune
L'agnelle pour bientôt l'amandier fait sa fleur
Le rêve est amorcé courtisons la fortune

Artal (20 mars 2013)


 Les poèmes de Artal...

15/03/2013

A André Villers

A André Villers

Tu as figé au temps le cliché de ces vies
Des visages connus de toutes citations
Du vague à l'horizon le reflet des génies
Sur le papier couché au gré des ascensions

Clichant jour après jour l'absolue transcendance
D'un maître qui flamboie mais à présent dormeur
Comme un prodige las assumant l'impuissance
Du tréfonds de son bien l'étoile du semeur

Nos flashs évanouis dont le passé dispose
De Suzanne à Pablo tu devines font quoi
Ces deux soleils d'amis sinon grimer la rose
Aux berges du jardin d'un éden en octroi

Il sont des corps sans bras vertébrés diaboliques
Diurnes suivant le jeu du ciseau malicieux
Paysage fieffé et mille autres reliques
Le peintre de surface il était si heureux

Tu as forgé en moi l'amour de la lumière
La où je moissonnais mes pinceaux à la main
Et cette offre choyée au pan de ma chaumière
Suspendu si précieux ton collage au fusain

Artal ( mars 2013)André Villers, Suzanne Vigné,Picasso,Artal poemes, poeme de Artal

 

Paysage- 1976 par André Villers à Artal
 

08/03/2013

Esclave d’amour et Lumière des yeux

Esclave d’amour et Lumière des yeux

Si le jour et la nuit se fondent enlacés
Accouplés émanant des racines du monde
Aux élans fructueux des doublets animés
Ces ardeurs à jamais où l'énergie abonde

Les amants sans faillir partagent l'absolu
L’exaltation mêlée que l'étuve transpire esclavedamour.jpg
La portée de la foudre au pouvoir inconnu
Et ce qui colle au cœur ne sachant le décrire

Il est de bon parfum le pur élan fougueux
Au liant du désir le pollen se butine
Esclave de l'amour et lumière des yeux
Où le solaire Éros rend la lèvre câline

La beauté intérieure elle orne les passions
L'artiste la saisit en sa riante toile
De ces jeux enivrants se forment les frissons
Et leur transport secret en pudeur sous le voile

Artal (mars 2013)

Poème inspiré du tableau de E. Nasreddine Dinet
« Esclave d’amour et Lumière des yeux »

14:12 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : esclave, amour, secret

03/03/2013

Un don d'Allah

allah,oeuvre,fantasiaUn don d'Allah

Ton œuvre si précieuse elle égaiera céans
Crochetée sur le pan de la blanche façade
Les esprits et les yeux, ravis dans leurs élans
Au flot des sentiments par devant la parade

Dans le plat du tableau aux échos partisans
Tel un fil aligné, colonnes en consignes
La démarche imagée d'une horde à turbans
Se sont les fils du peuple, aux assises des dignes

Toi qui t'en viens parée du voile allusionnel
Je devine tes mains ô combien appliquées
Tout œuvrant du dessin au bâti passionnel
Établies sur le fond, l'échine déjetée

Fantasia en décor on y trouve plaisir
A voir ces jeux de poudre à l'entour de la fête
Plein de joie absolue du seul fait l'accueillir
Une œuvre si précieuse à Rabat découverte

Artal ( mars 2013)


 Les poèmes de Artal...

09:14 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : allah, oeuvre, fantasia