Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

26/10/2013

Inspiré

Inspiré

Je me hâte d'écrire avant l'instant létal
Embellir la cadence, illustrer la lumière
Honorer la beauté du langage ancestral
Par la rime gravée d'une plume bergère

Je fixe l'empyrée y glanant l'impulsion
Du mot qui se délie de la bride céleste
Se jetant à mon cap en subtil compagnon
A la gloire de l'ode, au soulas qui s'atteste

Une vie d'agréments nirvana de mes vœux
Voir ces clefs inouïes libérées des prouesses
La passion rayonnante où le berger radieux
Compose à fantaisies sa foison de caresses

Je m'excite à la verve et j'écume les mots
Ces alliés si puissants parfois cabalistiques
Aléas des flexions l'art sorti des cahots
Effrénément portés par mesures classiques

Le poinçon qui est mien se destine aux appels
Du souhait littéraire et m'offre l'avantage
Bénir la sensation des frissons substantiels
A hisser digne et fier mes vers à l'étalage

Artal (octobre 2013)


 Les poèmes de Artal...

08:59 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : inspiré, ode, artal, poeme

20/10/2013

Me voilà protée

Me voilà protée

Égaré sans fortune en fin fond d'horizon
Il nourrit le silence et sa grande épouvante
Aux abus du madjoun par-devant le brandon
Une crue de fumée chemine vacillante

Un languissant rêveur au doute indéfini
En flegme dans ses ans à veiller la faiblesse
Martèle la fredaine abrogeant son verni
Les songes malfaisants d'une acide détresse

Le céleste royaume affranchit notre accro
Aux vapeurs absolues sur sa route tracée
Prodiguant les éclairs la foudre et le halo
A l'esclave au pouvoir d'une plante racée

Je fume le protée,madjoun,houka,Artal,poeme,poesiehouka au sein d'un vague ingrat
Affiliant mes idées dans cette ombre oculaire
Et me voilà protée que gorge le substrat
Il ne faut pas douter ce n'est qu'un adversaire.

Artal (octobre 2013)


 Les poèmes de Artal...

13/10/2013

Par la fenestra

Par la fenestra

Au pied de mon rempart coule le Styx embu
L'affluent de la haine en la chaîne croyante
Sur lequel l'aria qu'ensemble avons connu
Cabote amèrement l'étrave insignifiante

Fut amer le vieil air par travers les remous
La plainte recelée sous ces eaux infernales
Je pressure affligé tous noirs songes tabous
L'image d'une chute en contrée des cigales

Je convoie les affronts qui blessent ma vertu
Tout offensé je passe où s'attache la trame
Des instincts déliés au verbe court-vêtu
Mes bons sujets en vie vous êtes de mon âme

Tiendrai-je jusqu'à fin sans penser le revers
Cet aveu d'un regret sur ces lèvres pâlies
Que libèrent du moi le forcené pervers
Par excès de douleur des ruées établies

Perfide cauchemar sois noyé dans mes pleurs
Qui formeront le fleuve inonder le dédale
Et de ce temps banni la livrée des auteurs
Fournira le suaire en ma dernière escale

Artal (octobre 2013)

 

 Les poèmes de Artal...

09:30 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : fenestra, styx, cigale, arta, poeme, poesie

06/10/2013

Élégie. Au seuil du petit jour.

 

Élégie. Au seuil du petit jour.

J'ai glané la liaison concevoir les plaisirs
Dans la grâce des cœurs dépourvus de nuage
Et de jouir en paix forger les souvenirs
Par appuis de nos vœux au faîte du couplage

L’apaisant de la nuit fit voyager l'amour
Venu viser recours sous les astres antiques
S'éclipsant dès l'abord au seuil du petit jour
Cédant place aux furies de nos fièvres lubriques

Et ainsi s'accomplit la danse des amants
Dans l'instance à s'aimer au tétin des mesures
Par l'univers liés les chaînons palpitants
La divine puissance embrasait les ramures

Me reste le salut puis demander pardon
L'éclair ne tonne plus j'ai consommé mon âge
Aux ordres du destin je vis cet abandon
Qu'impose la nature à l'homme de passage.

Artal (octobre 2013)

 Les poèmes de Artal...