Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

25/02/2014

Week-end en Lubéron

Week-end en Lubéron

Lumineux paysage où flamboie l'invisible
Du silence consort au passé antérieurLuberon, Lubéron, Sade, Lacoste, Gordes, Artal, poème
Attraction de l'esprit, le Lubéron paisible
Éternise son fonds et du lieu la splendeur

Disparaît sous futaie d'apparence sauvage
La lumière du temps dérobant les secrets
Des célèbres bories semées par le sillage
De ces foules d'antan des agrestes discrets

La pierre de région embellit la contrée
De Gordes à Pertuis le noble matériau
Il s'offre en sacrifice à l’ère et sa durée
Aux gestes du tailleur ciselant le joyau

Et au plus haut perché hérissé de verdure
Enchaînant les veillées de Sade le marquis
Le château de Lacoste où cantonne censure
Des journées de Sodome à gauler le croquis

Je fleure l'effluence aux senteurs de Provence
Savourant à profit de mes brûlants attraits
Les noces des pollens aux pistils en démence
La raison est abeille exaltée de forfaits

Sous volonté des cieux on le peignit sublime
Ce Lubéron Placide, éminent, merveilleux
Induit aux canevas du faisceau unanime
Des artistes clamés qui les a fait glorieux

Symbole provençal à ma reconnaissance
Me suis vu tant de fois aux prises de tes bras
Je t’honore aujourd'hui de haute prévenance
Et d'un gage certain, tu reverras mes pas.

Artal (février 2014)

 Les poèmes de Artal...membre de la Société des poètes français

16/02/2014

Artal sur Youtube

Découvrir  Artal sur Youtube


 

11:30 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : artal, poésie

08/02/2014

Pauvre Nûh

Pauvre Nûh

Par un éclat de foudre et le tourment des flots
Hurlait à l'espérance un soir de triste lune
La portée d'ânichons faisant teinter grelots
Sous son aile secrète aspirant la fortune

Consolante mémoire où traîne la raison
Qu'ils hument mon action en ce fond de la rime
L'arche moulée recrue à l'air d'un horizon
Des rives de l'Argens s'est perdue dans l’abîme

Aigri dans ses revers disgrâce et châtiment
L'audace du benêt à nous oser atteindre
Au fil de son bastringue en abêtissement
S'est porté au déluge s'y essayant l'éteindre

Tout était lumineux puis vint la submersion
La biche erre en sa vie où le renard se masque
L'alouette à cent lieux applique l'exclusion
La nef mal assemblée a vécu la bourrasque.

Artal (février 2014)

 Les poèmes de Artal...membre de la Société des poètes français

07/02/2014

Adèle Kurzweil

Adèle Kurzweil, Artal, poésieAdèle Kurzweil

Angélique beauté qui fut tiers et vouée
A la force infernale et sanglots innocents
Convoyée vers sa fin sur la voie réservée
Aux bannis de Aman, indignes châtiments

La solution finale imputons-lui l'emprise
A soustraire des camps, de David nombre d'hoirs
Sans aller leur mander qui régit la méprise
Les livrer au tourment des suprêmes pouvoirs

Des rafles de régions les angoisses extrêmes
C'est la voix d'une mère et ses cris de douleur
La pensée qui s’enfuit aux espaces si blêmes
Il est tôt ce matin jour bien sombre et d'horreur

Toi à l’âme gammée d'un alboche sans doute
Adèle était une proie dans ses traits de candeur
Elle a subi ton mal, la terreur sur sa route
Du sensible visage évalue ton erreur

Artal (février 2014)

 Les poèmes de Artal...membre de la Société des poètes français