Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

31/03/2014

La foi rebelle

La foi rebelle

La chandelle allumée sur un excès de foudre
Me suis brûlé une aile et maintenant voilà
Que la foi est rebelle au regret me résoudre
Il n'est rien de plus terne et je suis au plus bas

Mais que veut dire aimer si on ne sait le vivre
Ce verbe généreux qui touche nos esprits
Il traite d'attentions et son bonheur à suivre
De constantes douceurs tout fuyant les conflits

Le miel est un trésor et rien n'est comparable
Si ce n'est la chaleur des feux du grand frisson
Les fougues de l'amour embrassant l'accordable
Qui rend l'être serein son âme en concession

Mais dans le plein revers vont les plaintes amères
Virant dans le parcours jusqu'aux rapports fielleux
Quand la brise a passé emplie de leurs colères
S'effacent les affronts comme étrangers des vœux

J'ai toujours su chérir à ma grande faiblesse
Pour gagner l'infini des cœurs en communion
Je médite la suite à vaincre la détresse
Les sortir de l’abîme acquittant l'addition.

Artal (mars 2014)

23/03/2014

Le jeu de la krouta

jeu, krouta, enfant, Bousaada, Artal, poèmeLe jeu de la krouta

Il me faut feuilleter dans la grâce infantile
Ce qui fait l'adoption résolue du tableau
Tout ici me nourrit sur cette terre asile
Et me lie l’œil fixé au profit du pinceau

Des modèles précieux se bâtit l'espérance
Tout y est bigarré, imbriqué plaisamment
La candeur à surfaire, attester la vaillance
De ces fruits les plus purs au vif assortiment

Ce fut virant un jour par le lieu pittoresque
Deux cœurs sur le pavé dans un élan du jeu
Par le geste assuré de l'émule burlesque
Fleurs de Bousaâda aux gages de l'enjeu

L'image saisissante est la source féconde
Aux émotions du cœur d'un pays envoûtant
Du chevalet sur l'aire en un record de ronde
Le jeu de la krouta fut le plus attachant

Artal (mars 2014)
Tableau de E. Nasreddine Dinet "Le jeu de la krouta"

 Les poèmes de Artal...membre de la Société des poètes français

19/03/2014

La tentation d'Adam

La tentation d'Adam
Tentation, Adam, Hawwah, Artal, poème, poésie
Muse du premier jour toi la fleur aussi chaste
Que le fruit du délit à l'ombre d'un rébus
J'affouille le jardin et tous ses inconnus
A chercher ta semblance en ce cadre si faste

Quand il y eut ce soir bien avant la lumière
Je t'ai vu maladroite, unique égarement
A la source du mal ton corps effervescent
Venu chevaucher l'âme et l'être congénère

Depuis l'on a plus vu ce cœur en grande fête
Que l'on avait connu avant l'ample passion
Où s'est-il dépourvu suite à l'accusation
Pour le sauver du temps décrit de l'exégète

En revers de coulisse où je foule ton monde
Les plaintes des amants aux cœurs enflés d'espoir
Tous livrés à leur sort par volées d'assommoir
Tant d'hommes défuntés ont fini dans la ronde

De l'ancestral tourment tes nuits sont extatiques
La traînée des douleurs pour ce péché véniel
Il n'est plus que passé qui se dit sensuel
Enjambe ton abîme et soyons érotiques

Artal (mars 2014)
Merci Hawwah pour la photo
Edenisée par Iris Lepinoux

 Les poèmes de Artal...membre de la Société des poètes français

10/03/2014

Sur la tombe d' Albert Camus

Sur la tombe d' Albert Camus

La sente du destin lui a soustrait la vie
Lui qui parait ici, si humble dans son plantombe Albert Camus.jpg
Moi je veille sans voix la lumière endormie
Elle éblouit mes yeux de son éclat écran

Cédant au chant défunt je griffonne la terre
De ma plume rivale avide aux bons élans
J'y vois fleurir l'iris en ce jardin de Pierre
Et le laurier tombal qui compute ses ans

Estimable présence à ton âme éminente
Dans sa profonde nuit je quémande tout bas
La clarté favorable à braver la tourmente
Du verbe qui m'embrase au gré de l'embarras

Il est front obstiné qui jamais ne s'échine
Sans crainte du fouloir me désire en bourreau
A ravir mon azur, ma fièvre libertine
Du corridor bien sombre au fond est le faisceau

L'étranger que je suis aux rimes cavalières
Fait sa route insensée, sans fil tout est confus
Prisonnier de la peste et d'encres messagères
Esclave à l'agonie, j'arrive Albert Camus

Artal (mars 2014)

 Les poèmes de Artal...membre de la Société des poètes français

11:39 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0)

05/03/2014

Le poète dépourvu

Ce monde que je fais

Le poète dépourvupoète dépourvu, poète, stance, madrigal, Artal

Chacun des hommes d'aujourd'hui désire que sa vie soit à l'image des poèmes, bien syndiqué derrière son licteur de l'ère (dite) moderne. La plèbe égrillarde racole le larmoyant disciple et le jette en pâture vers une société à grosse consommation, dont le rebut viendra s'additionner aux résidus d'une dégoûtation excessive. L'impie vénère l'impur, le poète misérabiliste fabule, l'homme devient loup, la rage patente. Le madrigal simule, la stance stimule, l'humaniste s'accorde au présent, quant à moi, je vais, je viens j'observe la boue et les étoiles, je vis ce que tu vis, je suis la fange au firmament, le sédiment au fil du temps. J'accole aux mots qui figurent ma muse sous l'égide de Calliope, prie et supplie Thalie, je la joue, je l'écris. Que sommes-nous ? Tout simplement les fils mutants du diable et dévoué Satan, l'horreur connue bien qu'énigmatique, mystérieuse et méconnue. Je suis, tu es, nous sommes le bûcher, la flamme et le feu, je suis l'oubli, tu es mes rêves, nous sommes le couple parfait qui triomphe sur l'imparfait, les affres et l'honneur, la vie dans la mort, un grain de poussière planétaire. Syntonie créatrice et désastreuse, que conjugue une foule de libérés-enchaînés, descendue au pavé se ternir au pavot. Ingrat ami, que suis-je devenu ? L'âme lessivée du poète dépourvu.
Artal

 Les poèmes de Artal...membre de la Société des poètes français

07:37 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : poète, stance, madrigal, artal