Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

03/07/2014

Saint Clément...des Monts et Montagnes.

1962, le départ en masse des français d'Algérie.Fin juin c'était notre tour, celui de mes proches, frères, sœur et moi-même...j'avais douze ans.
Le dix sept juin nous embarquions sur le Ville de Tunis. Au matin du dix huit l'arrivée à Saint Clément,Allier,montagne,Alger,Algérie,Artal,poemeMarseille. Le soir même nous étions rendus par car à Saint Clément. Rien n'était oublié de la violence des derniers mois que nous avions vécue, mais ici tout était si vert, si paisible, comment pourrait-on oublier la transition d'un proche passé vers ce différent présent.
Le Camp de Bel-Air situé sur les hauteurs du village a été à la fois un camp-colonie des Éclaireurs Français et cantonnement provisoire pour les rapatriés d'Algérie. Ce bivouac d'exception aura duré quatre mois, de Juin à Septembre… une fois de plus, suite à ce providentiel séjour d'été, après la perte de ma terre natale, je me retrouvais écarté de celle de l'Allier Ô combien appréciée..
De l'enfant d'hier à l'homme d'aujourd'hui... souverain est le temps. Il m'aura tout appris, sauf l'oubli. L'esprit échiné dans mon courant destin, j'étreins mes souvenirs.

Saint Clément....des Monts et Montagnes.

En Allier suis venu voilà bien quelques ans
Y goûter le revers dans la fuite requise
Cet inconnu terroir aux décors paysans
M'y étais attaché sans atteindre l'assise

A défaut je reviens m'assouvir du canton
Au mitan Bourbonnais revivre la bourgade
Ses reflets et parfums en dernière mission
Avant le crépuscule une ultime accolade

Puis tout sommeillera a l'entour de Bel-Air
La brise du coteau et la fleur sans visage
Du sous bois désolé au déclin de la chair
Mais pas le mouvement des ondes du parage

Le Coindre qui déferle écoutons le chanter
Son rondeau familier au jeu subtil de l'herbe
La Besbre sa jumelle au devoir le flatter
A dressé l'inflexion rayonnante et superbe

Bien loin de ce pays qui fut de mon passé
J'allie les sentiments réduits à l'amertume
Sur l'écorce du plan la montagne a figé
Le symbole du cœur et le trait d'une plume

G. Artal (juillet 2014)

 Les poèmes de Artal...

Les commentaires sont fermés.