Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

31/08/2014

Princesse de Hanoï

Princesse de Hanoï

Si mon cœur affamé est astreint fourrager
La plus belle des fleurs de ce monde pudiquePrincesse de Hanoï, Hanoï,Trong Thuy,Thăng Long,Artal,Hartalrich
Bravant la dissemblance et les fruits du hallier
Sur l'espoir incertain vit l'illusion phobique

 Le dragon qui se dresse aux invites d'un gong
Il est là l'édifice aux fresques d'ambre jaune
Le noir du jour baillait sur la ville de Thăng Long
Exaltant le pavé j'ai brûlé plus d'une aune

 Princesse de Hanoï j'irai boire l’abîme
Au point de Trong Thuy sacré et honoré
Le cœur il fait ses choix la passion légitime
L'icône rayonnante est ce puits vénéré

 L'âme éperdue mais pieuse en galante odyssée
Fuyant le phalanstère et souverains du lieu
Aux vestiges enfouis la fleurette masquée
Elle est ma dynastie et l'infante d'un vœu

Artal
— avec en photo  Nguyën Tü Mÿ 

24/08/2014

La tisseuse du Haïk

La tisseuse du Haïk

tisseuse,haïk,oued,bled,Artal,poème,poésie Passagère d'un souffle à toi je m'abandonne
Toi qui viens de la source abreuver mon destin

 Dans ce milieu de feu amante aux yeux d'aiglonne
J'effleure l'illusion et la fleur du jasmin

 
Des ombres du passé je croise tes mains pures

De façon régulière à tisser dans les chants
Perdus sous le remous haïks et couvertures

L'univers ancestral de tes yeux attachants
 
Une étoile animait les fibres au peignage

Toujours viable et limpide à l'égal de l'oued
Sous mon regard d'enfant en ce bel assemblage

Aux douceurs infinies qu'il était beau ton bled

Tu fus dès mon jeune âge unie à mes aurores
Au cœur des sentiments sans jamais rien changer
Entre les fils de chaîne en rêves bicolores

Cette trame d'amour  il fallait la tisser

G. Artal (août 2014)
Photo scènes et types – femme tissant un haïk.

 Les poèmes de Artal...

10:18 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0)

21/08/2014

Errance poétique

 

errance,poétique,artal,poète,poésie

 

Errance poétique

Le voilà musardant là où pointe le jour
En amant d'une plume à étreindre le phare
La source lumineuse et celle de l'amour
Par travers un bouquet le halo est si rare

Dans l'esprit du quatrain il penche en plumitif
A décréter le vers et les rimes majeures
Où l'émotion le porte à forger l'attractif
La mesure à deux temps embastillant ses heures

Et le regard baigné aux reflets du mental
Que troublent les motus tout créant la lumière
Sous les mots effeuillés le verbe marginal
Heureux d'avoir enfin glorifié la poussière

Se fond le monument dans l’opus éclairci
Faune flore et cabale au spectre des cadences
Que souffle le divin poussé vers l'infini
A la quête du beau au gré de ses errances.

Artal(août 2014)

 Les poèmes de Artal...

 

 

 

11/08/2014

De Dinet à ma plume

De Dinet à ma plume

Dans l'espace désert grandiose et circulaire
Qui dérive à mes yeux vers tout ce qui convientDinet, désert, enfant, oeuvre, oriental,
Où l'éclat est ancien le joyau légendaire
Le peuple généreux c'est ainsi qu'on le peint

De mes vers je les signe au sable héréditaire
Mes charges de pensées avec les mots du cœur
Mon ardeur est si loin les enfants au contraire
Gratifiés de sagesse sont comblés de bonheur

A la crête du jeu sur le champ de bataille
Se profile la grâce et les chairs au tableau
Qu'il fixait à son aise ombre douce que vaille
A prédire mes mots aux déliés du pinceau

Ô Dinet que j'envie vos œuvres orientales
Ces faisceaux délicieux que l'on vient contempler
En lents tâtonnements des figures centrales
Suprême apaisement, il me faut composer.

Artal (août 2014)

Nasser Eddine Dinet (Beauté des jeunes filles, rires & confidences ) .

 Les poèmes de Artal...

10/08/2014

Aux affres les espoirs

Aux affres les espoirs

Sous le signe du sein tout le mal est inscrit
Ce qui porte à la fin au-delà la césure
Tel aveugle rameau que nature régit
Ce qu'elle fiche en soi le châtier puis l'exclure

Mon étoile est tombée dans les bras du destin
Si proche de l’abîme où se perd la lumière
Dans cette allée de puits qui régit le dessein
A l'infini du temps quand la pose est entière

L'appétence de vivre enveloppe l'effroi
Les affres de l'exil, fission que l'on voit croître
Épineux désespoir et puissant désarroi
J'observe la lueur, la dyade décroître

Ton époux court la peur et toi ô combien plus
L'avant-cœur ulcéré au sort qui nous afflige
L'érudit praticien du croissant processus
Sachant ce qui nous pèse il choiera son prestige.

Artal (août 2014)

 Les poèmes de Artal...

09:05 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0)

La charte bafouée

La charte bafouée

S'arroge tous les droits, le sceptre de Satan
Qui baigne impunément dans le sang des enfants

Assassinez l'audace au fil des hurlements
D'aveuglante folie y nourrir l'hécatombe
Perdus dans vos remous aux fielleux fondements
Souvenez-vous du temps de la noire colombe

Qu'on m'explique la loi du plus fort à viser
L'espérance de vie au désir de tuer

Le nuage s'embrase au feu de la vaillance
Mourir les rejetons au souffle des bourrus
Tout couverts d'infamie détruire l'innocence
La charte des nations par les États connus.

Artal (juillet 2014) Gaza,enfant,charte,guerre,Palestine

Les enfants de Gaza
Pour le sang versé de ces enfants, vous savez ma peine et ma honte de savoir les peuples qu'on dit humains, laisser poursuivre ce que la monstruosité a déjà commis.
Artal (juillet 2014)

Photo : Une petite fille palestinienne hurle à l'hôpital al-Shifa après la destruction de la maison familiale de Gaza le 18 juillet 2014

 Les poèmes de Artal...

09:01 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : gaza, enfant, charte