Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

30/03/2015

L'agitation poétique

Artal Esparron 2015.JPGL'agitation poétique

En levée de culture ainsi sans décrier
En vain contre l'aède et autres de tout zeste
Une foule d'auteurs qui nous a su souffler
Le vers contemporain et celui plus agreste

Leur course tourmentée sous l'ombrage assidu
Dans la quête obstinés ils brûlent d'espérance
Tout fouillant l'attraction de l'esprit disparu
L'extirper du miroir et briguer son errance

Comptant se raconter chargé de vers sans fond
Sur les brisants allant vaguer trôlant le rêve
En l'incessant dédale où le barde à rebond
Fleurit sa prosodie assurée dans la sève

Agrainer le verset n'est plus ce que je crois
Tant d'écrivants flattés gravitant le Parnasse
Tout suscitant l'espoir et autant quelquefois
Patentés du noyau découlent de la masse

On ne veut plus rêver que le titre absolu
D'où éclos l'immortel actuel et sans rimes
Qu'engendre l'horizon pour tout nouvel élu
Je penche le berceau des poètes sublimes

G.Artal (Printemps 2015)

Les poèmes de Artal...

14:08 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0)

25/03/2015

Un printemps de plus (20 mars 2015)

Un printemps de plus (20 mars 2015)

La nature en éveil vient parer la naïade
A cœur et bras ouverts tout enlaçant la fleurprintemps,Verdon,Gréoux,Gréoux les Bains,Artal,poème,poésie
Aux abords du Verdon sa frisante douceur
Se fait mars renaissant les baumes en parade

Des riants horizons l'immense jade espace
Fait jaillir l'apparat, l'agrément et l'amour
Le jet voluptueux des bourgeons de retour
L'écrin ensorceleur au gré de sa surface

Un tapis de l'alpage à la Provence verte
Je m'enivre du cadre où le lys est blason
Et me souviens encor' m'affilier à l'option
De la terre occitane et depuis découverte

C'est l'âme du passé d'un jadis qui veloute
Mes fuyantes années errantes je conviens
Les annales fleuries aux désirs quotidiens
Et ce généreux jour apaisant sur ma route

Soixante cinq printemps au périple de vie
Je veille l'espérance et l'écrit du Divin
Au halo du regain, l'équinoxe est enclin
Je renais d'une grâce en saison embellie

G. Artal (à Gréoux les Bains le 20 03 2015)

Les poèmes de Artal...

21/03/2015

L'influence

L'influence


Le pupitre conseil de ces nuits d’Élysée
Me burine l'esprit aux mesures sans fin
Y portant le bon fruit, la rime du besoin
En vers lents envahir ma raison désarmée

Il me souffle des mots aux lignes effilées
Lui qui forme les vers liés à l'éternel
Investis d'illusions et d'un philtre idéel
Sensible apaisement, mes bases fascinéesl'influence,influence,elysée,alyscamp,artal,poème,poésie

J'essaie de conforter les âmes élégiaques
Qui pleurent le passé autour des Alyscamps
Ce quatrain d'autrefois qui erre par les champs
Aux pierres alignées des esprits insomniaques

C'est un art de jadis façonné en Provence
D'une terre exaltante un don des devanciers
Ces rêveurs troubadours, rimeurs aventuriers
N'ai nulle joie plus grande en tirer l’influence

G; Artal (mars 2015)

Les poèmes de Artal...

14/03/2015

Du vers à la démence

Du vers à la démence

Et j'entends murmurer quelques vers inédits
Les sentir là, accros, arpenter l'écritoire
Le mémorable empire aux poèmes décrits
Que lumière éblouie immerge d illusoire

Tout à fouiller ma vie dans son dérèglement
Sans pouvoir au courant dominer l'influence
Explorant l'infini, tout le bouillonnement
Dans la trappe du temps je nargue l'indigence

Concordante folie ton ombre à mon chevet
J'essuie l'étiolement qui me fait solitaire
Y puiser le débit que j'engerbe au verset
Où tout est influent et qui se doit complaire

Du silence des sons il règne en ce milieu
Un brouhaha d'écrits venu ceindre l'asile
Mes doigts sont au clavier le rêve peu à peu
Il me rend fou ami et combien inutile

G. Artal (mars 2015)

Les poèmes de Artal...

06/03/2015

L'allèchement

L'allèchement

Au bruit doux effacé d'une vague rompue
Éphémère en son lit gai de sable voyeur
Le regard transporté la savoir demie nue
 S'abandonne mon luth accouplé à la fleur.Allèchement,Eve,Artal,poeme,poésie

Tout explorant le trait que m'offre libertine
Le galbe de son bien et des baumes mêlés
Serviette sous les reins la madone marine
Aux rêves je m'enivre et par eux emportés.

Ce feu qui me dévore où l'estoc est sensible
A la gloire du fruit, le feuillage avenant
Au jardin merveilleux je me veux disponible
Y priser la chair d'Eve à l'entour du couchant

G. Artal (Fév. 2015)
En écho aux " Tentations " de  Cyrael Maryjo

Les poèmes de Artal...

11:19 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0)