Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

23/10/2015

Madrid

Madrid

Soixante années passées, me voilà de retourMadrid,carnet de voyage,poeme,poesie,Artal poemes,Artal
redécouvrir enfin, la bandera flottante
que porte la cité en infante accueillante...
par la calle Mayor à mon bonheur du jour

Madrid me sollicite et se veut la conquête
qui s'offre à l'impétrant venu la voir grandir
alors que dans le temps encor pauvre à gémir
des faits du caudillo, l'Art souffrait la tempête

La lumière du lieu royalement offerte
Maria La Réal grandit el palacio
Madrilènes en vie dans l'âme avec brio
que chaque nuit étreint, ont effacé l'alerte.

Ils l'ont vécue orange et je la sens passion
la bigarade amère a nourri l'endurance
pour se changer si belle active à l'abondance
dans son blanchi de nacre, après tant d'affliction.

GH. Artal (octobre 2015 - carnet de voyage)

Les poèmes de Artal... sur Facebook

20/10/2015

La blessure

La blessure

Mais comment t'oublier
quand me suit à la trace
par dedans le coucher...
ce dommage coriace
Attaché à la source à demi échiné
m'y voir noyé la nuit aux perles de sueur
tu me souffles à mi-voix ton outrage obstiné.

GH. Artal (octobre 2015)

Les poèmes de Artal... sur Facebook

 

Réflexion sous la tonnelle

Réflexion sous la tonnelle

Serai-je assez naïf m'opposer à nous-mêmes
l'esprit a sa limite et tant d'égarements
du génie des idées percent les boniments...
et me voilà brigand lié aux stratagèmes

Sous la niche d'aubert le corps des convenants
me déliant des leurs, auguste aréopage
de jouir bien pourvu au revers du vitrage
laissant passer le jour, opaque aux collectants

J'écris mon aventure, ils songent le pactole
en faveur de l'issu j'y laisserai mon nom
dans l'infinie durée, acquérir un renom
on gagne aux sentiments et jusqu'à l'auréole

D'une part exister, de l'autre le déclin
hautes conspirations en la sublime alliance
étincelant d'orgueil puis tout perdre en partance
l'enceinte d'un château n'a jamais fait l'écrin.

GH. Artal ( octobre 2015)

Les poèmes de Artal... sur Facebook

 

04/10/2015

Le Lac de Frace, Aigrefeuille d'Aunis

Le Lac de Frace, Aigrefeuille d'Aunis,Artal,poeme,poesieLe Lac de Frace, Aigrefeuille d'Aunis
(carnet de voyage)

Conquis dans la teneur d'une artère champêtre
en ce bien plat pays vénéré du pourtour
c'est la terre des fées et des eaux de l'entour
méditant l'azurin, qu'il est bon de bien être

Je la foule à pas lents en cette fin d'été
la verdure irritée toute confuse à plaindre
à la folle abondance avec l'ondée de craindre
voir mon âme en écho, ne déserter le pré

C'est le frisson courant, une étreinte à l'idylle
que génie complaisant a forgé l'éruption
l'empreinte généreuse en unique version
des ondes sublimées au végétal aphylle

Tout fixant sur le plan ma pensée et mes yeux
confondant à plaisir et la faune et la flore
Telle fut ma démarche y revenir encore
en cet asile vert aux lacs bénis des dieux

GH Artal (octobre 2015)

Les poèmes de Artal... sur Facebook

Vers l'ascension

Par derrière ma sépulture vous exhumerez une poignée de vers (GH. Artal)

Vers l'ascension

A l'attrait d'une plume où le vers se fait œuvre
romance d'un automne en rimes de saison
délire de l'esprit le verbe à l'ascension
splendeur gerbée de mots, le poète manœuvre

Les philtres de ses vœux font les divins échos
au lacis de l'ampleur l'effusion triomphale
quand on la trouve enfin facture capitale
la muse se dénoue libérée de l'enclos

Et la pensée se lève au fond de l'avantage
l'hymne à la poésie où l'accordé soupir
d'aise à l'élévation, l'ode se répartir
Et puis la voir en traîne au cycle de l'usage

Poèmes ! Ô flambeaux ! mesures romanesques
Emporté par vos chants je gagnerai le ciel
échelant le zénith vers l'empire essentiel
afin d'y historier moult poétiques fresques.

GH. Artal (Septembre 2015)

Les poèmes de Artal... sur Facebook

La Charente-Maritime (Carnet de voyage)

Charente-Maritime,Artal,poeme,poesieLa Charente-Maritime (Carnet de voyage)

J'accroche à mes loisirs mille envies dispersées
quelques caprices vains, amants de divers lieux
sous les vents d'océan aux souffles vigoureux
que portent les influx des montantes marées

Marche à travers la ville en dessous le claveau
la « Rumeur des Anges » au fort de vieux ouvrages
ne voir autour de soi tant d'œuvres, davantages
replonger plus encore en les arts du faisceau

Par le Grand Sud Ouest me suis laissé séduire
La Rochelle et ses tours, ébauchant mille pans
heurtés de fins assauts aux vivaces élans
découvrir sans répit tout me prêtant conduire

Je m'égare où m’entraîne et pensif et muet
loin de l'espace amer savourer l'apparence
où tout flue à la vie inondée de présence
mais ne suis que passant qu'atteste le plumet

GH. Artal (Septembre 2015)

Les poèmes de Artal... sur Facebook

Par la terre de Provence

terre de Provence,Artal,poeme,poesiePar la terre de Provence

Et de poursuivre ma ronde
attaché au temps sans fin
la rêverie vagabonde
je la vis avec entrain

Des couleurs dont je la dote
ma région moud ses reflets
le pâtre s'est fait mon pote
avec lui les farfadets

Sont les parfums de Provence
fragrance des lavandins
et du buis en affluence
nos forêts garnies de pins

Fait l'azur d'apothéose
qui saura nous envoûter
le félibréen qui ose
par ses rimes la chanter

De mon désir perdurable
aux bienfaits depuis soumis
à son onde délectable
ce pays m'aura admis

GH Artal (août 2015)

Les poèmes de Artal... sur Facebook

Attendre

Attendre

Attendre,Artal,poeme,poesie
Laissez aller vos yeux vers mon image
comme une caresse sur mes chairs
Et attendre
la vieille forme et moi faisons corps
bien que cela n'en finit plus
Il nous reste encore du temps
Et toujours attendre

Attendre l'à-propos
l'inspiration venir
la verve s'établir
libérée du chaos

Attendre l'écrit brut
le tout à l'intention
un vers, une illusion
la rime donne l'ut !

Attendre un mot s'offrir
en en faisant son but
le fond d'esprit en rut
forger à m'abrutir

Le monde est un tableau
où tout est équilibre
la mort, la vie, le beau !
Laissez aller vos yeux vers mon image
comme une caresse sur mes chairs
Et attendre, attendre
que l'artifice fixe l'instant.

GH. Artal (août 2015)

Sachez que tous mes poèmes ne sont que des émanations parfois lumineuses, mais encore fétides, putrides, subtiles et pourquoi pas divines, de mon esprit attachées au déroulement du processus poétique.
Artal..
Photo . GH. Artal

Les poèmes de Artal... sur Facebook

08:49 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : attendre, artal, poeme, poesie