Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

30/03/2016

Abbaye du Thoronet,

 

Abbaye du Thoronet,
 
Par le droit de l'enfeu, il repose en la pierre
froide en ce lieu ailé des frères de la nuit
qu'un seigneur héritier des règles à l'équerre
dans ses murs de pavés il engrène le fruitabbaye du thoronet,abbaye,thoronet,provence,artal,poete,poesie
 
La vision de la paix à l'influx monastique
au rythme du silence occulte perception
un nuage divin caresse le mystique
au vertige éternel l'homme en admiration
 
Le travers du symbole ouvre à la connaissance
du soleil absolu qui se lève à l'orient
et la chaîne d'union en chrétien de croyance
rendra le chant si beau, credo de l'abstinent
 
Noble ardeur à prier, il s'élève au sublime
en la sombre phonie du souffle religieux
amour, contemplation dévotion richissime
soumis à l'attraction de l'entour aux sept lieux
 
Au jardin des pensées tout fleurit sans mesure
par le fleuve du temps et de pure acuité
l'aubade d'une draine œuvrant à la ramure
comme ange dans les cieux pour une éternité
 
Ouvrant les yeux du cœur à la sainte lumière
et le plénier désir de la simple beauté
je me veux pèlerin d'un monde sans frontière
par lui je m'émerveille étrange parité.
 

 

 

20/03/2016

De l'envers à l'avers

 

De l'envers à l'avers
 
C'est l'ombre sur le vers butinant la fragrance
aux heures de dépit du fil d'un nouveau temps
que la glane est amère aux folies du printemps
le poeta minor il manque de substance
 
Célébrez son absence où s'évase l'oubli
il fuit le fond d'abîme à se voir créature
du cliché de l'essaim amant de l'imposture
et grisâtre dupeur celui qu'on pense ami
 
Tout à son intérêt du sociable il abdique
face à l'envers connu au masque tourmenté
que le miroir renvoie en un rêve indompté
sa plume s’engloutit et se coule apathique
 
A l'avers du destin il s'attache aux reflets
et quand tout sera dit en marge du recueil
du pays de Provence en sa terre d'accueil
il écrira son vers au fleuron des versets
 

04/03/2016

Orientalisme (recueil)

Au commencement était l'image, puis l'inspiration et pour finir le recueil promis.
Pour ceux qui désirent acquérir le recueil, cliquez  sur la photo.

 

Orientalisme, Artal, GH.Artal, poeme, poesie

A la proue de ta mort

A la proue de ta mort

Le ver se veut luisant au jardin du printemps
en marge de lumière où sans lune il chemine
pour élever en lui l'étoile qui culmine
dans ses jours éthérés de poète à pleins-temps

Tel un fauve il s'engage absorbé et sauvage
sur la voie du néant droit vers cet inconnu
et sans sonorité d'un discours demi-nu
tenu de sa détresse et que fin décourage

Et la sombre équipée de la mort et lauriers
le but précipité se fusionne au mensonge
toi sein du synonyme au linceul va le songe
et d'attendre la fin d'y vendre tes papiers

Où tout est sans issue à la brume tu tronques
un honneur à la gloire à l'égard être grand
Mais tu te vois souillé au trône du gourmand
te sens-tu cet élu de ces âmes quelconques ?

Le vers mystérieux.
GH.Artal (03/2016)

Les poèmes de Artal... sur Facebook

09:16 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : la proue, mort, poeme, poesie, artal

Le dérèglement

Le dérèglement

Les bourgeons ont éclos aux confusions des ondes
un hiver de printemps sous les fleurs d'amandiers
la Provence expressive alerte ses halliers
d'un semblant de touffeur, les ivraies moribondes

La bohème lunaire aujourd'hui et toujours
à jamais accolée à notre bonne terre
fort éprise à fleurir le cours de la rivière
tant l'éclaire ses nuits les cycles en concours

Une idylle égarée aux battements des cœurs
dans la belle région qu'il soit dit en passant
les soupirs de janvier font le rêve flottant
du moment d'abandon aux ardentes liqueurs

Un hiver de printemps qui se lie à la flore
nous respectons l'union ne tournons pas la face
tout nous semble si doux la planète et l'espace
mais du dérèglement... déferle la menace.

GH. Artal (03/2016)
d'étapes en découvertes.
En terre provençale.

Les poèmes de Artal... sur Facebook