Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

29/12/2016

La clef du vers

Un poème inspiré des bassins de Camargue alors que le vent soufflait dans les roselières.

La clef du vers

Une note est à l'eau en fond du ru vaseux
est-ce un fa ou le mi qui chante cafouilleux
va la gamme assistée d'une lyre en action
soumise au flot obscur voguant la confusion

Verbiage sous le cours tous les mots immergés
fusionnent détrempés leurs étranges secrets
mettons les à profit d'y noyer la tourmente
tout fleurissant la prose et poésie parente

Desseins de l'infini les signes dans le ciel
au berceau du néant scintille l'irréel
coutil de l'univers rien ne peut l'approcher
si ce n'est le poète en l'art de composer

Où le sol est de do qu'elle rêve de si
arpenter sur sa nuit la muse bien habile
d'amour illimité le vers ainsi saisi
pris du cœur et des yeux tout mon être jubile

GH.Artal (déc. 2016)

 Les poèmes de Artal... sur Facebook

20/12/2016

L'inspiré ad mortem festinamus

L'inspiré ad mortem festinamus

Si le trait fait le Vide
et le Vide est un fluide
en la fluide abstraction
se perd la condition

Il vit le déclin tout comme autrui
agrippé à sa nuit sombre
chaque jour qu'il décrit
ses écrits dans le nombre

Cherchant un sens à sa mort
jusqu'à nourrir l'enveloppe obscure
criant gare au destin il s'endort
la plume est à l'aveu qui assure

Il va mourir demain
et le jour suivant
du poème qui s'éteint.
en préface du néant

GH.Artal (déc.2016)

 Les poèmes de Artal... sur Facebook

16/12/2016

Rien que pensée

Rien que pensée

Pérenne fusion, une âme d'airain
comblée de félicité
par mon ébauche de quidam français
au berceau africain.

Ne suis qu'une illusion
né du nihilisme absolu
j'erre inaperçu
mon art et l'imagination

GH.Artal (déc. 2016)

Les poèmes de Artal... sur Facebook

10/12/2016

Au langage de mes inspirations

 

Au langage de mes inspirations je rajouterai volontiers les images de mes rêves.

GH.Artal

Les poèmes de Artal... sur Facebook

 

03/12/2016

L'astre qui a fini de luire (Stance)

L'astre qui a fini de luire (Stance)

La détraction a cheminé
forgée, issue de la macule
à l'heure où le ciel mal luné
fuit de nuit au jour en bascule.

J'observe l'infini profond
mon monde à l'aveugle sillage
l'hypocrite astre vagabond
mon soleil et son apanage.

GH. Artal (décembre 2016)

Les poèmes de Artal... sur Facebook