Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

10/06/2018

Les soupirs du silence.

Pour remercier ceux de mes lecteurs transportés par l’acquisition de mes recueils, je leur dépose ce dernier poème.

Les soupirs du silence.

je jouis aisément au débit de mes vers.
sensible à ce qui germe en rimes délectables
absent du temps sonné à l’heure des convers
j’aspire être poète aux règles mesurables

Tout portant ma pensée déliée de l’écrit
dispos pourvoir aux fins d’asservir le poème
en fond d’intimité d’un couchant qui nourrit
les soupirs du silence à ces mots que l’on sème.

Fusion des nuances se forment les accords
la mélodie naissante au bonheur de l’aède
après tant de sanglots, de peines et remords
pour venir m’enivrer certifiant le remède.

L’épreuve a fait ma vie, déboires et dépit
sans perdre le repaire en solitude noire
tout épuisé d’orgueil mais de bon acabit
l’appel à vocation à verni l’écritoire.

Gérard ‘’Artal’’ Hartalrich
Cersay – Val en Vignes juin 2018
Poème protégé

 

Les soupirs du silence,convers,l'écritoire,Hartalrich,GH.Artal,poèmes,poésie,Cersay,Val en Vignes

 

 

 

07/06/2018

lune de miel

sous les voûtes acoustiques
siègent nos sensations intimes
classique polyphonie
s’enorgueillit la lune de miel


Gerard ‘Artal’ Hartalrich Juin 2018

 

 

 

 

06/06/2018

Au gré de ma nuit

Au gré de ma nuit

Ambitieuse espérance en mon âme bondée
A l'ondine exaltée j'offre mes illusions
Et la pure Psyché ne cesse inapaisée
Quémander l'unité le produit des visions

Je m'apprête à fumer les senteurs herbacées
D'une nuit résineuse à travers sa touffeur
Au bon gré du calmant de mes graines semées
Là où l'Auster fait front au mystère intérieur

Sans dune mon soleil un songe qui m'assiège
S'envide et se renvide en un filet du temps
Où ne suis qu'instrument d'une muse qui siège
En étoile du ciel qui luit depuis longtemps

Les astres effrénés spéculent despotiques
Étincelants d’orgueil lunules de la star
Je fume un dernier vers au dynaste des piques
Qu'excite la splendeur abreuvée de nectar

Je porte à bout de bras le poids de la contrainte
Parure du pennon l'emprunt au chant sacré
Asservi je fléchis au gouffre de la crainte
Tout bravant mes défauts ne suis qu'un inspiré.

GH. Artal (juin 2012)

de Provence à Cersay - Val en Vignes