Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

25/08/2012

A la Muse avenir

 A la Muse avenir

 
Tu fus Muse au passé Ô combien désirée
Une fleur souriante aux premières lueurs
Qui parfumait l’air doux divine destinée
En constante gaieté aux langage des cœurs
 
Tu es Muse au présent la rime qui t’engrène
En mouvement l’idylle et la plume à la fois
A glaner dans l’instant un des fruits de l'arène
Et l'ineffable amour non celui de guingois
 
Seras Muse avenir à mes vœux enchaînée
Qu’un destin a choisi pour nos encres de feu
Qui agitent les sangs ma flammèche enviée
Scintillante torture d’un soleil en tout lieu
 
Au doublet de la pose ta missive discrète
L’ai reçue un matin et senti la passion
Me veux la lire encor tant sa forme reflète
Du nombre de tes jours toute révélation
 
Que cette prose est bleue parfumée de lavande
Mais d’un pastel céleste à l’herbier du désir
Un arôme à humer ta caresse en offrande
Le rêve pour combler mon savoureux plaisir
 
Tu seras Muse lierre attachée à ton mage
Toute ardente et suave il nous faudra percer
Toi qui lis dans mes yeux cristallise l'image
C'est un duo d'espoir le Graal à déceler.
 
Artal ( août 2012)

 

 

10:37 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : muse, idylle, voeux, arène

Triomphe et déchéance

Triomphe et déchéance

J’ai trouvé dans la voix d’une vieille chanteuse
Ce long cri déchirant en offrande à la mort
Et le chœur se reprend condamnant la faucheuse
Qui scelle à son désir les âmes à leur sort

Surchargé le tableau sans répit nous tourmente
Que la moisson est noire à l’irruption du mal
La puissance en errance elle se veut insolente
Liée par ses exploits au naufrage fatal

Notre angoisse grandit qui ose contester
En ce monde la paix dans un torrent de lave
De ces récents émois ma plume est au bûcher
Maîtres de l’univers timoniers de l’épave

ils grondent aux conflits les audacieux cabrés
Qui meurent à l’espoir d’une fin triomphale
La muance des corps les esprits libérés
Ripostant à l’appel et finir dans le râle

Que va t-il demeurer du charme de nos fleurs
Et des bourgeons si purs sans même une espérance
Fanés avant d’éclore au trophée des horreurs
Cynique hostilité triomphe et déchéance

Artal ( Istres, août 2012 )

10:35 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : triomphe, déchéance

11/08/2012

A La Fille du Soleil

A La Fille du Soleil

Un souverain désir plaisant et apprécié
Vint éjouir mes yeux hardiment je l’atteste
En délicieux chaînon de pure qualité
Venu sceller l’ardeur dans le brouillard céleste

La Fille du Soleil ma pulsion de survie
Lui resterai soumis jusqu’à ce jour suprême
En crise aux vibrations d’une brûlante envie

Et fraîche volupté mourir dans le poème

Reflet de l’infini qui pourrait mieux que toi
En ces beaux jour d’été venir hanter ma plume
Lui inspirer l’amour atteindre son émoi
La rime au déversoir se voile dans la brume

Je tente d’apaiser cet élan de l’écrit
Reflet de la pensée où mon rêve s’exile
Livré au doux loisir et des jeux de l'esprit
Mais tu n'es qu'une amie ma rime si futile

Artal ( Istres, le 03 août 2012 )
 

08:17 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : fille, soleil, rime, rêve

21/07/2012

Le jardin de Heero

Je le transcris pour toi, qu’il court dans l’éternel
Toi fierté de l’Iris en souche séductrice
Toi Heero notre ami si sage et naturel
Je convertis ta joie à la rime tutrice.

Le jardin de Heero

Sorti d'ombre éclipsée je vais mon promenoir
Arpentant l'oasis des âmes canidées
Complices affiliées en ce vert reposoir
Aux arômes précieux vertu des graminées

Suavité du lieu je flaire l’inouï
Et ses longs bercements aux ondes acoustiques
Une larme d'un cours qui file son repli
En fidèle élément des influx dynamiques

Tel mes frères humains je ne peux qu’admirer
Les rameaux vacillants sous l’éclat du parage
Et le front du ponceau que recouvre l’herbier
Un joyau de Lagord sur une aire en partage

Je musarde à mon gré tout couvert de bonheur
Compagnon du jardin aux pures évidences
M’abreuvant d’illusions en quelque élan rôdeur
Percevoir un des miens surgir de ses essences

Saisi par la douceur des mains qui l'ont fleuri
Quand je fus pris d'affect pour ce lieu délectable
De l'herbage si doux au feuillage assorti
Où se fixe l’éther d'un éden respectable

Vivre comme cette eau qui fuit par devant moi
Dans le trouble désir de tracer ma mémoire
A présent me soustraire a sonné le renvoi
Savourez le jardin je boucle le grimoire.

Artal

 Les poèmes de Artal..


14:52 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : heero, jardin, lagord

30/06/2012

Sur la butte orientale

Sur la butte orientale

Je souffre la passion des musicales rimes
Dans la douce inertie des nappes de beauté
Vivifiante émotion je les couche sublimes
Le destin me conduit où s’épand la clarté

Mais par ce hâve jour la ballade en étape
Mon cœur anéanti le trouble ficelé
J’ai perdu ma visée la norme est à la sape
Au travers de sa voie mon amer révélé

J’accuse le courroux pour calmer ma souffrance
Sous le brouillard grossi de bien tristes humeurs
Tout chez elle est mouvant au fond de son errance
Dans la chasse à l'amant aux multiples pisteurs

Ô combien d’insensés dans la grise spirale
Où s’éteint l’espérance et la terne fiction
Je semblais m'égarer sur la butte orientale
Lent coucher de soleil je retrouve raison

Artal ( Istres, juin 2012 )

10:07 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : orientale

23/06/2012

Fatima...à Beni Abbes

 
Fatima...à Beni Abbes

Tel que la haute mer le sable sans mémoire
S’en vint dissimulé enfouir l’espace nu
Pour cueillir le soleil toi fille méritoire
Tu as passé du Sud au cœur de la tribu

Mouloud Ennabaoui Beni-Abbes en fête
Un succès éclatant là un astre apparaît
Lumière des palais et l'esprit de conquête
Exultent les guerriers c'est le jour de l'attrait

Ton bonheur à hurler j’écume ses délices
Et leurs éclats secrets je puise à l’infini
L’amitié fortifie rayonnent les complices
En ce chemin fécond tu erres sans souci

Sur les hanches de l'erg ton rêve pénétrable
Tu vas d'un juste pas là où marche le temp
Peuplé de ta splendeur conquérante admirable
Le parfum de ton sang ranime mes printemps

Artal ( Istres, juin 2012)

16:03 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : fatima, beni abbes

17/06/2012

Sous le manteau

Sous le manteau

Il donne de sa vie l’illusion embrasée
De nuances tranchées d’où la guerre naquit
Au pouvoir d’une flamme en crachant sa fumée
Et toute sa noirceur au regard du conduit

Il se veut dans l’éclat se sachant éphémère
Ce feu ombre et soumis dans l’âtre gémissant
Que nourrit alléchant un tronc de caractère
S'enflamme le tison souverain crépitant

Sur fond de Spondalies rougeoyant il flamboie
Dans le bouillonnement des poumons du brasier
Où s'accorde au chenet charbonnette de proie
Au charme effervescent que l'on vient admirer

Fatalement flambé il change d'apparence
En son grabat cendré l'animé du tableau
Si le cœur est brûlé le reste en décadence
Se glisse comme un froid j’excite le fourneau.

Artal (Istres juin 2012)

Découvrez ma page Facebook

00:51 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : manteau, feu, guerre

03/06/2012

Au gré de ma nuit

 Au gré de ma nuit
Ambitieuse espérance en mon âme bondée
A l'ondine exaltée j'offre mes illusions
Et la pure Psyché ne cesse inapaisée
Quémander l'unité le produit des visions

Je m'apprête à fumer les senteurs herbacées
D'une nuit résineuse à travers sa touffeur
Au bon gré du calmant de mes graines semées
Là où l'Auster fait front au mystère intérieur

Sans dune mon soleil un songe qui m'assiège
S'envide et se renvide en un filet du temps
Où ne suis qu'instrument d'une muse qui siège
En étoile du ciel qui luit depuis longtemps

Les astres effrénés spéculent despotiques
Étincelants d’orgueil lunules de la star
Je fume un dernier vers au dynaste des piques
Qu'excite la splendeur abreuvée de nectar

Je porte à bout de bras le poids de la contrainte
Parure du pennon l'emprunt au chant sacré
Asservi je fléchis au gouffre de la crainte
Tout bravant mes défauts ne suis qu'un inspiré.

Artal (juin 2012)

 

 Découvrez ma page Facebook

 

11:41 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : nuit, orgueil

26/05/2012

L'éther des rêveries

L'éther des rêveries

Dans le vague d’un flash la nuance onirique
Obsédant ma raison affectée qui me fuit
L’énigme volatile ou reflet chimérique
Une image en rafale au remous du fortuit

Je m’épuise à scruter ses passades divines
Caressant l’idéal déclinant le tourment
Les élans sans espoir aux vibrantes matines
Utopie de l’extase où tout n’est qu’apparent.

Un dessin remarquable à la forme sacrée
En vierge de Saba au cœur d’or cristallin
La fièvre du plaisir pastorale embrasée
Mirage je te vis que le film est divin

Accordez-moi la grâce exquises autarcies
Le spectre du passé vulgarise son rai
Puis se brise l’illustre éther des rêveries
Au miroir résolu sans le moindre délai

Errance d'agrément j’en ai fait des voyages
Le souvenir se perd un brouillard à franchir
Dans ce brasier décor du royaume des sages
Le mythe se dévoile à l'esprit du désir.

Artal (Istres 2012)

Découvrez ma page Facebook

19:18 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : éther, rêverie

19/05/2012

cistercien

Cistercien

Par le droit de l'enfeu il repose en la pierre
Froide en ce lieu ailé des frères de la nuit
L'enseigneur héritier des règles à l'équerre
Dans ses murs de pavés il engrène le fruit

La vision de la paix à l'influx monastique
Au rythme du silence occulte perception
Un nuage divin caresse le mystique
Au vertige éternel l'homme en admiration

Le travers du symbole ouvre à la connaissance
Du soleil absolu qui se lève à l'Orient
Et la chaîne d'union en chrétienne croyance
Rendra le chant si beau de l’ascète abstinent

Noble ardeur à prier il s'élève au sublime
En la sobre euphonie du souffle religieux
Amour contemplation dévotion richissime
Soumis aux passions de l'entour obséquieux

Au jardin des pensées tout fleuri sans mesure
Par le fleuve du temps et de pure eau baigné
L'aubade d'une draine œuvrant à la ramure
Comme ange dans les cieux pour une éternité

Ouvrant les yeux du cœur à la sainte lumière
Et le plénier désir de la simple beauté
Je me veux pèlerin d’un monde sans frontière
Par lui je m’émerveille étrange suavité.

Artal (mai 2012)

 

Découvrez ma page Facebook

 

17:27 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cistercien

29/04/2012

Le moribond ( Un clin de plume à Paul Verlaine)

Le moribond ( Un clin de plume à Paul Verlaine)

Troublante solitude je me noie dans tes maux
Sans l’ombre d’un seul vers expirante ma plume
Sa route tourmentée s’écroulent les châteaux
Où la nuit est tombée se fait noire la brume.

En berger solitaire à l’orée d’un bas fond
J’observe le troupeau de rimes ignorées
Au cœur de ma nature qui broute pudibond
Profusément offertes aux muses innommées

Je n’ai plus le désir quand en moi tout s’endort
Au grabat de saturne où couche ma souffrance
Tourmente et mal de vie ayant rompu le sort
Châtiant ce temps muet mon acte d'espérance

Ô cause de l’ennui vois j’en tremble d’effroi
Dans mon doute égaré je m'accorde à déchoir
Me laissant m’entraîner au pied de la paroi
Sur le sol nu et froid je me meurs en ce soir.

Artal Istres 2012

 

Découvrez ma page Facebook

08:50 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : moribond, verlaine

22/04/2012

A Zoulikha d'Ahfir

A Zoulikha d'Ahfir

Fille de l’Oriental au pays du Maroc
Ahfir fut la maison où grandit ta sagesse
Dans ton âme est gravée cette image du roc
A l'assise du mont qui a fait ta jeunesse

Bien joli paysage dans ces lieux de splendeur
Qui a su m'inspirer de par ses influences
Aux reflets du grand astre en source de chaleur
Bercement des regards au trait des éminences

Zoulikha attristée murmure son espoir
Revenir sur ses pas s'abreuver de lumière
De l'éclair ancestral son Eden l'entrevoir
Le parfum de la souche et saveur familière

Il regorge d'histoire et accroît l'agrément
Ce pays merveilleux al-Maghrib terre sainte
Au Couchant si lointain joyau du firmament
Ailleurs de ses remparts se chante la complainte..

Artal (Istres - avril 2012)

 

Découvrez ma page Facebook

18:41 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ahfir, maroc

14/04/2012

Où fleurit ton accent

Où fleurit ton accent

Je pressens des sanglots ô Muse retenue
Par les plis de l' hijab et soieries du chevet
Chaleurs des voluptés la supplique pourvue
Au calice les pleurs musons loin du regret

L'image me souvient dans ce lit d'une vierge
A semblance de miel sa frimousse sans traits
Quand en douce saison je remontais la berge
Tout venant au profit lui porter les bienfaits

Le désir est étrange la nature audacieuse
Bourgeon d'or printanier je mirais le joyau
A me brûler la vue près l'alliance enjôleuse
Ces soirs de cris divins à l’orgueil du flambeau

Je parcours l’infini de tes attraits esclave
L’univers de ton temps aux senteurs en mon air
Le centre du désert ton oasis suave
Mes envies sans repos et les tiennes de pair

Suis-je d'impure caste à découpler le verbe
Le rendre si amer où ne suis qu'un mendiant
Venu gueuser en toi l'influence superbe
D'un langage en beauté et combien édifiant.

Source d'inspiration mon amante Berbère
De ton troublant émoi des larmes à présent
Sous l'ombre d'une rime en deçà le mystère
Pour ma plume comblée où fleurit ton accent.

Artal (avril 2012)

16:42 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : accent, berbère, hijab

01/04/2012

A mon plaisir brûlant

Ô toi qui dans mon rêve esclave en mes sommeils
Tu rends mon cœur secret douceur de mes nuits nues
La passion libertine enrichit nos éveils
Et les beaux sentiments des flammes prétendues

Ton ardente étincelle à l’unisson des mots
Fait le rayonnement d'amour en turbulence
De gloire et de splendeur tu me combles d'échos
Superbe quotidien je courtise l'audience

Dès l'aurore aveuglé mes regards sans teneur
Que berce la louange aux éloges en nombre
Entraînent à l'action Eros l'agitateur
A l'enclos du mystère en hôte de pénombre

L'indéfini poème enchaîne mon devoir
Je compose pour toi tourment dans le sillage
Muse de mes élans éclair de l'isoloir
Art du plaisir brûlant qui me force à l'encrage.

Artal ( Istres, mars 2012)

 Les poèmes de Artal..

08:33 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : plaisir, brûlant, eros

25/03/2012

Sauveterre de Rouergue

Sauveterre de rouergue,poésie,ArtalA l'occasion du Printemps des Poètes 2012, un des plus beaux villages de France où je me suis rendu porter ma poésie.

Sauveterre de Rouergue

Au cœur du Ségala jour de traîne et de plume
Dans l’aspect verdoyant d’un horizon crémeux
Quand l’âme du pays aux cent vallées écume
Garants de l’avenir les souffles harmonieux.

Ô sainte poésie je traîne sous les arches
Ton grain qu'on met en vers issu de l'apparat
Et le sol obligeant accru des patriarches
Couronne le décor d'un lumineux éclat

Fut royale en son temps l’attrayante bastide
Ville forte isolée sur le bel Aveyron
Du Rouergue d'antan Sauveterre sans ride
Me confie ses secrets masqués dans l'environ

Un généreux mémoire émane à démesure
Exploitant le passé que forge un coutelier
Journaliers à l'ouvrage les bêtes en pâture
Espace chaleureux qu'on ne peut oublier.

Artal (Istres mars 2012)

 Les poèmes de Artal..

15:18 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0)

10/03/2012

L'enfant des Mont d'Aubrac


    L’enfant des Monts d’Aubrac

    Par un soir de veillée en Rouergue autrefois  
    j’écoutais l’homme vieux, sans nulle lassitude
    Me conter son jadis à la flambée d’un bois 
    L’enfant des Monts d’Aubrac en rude solitude.             

    Tout jeune bouscatier, parcourait la forêt                    
    Coupe en haute futaie y gagner sa pitance
    La vie n’était pas douce et grandit à regret
    Loin d’une cour d’école, avouable navrance

    Et d’une guerre à l’autre en pain sec à honnir
    L’homme vieux relatait son éclat sans lumière
    Fade et gris teint d’enfant tourné vers l’avenir         
    Messager de son temps que celui de misère                 

    Causerie passionnée d’un passé rouergat
    Quand son âme sereine enfermait tant d’images
    Un régal pour l’esprit de vivre autre apparat               
    En ce siècle engendreur de princes et de pages

    Artal (Istres mars 2012)

 Les poèmes de Artal..

09:02 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0)

22/01/2012

A bientôt l'assomption

 A bientôt l'assomption

De la rose des vents émane l’espérance
Qui m’ouvre le chemin, ma terre à l’horizon
Caressante langueur je hume sa fragrance
Le parfum du grand Sud peuple mon ambition

Nouvelle lunaison, une étoile scintille
Particules de plume à l'excès de raison
Aux noces de mes vœux m'égosille en un trille
Tout clamant je le veux augurer la liaison.

La rose des sables magnifie le mystère
Me voici pénétrant le fond d'une vision
Le souffle du simoun dans sa fuite coursière
Et la main de Fatma , divine protection

Églantine alanguie préside mes aurores
Et l'artère des cœurs terroir de l'affection
J'envie revoir ce temps des sables inodores
M'épuise cette attente , à bientôt l'assomption.

Artal (Istres, janvier 2012)

 Les poèmes de Artal..

14:33 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : assomption, rose, simoun, fatma

08/01/2012

A Athir

charme2.jpgA Athir


Ô toi, femme au teint mat, à l'arcane du rêve
Bénéfique à ce chant de velours et douceur
Je lécherai ton corps à la cluse sans trêve
Au frisson de la chair qu’irradie le semeur

J'assiste fasciné ta cadence rénale
Sous le voile, essoufflée, confidence des sens
S'abandonne un sourire une emportée buccale
Dispos à la vigueur, poursuivre au contresens.

La sentence établie où l'envers s'apprivoise
S'érige la hantise au pinacle cerné
La brouture à la faille audacieuse et grivoise
Elle se remue et tonne à finir en beauté

L'endroit est préservé au futur légitime
Je lui garde respect et le couvre de vœux
Ma ramure de plume me la rend plus intime
Et c'est pourquoi Athir, je reste aventureux.


Artal (Istres, janvier 2012)

 Les poèmes de Artal..

10:58 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : athir, frisson, voile

31/12/2011

je mourrai inch'Allah

 je mourrai inch'Allah

L’horizon dégagé j’observe le croissant
Sur la montagne bleue avant l’heure dernière
Je tends les bras au ciel vers celui tout puissant
Mon âme ouvre son aile en foulée familière

Inlassable escapade où s’ébat l’ébahi
Je poursuis dans ma voie de lumière orientée
Le rituel magique en nomade ravi
Par l’emprise du lieu et de celle voilée.

L’oued des tentations afin me rafraîchir
Il est là mon repos, fille du Hodna
Ici vivre m’enivre, à l’Eden aboutir
Dans l’un de tes jardins, je mourrai inch'Allah

Artal ( Istres, décembre 2011)

 Les poèmes de Artal..

10:14 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : hodna, inchallah, nomade

10/12/2011

Inspiré

De la déviation mentale s'inspirent mes passions (Artal)

Inspiré

Fille de Kahina en ta souche berbère
J’irai cueillir la rime et du Hoggar la fleur
Ton charme virginal aux heures de prière
Ô brûlante lumière mais pleine de fraîcheur

Ton faisceau lumineux va embellir Oran
Au tendre velouté de sa grâce ambitieuse
Ta jeunesse étoilée soumise à son élan
Vers l’horizon divin chevauchera fougueuse

Ah ! charmante et suprême où la dune s’érige
Je te veux œuvre femme héroïne en mon toit
Musulmane et Altesse amante du prestige
Tout cela dans mon rêve une image sans droit.

Le hijeb joliment enserre ta vertu
Dans le cœur du pays de la splendeur câline
Orgueil de ma naissance l’Algérie m’a conçu
A notre terre unis, l’espérance fascine

Les chœurs vont encenser notre entente affermie
Leurs chants les plus sacrés, soutien de nos blasons
Et l’onde de l’oued pour bénir l’harmonie
Dans la suite du temps à l’assaut des passions.

Artal ( Istres, décembre 2011)

 Les poèmes de Artal..

11:27 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0)