Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

05/07/2017

Pantoun 4

Pantoun 4

Un grondement acide en ordre de bataille
l'esprit sautant aux nues dissèque les pavés
la banderole au vent par un fond de grisaille
dans un élan du cœur engage le procès .

28/06/2017

QR Code - GH. Artal

QR Code - GH.Artal

QR Code,GH.Artal,Artal,Hartalrich,poeme,poésie

 

27/06/2017

La Garde (A mes amis du Rocher)

La Garde (A mes amis du Rocher)

De souche il faut savoir qu'ils sont aussi de cœur
ces traits de Gardéens, provençaux authentiques
qu'en la foulée du temps ont porté les antiques
des ombrages connus aux mains du bâtisseur
moins ébloui qu'avant ne me veux dénigreur

Une ville animée qu'un joug fixe à l'aisance
tendons un brin d'oreille et nos yeux dilatés
pour ouïr le mistral sur les amants soufflés
vers le rocher d'antan tout couvert de romance
et depuis fasciné, je l'honore à l'alliance

Humble bourg de mon ère au vénérable aspect
d'une bien vieille Garde à l'humble terre acquise
mais depuis a changé, fourmillante est l'assise
ô combien regrettable, indulgence au suspect
réduisant ma présence au culte du respect

La Cité ne mourra elle est bien trop munie
Jean Aicard l'a chantée, D Jacobs de l'aimer
mon cœur à toujours être, au plaisir la rimer
juste action d'un égard la mission accomplie
spirituellement, ce jour je communie

GH.Artal (juin 2017)

Les poèmes de Artal... sur Facebook  
 
To contact me : artal@live.fr

 

 

 

24/06/2017

Flânerie en Provence

Flânerie en Provence
La région ensoleillée mais encore parfois avec ses douleurs enclose  dans ce recueil.

Flânerie en Provence,recueil poétique,poésie,poème,GH.Artal,Hartalrich

 

 

Pantoun 3

terre, le ventre de la mère
ce jour froid n'est pas si loin
sous le voile sacré, bergère
au souverain respect, ton sein
 
GH.Artal (juin 2017)
 
Cette suite à découvrir dans une prochaine édition titrée

22/06/2017

la plaine d'Azaghar

la plaine d'Azaghar

toi qui veux partager mes jours
toi descendante de princesse
je mourrai des becs de vautours
avant d'effruiter ta jeunesse

la branche consume à la flamme
l'oiseau ne s'y posera plus
la brise des montagnes clame
les déserts en sont dépourvus

nous sommes deux astres distants
toi, un éclat dans les mirages
la lune aliène les amants
au rang des légendes des sages

nos baisers n'ont pas fructifié
quand aimer n'est exempt de peine
luttant sous le ciel étoilé
je creuse enterrer ma déveine

GH.Artal ( juin 2017)

Quatre pantouns pour un poème.

Les poèmes de Artal... sur Facebook  
 
To contact me : artal@live.fr
 

 

21/06/2017

Pantoun 2

pantoun (dans la série ''Orientale'')

la branche consume à la flamme
l'oiseau ne s'y posera plus
la brise des montagnes clame
les déserts en sont dépourvus

GH.Artal (juin 2017)

Tiré d'une série ici ''Orientale'' de plusieurs pantouns
à la forme poétique de l’archipel malais.

Les poèmes de Artal... sur Facebook  
 
To contact me : artal@live.fr

 

 

 

20/06/2017

Pantoun 1

Pantoun

Le sable et l'eau, les grises pierres
par delà l'enclos citadin
il vente fifres dans les lierres
jet de l'âme au guéret divin

GH.Artal (juin 2017)

Les poèmes de Artal... sur Facebook  
 
To contact me : artal@live.fr
 

 

18/06/2017

réflexion

Tout de ma vie m'aura ébloui sauf quelques lumières qui pensaient m'aveugler.
GH.Artal (juni 2017)

Les poèmes de Artal... sur Facebook  
 
To contact me : artal@live.fr
 

 

10/06/2017

Lago di Como

lac de côme,lago di como,lombardie,brunate,poesie,poeme,gh.artal,artal,hartalrichLago di Como

A la source de mes pensées ruisselle un rêve délicat
l'onde réfléchit, je clos l’œil au courant de ses bras

Grisâtre lassitude où la muse s'éteint
sous le vague voilage a perdu la mesure
une triste musique à l'écoute elle geint
son art se doit vivant, pour cela je l'assure

A l'attraction voué emporté par ce jour
sans riche cargaison autre que l’appétence
débouler le ruban en pesée d'affluence
suivant le long décor on s'astreint au séjour

Haut cru de Lombardie j’idolâtre sa nappe
en sommité du lac, la méninge cogite
à l'heure fascinante où mon ombre s'agite
qu'éparse en mes pensées cette fois ne m'échappe

De Como il s'agit en Côme francisé
sa ceinture au regard où fument les villages
sur les bords à marées je voyage enivré
de l'onde balancée vers le toit des Alpages

Par la travée qui mène à la hauteur du lieu
l'après funiculaire où l'on fixe réplique
critère de l'exploit au fond académique
Brunate offre à la vue d'éterniser son dieu

L'étendue resplendit de diverses magies
du miroir de l'espace aux reflets les plus forts
que cornent familiers les steamers aux corps-morts
je m'en vais simplement... adieu les eaux bleuies

L'épreuve révélée d'une flâne en transit
c'est au ciel à présent d'enluminer ma pose.

GH.Artal (juin 2017) Voyage

Les poèmes de Artal... sur Facebook  
 
To contact me : artal@live.fr
 

 

08/06/2017

Il lago maggiore

Il lago maggiore

Le majeur bleu turquin, ce plan de mes débits
aux eaux coulées d'hiver courant la promenade
venues du haut de l'Alpe ascendante Lombarde      Il lago maggiore,lac majeur, Stresa,poeme,poésie,GH.Artal,Hartalrich,
souffles d'inspiration, je me voue aux esprits

Belle tâche qu'ici la pensée enthousiaste
du séjour plein d'espoir j’embecque sa clarté
parage des rimeurs et royaume du faste
je chante ta région d'où nous vient le passé

Au fronton du zénith se tient l'astre suprême
à l'heure se repaître en table de Stresa
on mange, on boit, on rit dégustant la pizza
tradition symbolique à qui convient l'emblème

Festifs ravissements, minuit, le vers natif
bellissime conduit je façonne à l'errance
tout ce qui me convient fait l’œil admiratif
l'éden au sort du lac a cousu son aisance

La plante rafraîchie à la bénédiction
dont le ciel la nourrit de ses faveurs divines
tout retenu captif du génie des ondines
Leur secret déploiement m'incite à l'effusion

GH. Artal (juin 2017)

Les poèmes de Artal... sur Facebook  
 
To contact me : artal@live.fr
 

 

13/10/2016

Contrepoint

Contrepoint

Assoupi dans mon art j'aspire composer
aller au delà de, me voir creuser, j'embrève
sur cent vers différents à l'orée de pécher
en eux les accoupler jusqu'à ce que j'en crève

Au temps géométrique où la plume en ma main
à l'encre des sueurs fallait que j'accomplisse
du premier de ces mots de l'aube au jour divin
un chant de mille années pour que l'axe fleurisse

L'esprit a cheminé de ses profonds désirs
sur sa route avenante et chargée d'espérance
Pouvait-il se trouver en marge des loisirs
le poète s'émeut au gré de l'assonance

Ô combien de mercis, de baisers en appas
j'ai porté à mon Dieu fléchi à sa fenêtre
Ai-je su l'émouvoir qu'aux reflets d'aléas
asservi et contraint je ne saurais mieux être

GH. Artal (octobre 2016)

Les poèmes de Artal... sur Facebook

 

31/08/2014

Princesse de Hanoï

Princesse de Hanoï

Si mon cœur affamé est astreint fourrager
La plus belle des fleurs de ce monde pudiquePrincesse de Hanoï, Hanoï,Trong Thuy,Thăng Long,Artal,Hartalrich
Bravant la dissemblance et les fruits du hallier
Sur l'espoir incertain vit l'illusion phobique

 Le dragon qui se dresse aux invites d'un gong
Il est là l'édifice aux fresques d'ambre jaune
Le noir du jour baillait sur la ville de Thăng Long
Exaltant le pavé j'ai brûlé plus d'une aune

 Princesse de Hanoï j'irai boire l’abîme
Au point de Trong Thuy sacré et honoré
Le cœur il fait ses choix la passion légitime
L'icône rayonnante est ce puits vénéré

 L'âme éperdue mais pieuse en galante odyssée
Fuyant le phalanstère et souverains du lieu
Aux vestiges enfouis la fleurette masquée
Elle est ma dynastie et l'infante d'un vœu

Artal
— avec en photo  Nguyën Tü Mÿ