Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

08/01/2016

Fantasme.

Fantasme.

Pourvoyeur d'irréel le rêve en est l'élu
l'histoire au lit se fait à défaut de certaines
alors qu'on ne dort plus
que face à l'illusion
nous prend par le dessus la chimère évasion
quand l'image attendue au fantasme s’enchaîne.

GH. Artal (décembre 2015)

Les poèmes de Artal... sur Facebook

 

17:14 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : fantasme, rêve, poeme, poesie, artal

Caresse nuptiale

Caresse nuptiale

Au bon vouloir d'un songe assoiffé qui bouillonne
du baiser déposé où se perd l'émotion
ton corps frise au contact l'image en déraison
j'agrippe le trophée et la chair qui cautionne.

Sont en fièvre les mots, se brûle mon quatrain
si je souffle dessus, fait s'animer la plume
au sillage d' éros que le fantasme exhume
va l'âme gémissante aux rythmes de l'entrain

Frivole est la douceur, l'inspiration s'évase
et plonge à l'abandon du rêve et de ton cœur
où l'amour s'ingénie s'attacher la lueur
aux chaudes voluptés que pactise l'extase

A l'évasion volage où je grave à souhait
le verbe bien s'aimer en excès de tendresse
au vélin noir sur blanc et les vers à l'ivresse
afin de t'éblouir je façonne l'attrait

GH. Artal (décembre 2015)

Les poèmes de Artal... sur Facebook

13/12/2015

Aux larmes de la nation

Aux larmes de la nation

Ruissellent de mon cœur des larmes de dépits
rejetées sur les flots où vogue la misère
la pléthore d'horreurs qui surgit de ces nuits
de tempête en récifs qu'aux frimas j'agglomère

La liberté qui meurt des excès concourants
où l'aisance nouvelle endure à la détresse
épuisé de colère en ces chocs abrasants
tenir à dépendance au temps où tout régresse

L'étoile et ses reflets aux grandes convictions
en a perdu la barre et maintenant l'angoisse
la subversion enchaîne, échos des munitions
l'intrigant se démène assister la recroisse

De l'effroi horrifiant des actes inhumains
pourquoi faut-il encor' de payer par la sève
le sang des innocents la chair de nos prochains
je bannis l'abjection mais que l’infâme en crève

GH. Artal (décembre 2015)

Les poèmes de Artal... sur Facebook

L'Orientalisme

L'Orientalisme dans mon esprit est un grand et merveilleux
jardin dans lequel chaque fragment de sable est une fleur.
GH. Artal

Les poèmes de Artal... sur Facebook

28/11/2015

Ma dernière pensée

 Une place importante dans ce poème est réservée au poète Léon Deubel

Ma dernière pensée

Vers l'infini espace entre deux nuits sans lune
dépourvu de mes sens rêvassant l’irréel
fixant devant ma vie son désert démentiel
au néant étoilé je traîne ma rancune.

Dans cette errance vaine où le destin odieux
à degrés vers l'amont affronte l'infortune
au deuil est mon revers tout caressant la thune
la dernière vacante en offrande aux miteux

J'ai soif de liberté et c'est bien peu de choses
m'esquiver à jamais, souhait d'un trait final
afin m'émerveiller de l’Élysée crucial
ne plus souffrir la faim et l’excès de névroses

Seigneur je suis sans pain où mes vers de pâtir
à défaut de matière au rêve je demeure
mon ombre à l'alganon à petits pas me meure
adieu je fuis le mythe aux cieux de me ravir.

GH. Artal (novembre 2015)

Les poèmes de Artal... sur Facebook

Mourir au Bataclan

Triste mois de l'avent
sur la feuille qui tombe de l'arbre d’Orient
s'achève avec le jour, périr au coup de vent
en un souffle profond...saigne le Bataclan.

GH. Artal (novembre 2015)

Les poèmes de Artal... sur Facebook

03/11/2015

Un tétrapyle au poète

Un tétrapyle au poète

Heureux, tu meurs aimé quittant l'abord du temps
Toi qui soignais l'ami, ta vieillesse servante
à portées d'inédits et autre composante
afin qu'il ne t'oublie bien avant le printemps

Tu la couves figé ta mignarde assemblée
aux prunelles zélées et comblée d'appétit
de tes odes sans fin voir grossir le débit
de l'étreinte hermétique à la mort en traînée

Que l'iambe et l'anapeste évidents éblouis
s'agitent dans ton erre à régenter la gloire
tu fournis les élans au destin du grimoire
avec tant de rigueur et moindre bafouillis

C'est ainsi tu t'en vas sous la modeste pierre
du géronte en alerte aux élégies du vent
mais c'est toi qui le cries à l'action du moment
afin pourvoir l'encart et c'est de bonne guerre.

GH. Artal

Les poèmes de Artal... sur Facebook

23/10/2015

Madrid

Madrid

Soixante années passées, me voilà de retourMadrid,carnet de voyage,poeme,poesie,Artal poemes,Artal
redécouvrir enfin, la bandera flottante
que porte la cité en infante accueillante...
par la calle Mayor à mon bonheur du jour

Madrid me sollicite et se veut la conquête
qui s'offre à l'impétrant venu la voir grandir
alors que dans le temps encor pauvre à gémir
des faits du caudillo, l'Art souffrait la tempête

La lumière du lieu royalement offerte
Maria La Réal grandit el palacio
Madrilènes en vie dans l'âme avec brio
que chaque nuit étreint, ont effacé l'alerte.

Ils l'ont vécue orange et je la sens passion
la bigarade amère a nourri l'endurance
pour se changer si belle active à l'abondance
dans son blanchi de nacre, après tant d'affliction.

GH. Artal (octobre 2015 - carnet de voyage)

Les poèmes de Artal... sur Facebook

20/10/2015

Réflexion sous la tonnelle

Réflexion sous la tonnelle

Serai-je assez naïf m'opposer à nous-mêmes
l'esprit a sa limite et tant d'égarements
du génie des idées percent les boniments...
et me voilà brigand lié aux stratagèmes

Sous la niche d'aubert le corps des convenants
me déliant des leurs, auguste aréopage
de jouir bien pourvu au revers du vitrage
laissant passer le jour, opaque aux collectants

J'écris mon aventure, ils songent le pactole
en faveur de l'issu j'y laisserai mon nom
dans l'infinie durée, acquérir un renom
on gagne aux sentiments et jusqu'à l'auréole

D'une part exister, de l'autre le déclin
hautes conspirations en la sublime alliance
étincelant d'orgueil puis tout perdre en partance
l'enceinte d'un château n'a jamais fait l'écrin.

GH. Artal ( octobre 2015)

Les poèmes de Artal... sur Facebook

 

04/10/2015

Le Lac de Frace, Aigrefeuille d'Aunis

Le Lac de Frace, Aigrefeuille d'Aunis,Artal,poeme,poesieLe Lac de Frace, Aigrefeuille d'Aunis
(carnet de voyage)

Conquis dans la teneur d'une artère champêtre
en ce bien plat pays vénéré du pourtour
c'est la terre des fées et des eaux de l'entour
méditant l'azurin, qu'il est bon de bien être

Je la foule à pas lents en cette fin d'été
la verdure irritée toute confuse à plaindre
à la folle abondance avec l'ondée de craindre
voir mon âme en écho, ne déserter le pré

C'est le frisson courant, une étreinte à l'idylle
que génie complaisant a forgé l'éruption
l'empreinte généreuse en unique version
des ondes sublimées au végétal aphylle

Tout fixant sur le plan ma pensée et mes yeux
confondant à plaisir et la faune et la flore
Telle fut ma démarche y revenir encore
en cet asile vert aux lacs bénis des dieux

GH Artal (octobre 2015)

Les poèmes de Artal... sur Facebook

Vers l'ascension

Par derrière ma sépulture vous exhumerez une poignée de vers (GH. Artal)

Vers l'ascension

A l'attrait d'une plume où le vers se fait œuvre
romance d'un automne en rimes de saison
délire de l'esprit le verbe à l'ascension
splendeur gerbée de mots, le poète manœuvre

Les philtres de ses vœux font les divins échos
au lacis de l'ampleur l'effusion triomphale
quand on la trouve enfin facture capitale
la muse se dénoue libérée de l'enclos

Et la pensée se lève au fond de l'avantage
l'hymne à la poésie où l'accordé soupir
d'aise à l'élévation, l'ode se répartir
Et puis la voir en traîne au cycle de l'usage

Poèmes ! Ô flambeaux ! mesures romanesques
Emporté par vos chants je gagnerai le ciel
échelant le zénith vers l'empire essentiel
afin d'y historier moult poétiques fresques.

GH. Artal (Septembre 2015)

Les poèmes de Artal... sur Facebook

La Charente-Maritime (Carnet de voyage)

Charente-Maritime,Artal,poeme,poesieLa Charente-Maritime (Carnet de voyage)

J'accroche à mes loisirs mille envies dispersées
quelques caprices vains, amants de divers lieux
sous les vents d'océan aux souffles vigoureux
que portent les influx des montantes marées

Marche à travers la ville en dessous le claveau
la « Rumeur des Anges » au fort de vieux ouvrages
ne voir autour de soi tant d'œuvres, davantages
replonger plus encore en les arts du faisceau

Par le Grand Sud Ouest me suis laissé séduire
La Rochelle et ses tours, ébauchant mille pans
heurtés de fins assauts aux vivaces élans
découvrir sans répit tout me prêtant conduire

Je m'égare où m’entraîne et pensif et muet
loin de l'espace amer savourer l'apparence
où tout flue à la vie inondée de présence
mais ne suis que passant qu'atteste le plumet

GH. Artal (Septembre 2015)

Les poèmes de Artal... sur Facebook

Par la terre de Provence

terre de Provence,Artal,poeme,poesiePar la terre de Provence

Et de poursuivre ma ronde
attaché au temps sans fin
la rêverie vagabonde
je la vis avec entrain

Des couleurs dont je la dote
ma région moud ses reflets
le pâtre s'est fait mon pote
avec lui les farfadets

Sont les parfums de Provence
fragrance des lavandins
et du buis en affluence
nos forêts garnies de pins

Fait l'azur d'apothéose
qui saura nous envoûter
le félibréen qui ose
par ses rimes la chanter

De mon désir perdurable
aux bienfaits depuis soumis
à son onde délectable
ce pays m'aura admis

GH Artal (août 2015)

Les poèmes de Artal... sur Facebook

Attendre

Attendre

Attendre,Artal,poeme,poesie
Laissez aller vos yeux vers mon image
comme une caresse sur mes chairs
Et attendre
la vieille forme et moi faisons corps
bien que cela n'en finit plus
Il nous reste encore du temps
Et toujours attendre

Attendre l'à-propos
l'inspiration venir
la verve s'établir
libérée du chaos

Attendre l'écrit brut
le tout à l'intention
un vers, une illusion
la rime donne l'ut !

Attendre un mot s'offrir
en en faisant son but
le fond d'esprit en rut
forger à m'abrutir

Le monde est un tableau
où tout est équilibre
la mort, la vie, le beau !
Laissez aller vos yeux vers mon image
comme une caresse sur mes chairs
Et attendre, attendre
que l'artifice fixe l'instant.

GH. Artal (août 2015)

Sachez que tous mes poèmes ne sont que des émanations parfois lumineuses, mais encore fétides, putrides, subtiles et pourquoi pas divines, de mon esprit attachées au déroulement du processus poétique.
Artal..
Photo . GH. Artal

Les poèmes de Artal... sur Facebook

08:49 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : attendre, artal, poeme, poesie

22/08/2015

Artal à Lo Podello

Un petit café après un bon repas. Bonjour chers amis.
Artal a Lo Podello. Non, je ne fume pas.

Artal à Lo Podello

Les poèmes de Artal... sur Facebook

09:00 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : artal, lo podello, poeme, poesie

15/08/2015

Il a tué Ali

Il a tué Ali

L'événement court plus vite que mes vers
à l'ombre du regret la réclusion profonde
par travers ce visage et je m'incline vers
ces appels en douleur et les sanglots du monde

Un concert de colère a levé l'attention
Bibi va-t-il sévir ce crime qui nous hante
et les meurtres de masse éployant l'émotion
où l'homme est bafoué et meure d'épouvante

Lorsqu'il se glorifie de force criminelle
dénommez-le « surhomme » il a tué Ali
et le cri du peuple dans sa nuit éternelle
Le spectre de l'horreur sur la terre d'INRI

G. Artal (aout 2015)

 

09/08/2015

Irruption libertine

Irruption libertine

Toi couchée sur l'amas de mes plus belles rimes
Quand la flamme s'incline à l'ubac enchanteur
glorieux de ce qui coule en magma de mon cœur
je dérive au transport tes errances intimes.

Flambeau de mes vers fous ô furole des nuits
je viens te célébrer combien heureux de vivre
la lune nous accueille les astres de poursuivre
triant dans la graphie quelques poèmes induits

Par le chemin qui mène au suave mystère
coucher l'heure dorée le silence fécond
tout se dénoue de l'âme et les pieds et le fond
le genre est bien noué avec du caractère

Il me plait parcourir ce qui fut accordé
là où plume s'égare irruption libertine
en son jardin fleuri attrait de l'églantine
belle œuvre de l'envie tu me vois enchanté.

G. Artal (août 2015)

Les poèmes de Artal...

28/07/2015

L'ivresse de mes féeries

L'ivresse de mes féeries

Je t'ai rêvée les mots ceux d'amour qu'on écrit
au caractère ardent en caresses suprêmes
ces mots de cœur semés y fleurir mes poèmes
à l'Art que je vénère accouplant le débit

Au coucher de lumière inspiré à l'image
fantôme de passion anime le dessein
ainsi se font mes nuits reposer en ton sein
consacrant l'idéal les traits d'un bon servage

Le quatrain courtisé dans sa pousse un destin
voir aboutir le temps au combat de l'ensuite
que nous vivons ensemble à ma plume conduite
ces moments d'agréments, du piège libertin

Allusionnelle aurore, affriolante extase
dans notre intimité le traité généreux
tu l'exhales troublant, l'artifice ambitieux
à mes yeux au levant d'une rime à l'encrage

G. Artal (juillet 2015)

Les poèmes de Artal...

24/07/2015

A Nadia et Assia

A ma révélation deux œuvres délicieuses
A Nadia et Assia

Une escorte de charme ordonnée en imagesNadia,Assia,oeuvre,charme,poeme,poesie,Artal
où je vis deux rêves dans le rayonnement
le regard généreux je les voyais mirages
fortune du hasard et ce n'est pas fréquent

Conter ce que l'on sent l'allant d'une appétence
a ma chair engourdie qui supplie l'absolu
moi mendiant sans répit la rime à l'exigence
et le vers prêt, fleurit à l'accord convenu

Mes soupirs éthérés pincés aux effigies
L'une et l'autre en beauté je rêvasse tout bas
tyrannisant mes yeux, mon cœur, mes décennies
La prisable douleur j'ai l'âme à l'embarras

A l'éternel martyre et depuis je compose
mon sort aux souvenirs, à vous visages purs
parfums de mes pensées c'est à peine si j'ose
que vos jours, ébloui font mes temps les plus durs

G. Artal (juillet 2015)

Les poèmes de Artal...

17/07/2015

mea - meaculpa

mea - meaculpa

L'action se perd au rêve et je songe mes frères
au foyer maternel où deux moitiés d'amour
réelle et nébuleuse ont su créer prospères
la fin d'un univers et tout son alentour.

Était-ce une illusion courir la jouissance
d'un précis onirique aux cadences des vœux
à l'allant se livrer, flatter la délivrance
et la démente aurore en mes jours nauséeux

Au front du souvenir où le quart se déplace
fait part le tabellion de picaille en scission
copieuse volupté je grandis le palace
l'attendu plein d'élans égayer l’ascension

J'ai donné à l'ardeur de ma piètre mémoire
les gerbes de l'honneur mea, meaculpas
et ce fut de ma faute et ce fut mon histoire
funeste rabat-jour l'affect ne se paie pas

G. Artal ( juillet 2015)

Les poèmes de Artal...