Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

05/07/2015

Un jour Vous...

Un jour Vous...

Votre corps capiteux sous mon posé regard
Me tend ses fruits fondants en fièvre de caresses
Sous la puissante houle aux confuses faiblesses
Nos sentiments furtifs parfument le brouillard

Abêti d'engouement je veux goûter votre âme
Dans l'orgueil de mes sens en leur maturité
Toute douce conçue à ma curiosité
Ô vous dont j'ai rêvé de la chair je réclame

Vous Muse du chemin où mène notre errance
Le dessein déhonté en nos remous divins
Se lamentent les nuits cris d'amours aux câlins
L'attente pèlerine au seuil de l'insouciance

Un jour Vous, inconnue, sur un baiser d'airain
Dans l'ombre du secret, mutisme d'une lune
A la fidèle image, une ivresse commune
Au havre du caprice on a la clé en main.

G. Artal ( juin 2015)

Les poèmes de Artal...

28/06/2015

Le mont Gerbier de Jonc

Gerbier de Jonc.JPGLe mont Gerbier de Jonc

Les ondes d'une stature à son niveau extrême
Ont pénétré en moi assuré d'être au fait
Le découvrir enfin au geyser d'un souhait
En percée d'écolier, le mont du Jonc suprême

J'ai vécu la journée élue d'un grand désir
Enchâssant à ma vue le toit qui nous assure
Un brio de couleurs en sa belle envergure
Du rocher ancestral que source vient polir

A couvert de son corps l'amorce de la Loire
Tel un lierre adhérent pour toujours au secret
Que pose sans répit la masse et son reflet
Suscitant aux ardeurs d'aposter la victoire

De sa noblesse pure aux fougueux horizons
Azur d'apothéose et soleil qui s'accole
J'ois la brise conter l'écho de l'aréole
Caresses du Gerbier et tendres vibrations.

G. Artal ( juin 2015)

Les poèmes de Artal...

Le frisson ardéchois

Antraigues.JPG

Le frisson ardéchois

Entre les eaux , plus haut culmine la montagne
Comment l'imaginer, senteurs en confession
Se libèrent en moi puis j'en fais un centon
De notre jungle verte en si belle campagne

Ainsi donc, fraîche crête, allégresse du bois
Toi qui me tends les bras et la ville qui n'ose
Sur les prés ardéchois patience je compose
Au rythme de la flore épris de l'autrefois

Vais-je errer sur mes pas en orbe légitime
Je file la dryade à sa voix, suspendu
Me haussant vers l'acmé au plus haut convenu
Du vieux mont en éclat au sommet de l’abîme

Sous le poids des frissons s'infuse le reflet
Devant tant de beauté même le ciel s'enivre
Que Jean l'a bien chanté, de ses paroles, ivre
L'accord révélateur, mon séjour, un bouquet.

G. Artal (juin 2015)

Les poèmes de Artal...

21/05/2015

La source...

La source...

S'effacer ce neuf mai
son jour anniversaire
celle qui fut la mère
dont je ne puis conter

A la nuit son image
mauvais rêve à l'émoi
que tout saisi d'effroi
je transmets le message

Ce temps de l'infortune
à tant d’infâmes ombres
bien dépassées en nombres
Ô funeste rancune.

La fin à mis un terme
le mal n'est plus, il dort
de ma plume un trait ferme
je change de décor

G. Artal (mai 2015)

Les poèmes de Artal...

Au mur de l'abandon

Une adolescente de 15 ans s'est défenestrée pour une vidéo provocante
Au mur de l'abandon
elle a crié ces mots
Si le monde est impur
je n'ai plus raison d'être

L'ombre a glissé le pan
à fond de désespoir
et passé la croisée
qui l'amenait ailleurs

G. Artal (mai 2015)

Les poèmes de Artal...

01/05/2015

Alea jacta est...

Alea jacta est...

En écoutant la mer l'âme va qui s'exile
De sa morne pâleur sous la nue dans le fond
Au nocturne décor chant de charge inutile
Je manque de sanglots au souvenir profond

Bien pensant solitaire ainsi le plus vieux chêne
De part mon regard vague au plus loin du perdu
J'ai posé tout espoir d'y recouvrer la Cène
Et l'espace fleurant d'un passé révolu

Là où tout fut porté qu'à fixé la Nature
L'unique apaisement dans le temps s'est fondu
Mon Olympe nouveau savoureuse aventure
Parce qu'elle est sublime et me veux convaincu

Ne suis plus qu'un fiévreux que de vivre consume
Quand il se fait trop tard à l'ombre oubliez-moi
Tout s'attriste Ô Seigneur affectif à ma plume
Alea jacta est...ne crains plus le convoi.

Artal (avril 2015)


25/04/2015

G. Artal

Dans la main
me reste l'ombre
d'une alliance
un souvenir
que le cœur conserve
sous son crêpe de brume
les odorants fragments.

G. Artal (avril 2015)

Les poèmes de Artal...

17:34 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : main, alliance, artal, poème, poésie

19/04/2015

Par le vers balancé

Par le vers balancé

Le rimeur Provençal aux brisées de Mireille
Dans sa grève d'Azur se porte bien de tout
Et se veut convaincu avec ou sans ajout
Par le vers balancé, composer tel Corneille

Observant les pensées funèbres des factieux
A rougir la poussière y provoquer leurs rages
Allant voiler de brume occulter les usages
Leur monde provisoire au royaume spécieux

En poète distrait vit radieux son astreinte
Alors que tout est dit, il étend son regard
Vers le règne des cieux l'arcane d'autre part
Une transe profonde où fléchit la contrainte

De tout ce qui influe en amant souverain
Il s'inspire du flot des joyaux solitaires
Les livrer, enivré, aux blancs destinataires
Du recueil à remplir d'un arome divin.

G. Artal (avril 2015)

Les poèmes de Artal...

10/04/2015

Le jardin délaissé

Le jardin délaissé

Du vieux jardin d'enfants le chant des oisillons
Bien loin des carrousels de l'éteinte jouvenceLe jardin délaissé,enfant,bruits d'enfant,Artal,poésie,poeme
Éloignés les démons et la jeune éloquence
C'est l'oiseau qui pépie, dépourvu des nistons

Sainte acerbe s'irrite où tout est mis en cage
Le fruit qu'on exila et le cygne d'un plan
La veine d'autrefois la pierre n'est plus banc
Le laurier incliné à son désavantage.

L'effigie de Verlaine et Rimbaud mis à mort
La fontaine asséchée et ses assises veuves
De silence enlacées les troublantes épreuves
Où tout est délabré, qui fait profit du sort ?

Perdition diabolique au gibet de ce monde
L'humain s'est consacré dégrader l'avenir
Au parc ma nostalgie la fleur ne plus cueillir
Ses reflets du passé la pensée vagabonde

L'intégral disparu, la nurse et ses moutards
Eux dépendants des jeux je veux chanter le livre
Et ranimer le lieu, bruits d'enfance poursuivre
Où ces voix excitées feront de beaux gaillards

G. Artal (avril 2015)
Photo Chris.Les poèmes de Artal...

05/04/2015

Attache africaniste

Attache africaniste

Ici jouent à plaisir en réserve du lieu
La verve puérile approchant le mirageAttache africaniste,Bousaada,Sahara,nymphe,poème,poésie,Artal
Deux éclats du reflet la passion en partage
Que l’éden au décor fait douceurs du milieu

Deux lumières du Sud à l'entrain du jeune âge
Les corps riants aux cris et d'agréables voix
Portant jusqu'au désert leur âme de bon choix
Et la saveur des feux, allants de l'assemblage

Deux Nymphes à l'endroit fruits de Bousaada
Et moi qui me consume à peindre les Dryades
Sans ne rien négliger des gracieuses aubades
Ces fleurs roses d'ici qu'offre le Sahara

Plus belle est la jouvence au cœur orientaliste
A l'avers du tableau quand ma tête blanchit
Se dissipent mes ans sous l'astre de la nuit
Vicissitude étrange attache africaniste .

G. Artal (mars 2015)
Tableau de Dinet - Jeunes filles

Les poèmes de Artal...

25/03/2015

Un printemps de plus (20 mars 2015)

Un printemps de plus (20 mars 2015)

La nature en éveil vient parer la naïade
A cœur et bras ouverts tout enlaçant la fleurprintemps,Verdon,Gréoux,Gréoux les Bains,Artal,poème,poésie
Aux abords du Verdon sa frisante douceur
Se fait mars renaissant les baumes en parade

Des riants horizons l'immense jade espace
Fait jaillir l'apparat, l'agrément et l'amour
Le jet voluptueux des bourgeons de retour
L'écrin ensorceleur au gré de sa surface

Un tapis de l'alpage à la Provence verte
Je m'enivre du cadre où le lys est blason
Et me souviens encor' m'affilier à l'option
De la terre occitane et depuis découverte

C'est l'âme du passé d'un jadis qui veloute
Mes fuyantes années errantes je conviens
Les annales fleuries aux désirs quotidiens
Et ce généreux jour apaisant sur ma route

Soixante cinq printemps au périple de vie
Je veille l'espérance et l'écrit du Divin
Au halo du regain, l'équinoxe est enclin
Je renais d'une grâce en saison embellie

G. Artal (à Gréoux les Bains le 20 03 2015)

Les poèmes de Artal...

21/03/2015

L'influence

L'influence


Le pupitre conseil de ces nuits d’Élysée
Me burine l'esprit aux mesures sans fin
Y portant le bon fruit, la rime du besoin
En vers lents envahir ma raison désarmée

Il me souffle des mots aux lignes effilées
Lui qui forme les vers liés à l'éternel
Investis d'illusions et d'un philtre idéel
Sensible apaisement, mes bases fascinéesl'influence,influence,elysée,alyscamp,artal,poème,poésie

J'essaie de conforter les âmes élégiaques
Qui pleurent le passé autour des Alyscamps
Ce quatrain d'autrefois qui erre par les champs
Aux pierres alignées des esprits insomniaques

C'est un art de jadis façonné en Provence
D'une terre exaltante un don des devanciers
Ces rêveurs troubadours, rimeurs aventuriers
N'ai nulle joie plus grande en tirer l’influence

G; Artal (mars 2015)

Les poèmes de Artal...

14/03/2015

Du vers à la démence

Du vers à la démence

Et j'entends murmurer quelques vers inédits
Les sentir là, accros, arpenter l'écritoire
Le mémorable empire aux poèmes décrits
Que lumière éblouie immerge d illusoire

Tout à fouiller ma vie dans son dérèglement
Sans pouvoir au courant dominer l'influence
Explorant l'infini, tout le bouillonnement
Dans la trappe du temps je nargue l'indigence

Concordante folie ton ombre à mon chevet
J'essuie l'étiolement qui me fait solitaire
Y puiser le débit que j'engerbe au verset
Où tout est influent et qui se doit complaire

Du silence des sons il règne en ce milieu
Un brouhaha d'écrits venu ceindre l'asile
Mes doigts sont au clavier le rêve peu à peu
Il me rend fou ami et combien inutile

G. Artal (mars 2015)

Les poèmes de Artal...

25/02/2015

L'Art en Loire

L'Art en Loire nouveau est arrivé. Le N°8 février 2015 avec en page 14, trois de mes poèmes et page 44 attaché au dossier d'exploration : Sur la route, mon article : L'héritage suivi d'un poème....je remercie l'équipe L'Art en Loire pour ce beau travail accompli.

A découvrir par le lien ci-dessous

lart-en-loire-8

21/02/2015

Trois jeunes filles dans l'oued

Dinet,jeunes filles dans l'oued,Bousaada,poème,poete,Artal,poesieTrois jeunes filles dans l'oued

La porte du désert aux terrestres appâts
Jardin d'un paradis joyau du vaste monde
L'étendue révérée l'horizon à la ronde
A quand s'éteint le soir brûlent encor' les éclats

Trois grâces absolues courant le flot limpide
A l'excès du bonheur de leurs nobles attraits
Ce jouant de l'oued abusant des bienfaits
Les soulas effrénés font le flux bien avide

Du fond d'albes douceurs y viennent scintiller
Sous nos âmes zélées l'abondance des gestes
Et la grâce des mots sur leurs lèvres agrestes
Les nymphes venues là, au tableau se livrer

Le propice décor il s’emplit de soupirs
Les couleurs à détrempe où l'artiste sans trêve
Sous le fard délicat voile l'âme d'une Eve
La sournoise beauté en ses chastes désirs

Au rêve il les enlace et songe consigner
Afin que tout se trace à l'auguste lumière
Souvenirs d'autrefois où l'arabo-berbère
Fut pigment de la fresque en ce lieu familier

G. Artal (fév. 2015) (Orientalisme - Bou-saada)

D'après un tableau de Nasreddine Etienne Dinet
Trois jeunes filles dans l'oued

Les poèmes de Artal...

05/02/2015

A Jean-Claude Fiori

Est parti ce jour, vers son étrange voyage,
une âme en silence et le rêve dans son sillage.
Nous ne serons jamais à l'abri du passé
G. Artal (fev. 2015)

Dans le rêve je découvre

Dans le rêve je découvre
les image d'un temps
comme un enfant
je pleure.
G. Artal  (fev. 2015)


07:00 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : rêve, artal, poème, poesie

03/02/2015

Errance

Errance

A l'abri du passé
qui remonte par instants
je poursuis l'abstraction

et le rêve je touche
de mon sommeil ailé
qui traîne on ne sait où.

G;Artal (fév. 2015)

Les poèmes de Artal...

17:37 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : errance, rêve, artal, poeme, poésie

01/02/2015

De l'alexandrin au triolet

De l'alexandrin au triolet

Sombre image d'un temps reflet de l'infini
Sous un rayon de feu se heurte en ma mémoire
Cicatrice éprouvante au cœur bien trop trahi
Ampleur de mon esprit tout n'est que dérisoire

J'ai grandi au mistral qui tanna mon cachet
Mon dédain et la force en sublime apparence
Je suis né du printemps au pied d'un triolet
Mon âme est en appel mais je tiens la cadence

Ne suis qu'assembleur de nuées
Venu parer l'inspiration
Les rimes aux vers attachées
Ne suis qu'assembleur de nuées

Ces mille et un accords liés
leur sort à jamais je libère
Ne suis qu'assembleur de nuées
D'une source, un fils éphémère

G. Artal (janvier 2015)

Les poèmes de Artal...

15/01/2015

Dans les eaux de Phlégéthon.

Dans les eaux de Phlégéthon.

Les fonds de la terreur les avons exploités
Audités angoissants, sinistres, sanguinaires
Au comble des acquêts des ignobles souillés
De projets déroutants aux effusions sectaires

Toujours ces mots puissants projetés à l'oubli
Les uns la liberté condamnée dans ses chaînes
Et autre égalité au sort le plus meurtri
La colombe aliénée se refuse à nos graines

De gloire en clair-obscur les chevaliers croisés
Offrant sur le pavé de leur humeur altière
Tous les sucs substantiels à ces cœurs agités
Courant les feux sacrés et ceux de la lumière

La France saigne encor les eaux de Phlégéthon
Sous les assauts obscurs, passer mon existence
Dans la nef du tourment, vivre la confusion
L'emprise de l'horreur où règne la démence

Là est la forcerie du vieux corps la raison
L'intérêt d'un auguste en ce flot est la foule
A l'assaut de l'estime autour de sa maison
Tout un vague vitreux fait la hideuse houle

G. Artal (janvier 2015)

Les poèmes de Artal...