Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

04/03/2016

Orientalisme (recueil)

Au commencement était l'image, puis l'inspiration et pour finir le recueil promis.
Pour ceux qui désirent acquérir le recueil, cliquez  sur la photo.

 

Orientalisme, Artal, GH.Artal, poeme, poesie

A la proue de ta mort

A la proue de ta mort

Le ver se veut luisant au jardin du printemps
en marge de lumière où sans lune il chemine
pour élever en lui l'étoile qui culmine
dans ses jours éthérés de poète à pleins-temps

Tel un fauve il s'engage absorbé et sauvage
sur la voie du néant droit vers cet inconnu
et sans sonorité d'un discours demi-nu
tenu de sa détresse et que fin décourage

Et la sombre équipée de la mort et lauriers
le but précipité se fusionne au mensonge
toi sein du synonyme au linceul va le songe
et d'attendre la fin d'y vendre tes papiers

Où tout est sans issue à la brume tu tronques
un honneur à la gloire à l'égard être grand
Mais tu te vois souillé au trône du gourmand
te sens-tu cet élu de ces âmes quelconques ?

Le vers mystérieux.
GH.Artal (03/2016)

Les poèmes de Artal... sur Facebook

09:16 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : la proue, mort, poeme, poesie, artal

Le dérèglement

Le dérèglement

Les bourgeons ont éclos aux confusions des ondes
un hiver de printemps sous les fleurs d'amandiers
la Provence expressive alerte ses halliers
d'un semblant de touffeur, les ivraies moribondes

La bohème lunaire aujourd'hui et toujours
à jamais accolée à notre bonne terre
fort éprise à fleurir le cours de la rivière
tant l'éclaire ses nuits les cycles en concours

Une idylle égarée aux battements des cœurs
dans la belle région qu'il soit dit en passant
les soupirs de janvier font le rêve flottant
du moment d'abandon aux ardentes liqueurs

Un hiver de printemps qui se lie à la flore
nous respectons l'union ne tournons pas la face
tout nous semble si doux la planète et l'espace
mais du dérèglement... déferle la menace.

GH. Artal (03/2016)
d'étapes en découvertes.
En terre provençale.

Les poèmes de Artal... sur Facebook

19/02/2016

Le Monastère de la Verne

Monastere,la Verne,Provence,poésie,poème,Artal

Le Monastère de la Verne

Du temple Laverna la païenne déesse
une église romane en aurait pris le lieu
puis cloître de la Verne et consacrée à Dieu
la Chartreuse versée au cœur de la grand-messe

Noble pierre à la cause étalant sa splendeur
au royaume du chêne en le massif des maures
allié du châtaigner caressant de ses aures
l'attachante étendue à l'impact réflecteur

Berceau spirituel en terre Provençale
éclos aux doux égards depuis la nuit du plan
lorsqu'aussitôt franchi le fond de l'art roman
un gras orgueil s'offrit sans répit du dédale

A la lueur sacrée je m'isole un instant
à toucher le néant en sa pleine lumière
où tout reste inconnu du peuple à la prière
mais dans la profondeur m'y suis vu adhérant.

GH.Artal (02/2016)
d'étapes en découvertes.
En terre provençale

Les poèmes de Artal... sur Facebook

14:34 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0)

"Le vers mystérieux"

A l'écritoire mêlée
une brume légère
que nul ne peut saisir
masse funèbre que poussent les vers
vers l'extrême silence.

"Le vers mystérieux"
GH.Artal (02/2016)

 

Bauduen

Bauduen

Je ne suis que passant venu si haut l'écrire
près ses flots vacillants en pièce d'eau de choix
voué à l'agrément le lac de sainte croix
composant à son gré et que le monde admire

La lavande et le thym font les senteurs d'ici
sur le berceau sensible en la haute Provence
où l'on sent la faveur de toute sa clémence
quand l' hiver avenant est un printemps aussi

En la force du lieu je puise à convenance
les yeux mi-clos au songe et tout son habitat
un bien-être sans fin que palpe l'odorat
au levant du soleil à ample dominanceBauduen,Provence,poeme,poesie,Artal

Parvenant à l'acmé en fin de promenoir
les ruines du château que charme la lumière
j'ai passé la ruelle et flatté la bannière
ce besoin de traduire et celui de tout voir.

GH.Artal (février 2016)
d'étapes en découvertes.
En terre provençale.

Les poèmes de Artal... sur Facebook

 

14:02 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0)

13/02/2016

Méditation

Méditation

'' Tout ce qui subsiste en moi d'affection, je l'offre à mes amis. Que soit béni notre cercle.

'' Le chant oriental qui célèbre ma terre natale et l'amour que je porte au terroir où je demeure sont mes raisons d'avancer au pas et suivant l'hymne

'' La fatalité nous a éloignés mais par la mesure des mots le poème divin a voulu que je fusse rapproché de vous.

'' A la plume, compagne de mon esprit, toute ma reconnaissance pour le combat acharné qu'elle a produit pour créer ce lien qui nous unit...la fraternité.

'' Que Dieu immole la différence pour faire de ses sujets l'unique Être sur cette terre.

'' Que les jours seraient heureux si les hommes se résignaient à faire la Paix

'' Aux cinq continents je suis astreint, telle a toujours été ma résolution.

'' Nous sommes tous nés de la souche d'Adam, de la sève de sa chair

'' Le temps fuit derrière nous aux abysses du destin et avançons vers eux poussés par les vents. La terre est voûtée

'' Nous laisserons de nos corps que des os desséchés et les chairs de la notre

'' Comme des vautours s'empressent les spéculateurs

'' Ils survolent la voûte.

GH. Artal (février 2016)

Les poèmes de Artal... sur Facebook

Besse sur Issole

Besse sur Issole

Je subis l'avant temps fortement imprégné
du jadis féodal en premier épisode
ce lieu où j'ai vécu au blanc d'une période
de quelques hivers pris en l'azur orienté

Un décor de païs où la dame est si belle
quand d'amour envahi je fus pour la cité
en commande d'écrire un roman historié
des bluettes rimées et autre bagatelle

Sa légende datant du brigand bien aimé
de Gaspard dit de Besse un sacré personnage
et puis celle du lac que foulait le village
en cette aire publique à la gerbe de bléBesse sur Issole,Gaspard,poeme,poesie,Artal

Mais que me reste t-il que je ne saurais dire
bien encore à présent des romanes troublées
les cendres de mon père au plus haut destinées
du réflexe d'un cœur tout est loin de suffire.

GH.Artal (février 2016)
d'étapes en découvertes.
En terre provençale.

Les poèmes de Artal... sur Facebook

 

14:48 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0)

Regusse

Regusse

Adossée à la tour une meule tournante
la pierre se recueille et nous, nous l'observons
du grain sur sa mémoire au mistral des saisons
quand me vint la vision de son ombre dormante

Et voilà deux moulins au soleil et aux vents
qui émergent de terre en champêtre nature
depuis l'âge incertain au droit de la mouture
où ils ont pris la force et forts engagements

Au temps est la raison le meunier se repose
le battage achevé en passagers des lieuxRégusse,moulins,poèmes,poésie,Artal
on ne les verra plus comme on ferme les yeux
où passe lentement l'élan qui les compose

Se tisse un autre cycle en grandeur qui se vit
les hommes du passé au jour qui les traverse
de Régusse ils ont fait un village sans erse
en place de Provence et de bon acabit.

GH.Artal (février 2016)
d'étapes en découvertes.
En terre provençale.

Les poèmes de Artal... sur Facebook

 

14:45 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0)

11/02/2016

Orientalisme

Au commencement était l'image, puis l'inspiration et pour finir le recueil promis.
Pour ceux qui désirent obtenir le recueil, cliquez sur le lien ci-dessous.

http://www.edilivre.com/catalog/product/view/id/744819/s/orientalisme-gh-artal/

 

12:01 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0)

01/02/2016

Sillans la cascade

Sillans la cascade

Campé dans la verdure et ses couleurs subtiles
qui câlinent l'idylle en effeuillant le ciel
d'un village penché vers son charme réel
où l'homme fait son jeu de ses œuvres utiles

Je fus pris d'un frisson au chemin d'ici-làIMG_4682.JPG
le profond souvenir d'un rural paysage
que depuis lieu public agrément du parage
qu'à travers les saisons le vieux bourg étoila

La Bresque passe là où règne le silence
se dissout au réveil et se jette du haut
d'une apparente larme et finir en le saut
dans la vasque du fond à poussée d'influence

A ma vue enfantine autant d'aise et beauté
La cascade du lieu dans sa brutale averse
m'a offert le décor et le son que déverse
dans le bond de Sillans l'afflux divinisé

GH.Artal (février 2016)
d'étapes en découvertes.
En terre provençale.

Les poèmes de Artal... sur Facebook

29/01/2016

le chant des Moustiérains.

IMG_4633.JPGle chant des Moustiérains.

Entre les deux rochers la chaîne est à l'étoile
là-haut si bien perchée au souvenir du temps
d'un antique passé d'il y a bien longtemps
qui créa la légende ayant dressé le voile

Moustiers Sainte-Marie n'a point lassé les ans
sur le pan à l'adret blotti dans la falaise
où des tranches de lune au loin de vue bien aise
ont donné leur éclat puis au but ses élans

C'est devant la fontaine où la Diane naïade
vint attendre son jour que la fête se prend
au chant des Moustiérains et autre qui s'entend
venu des toits voisins de la gente peuplade

A mes yeux l'auditoire en ses tons naturels
l'art de la dynamique aux hymnes cléricales
voir lancé l'apparat des rencontres groupales
estivales du temple aux entrains bien réels

La faïence de choix du plus beau je veux croire
d'un début d'une histoire à la fatalité
au grès d'un pur désir, travail et volupté
Il est vrai que Moustiers peut chanter sa victoire

GH. Artal (janvier 2016)
d'étapes en découvertes.
Du Vaucluse aux Alpes de Haute-Provence ce mois de janvier.

Les poèmes de Artal... sur Facebook

Ô Provence !

Ô Provence !

L'hiver en avancée approche les beaux jours
descendant le Ventoux ce titan de Provence
libérant en chemin aux âmes une essence
qu'agite encor' dans l'air le Mistral au long coursProvence, Moustiers, poemes, poesie, Artal

La terre des saveurs si fier quand je l'atteste
d'une caresse amée cordiale à son actif
où j'erre réservé combien admiratif
par delà ses velours dans le doux bleu céleste

Cueillons en joie l'olive et l'aura du midi
l'effet d'un clair de lune ou giboulées d'étoiles
se lier aux passions, des peintres et leurs toiles
des roulades d'oiseaux la garrigue en abri

Qu'il est beau mon païs il vaut le mieux du monde
au cœur du troubadour, tant d'amour j'ai pour lui
me plaît son temps radieux de soleil envahi
Fleur de bonne apparence Ô Provence féconde

GH. Artal (Janvier 2016)
d'étapes en découvertes.
Du Vaucluse aux Alpes de Haute-Provence ce mois de janvier.

 Les poèmes de Artal... sur Facebook

08:09 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0)

Les rimes affaiblies

Les rimes affaiblies tombées au froid du marbre
je sortirai les pieds par devant mes espoirs
GH. Artal

Les poèmes de Artal... sur Facebook

08:06 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0)

Le champ funeste

Le champ funeste

J'amasse au souvenir dans l'asile attrayant
les clichés assistants que l'art en vain figure
l'altération du monde et de la créature
se trace l'illusion où l'on vit blasphémant

Le culte accentué de notre intolérance
tout raillant ses débris j'élève un monument
qui traîne ses travers combien amèrement
routinière élégie qu'inspire ton instance

Je végète humblement sous les pieds réfléchis
voir le vers s'appauvrir le souhait sans courage
la rime demeurer si loin de l'avantage
et la plume sans mot sombrer dans le mépris

L'infortune du sort veillant le dernier geste
jusqu'à l'effacement déporté au repos
dans le jardin du peuple enclavé sous l'enclos
à la cendre, livré j'aurai mon champ funeste

GH. Artal (janvier 2016)

Les poèmes de Artal... sur Facebook

De l'Isle à la Sorgue

Isle sur la Sorgue,René Char, Poeme, poesie, ArtalDe l'Isle à la Sorgue

Oasis du berceau où l'entour est parure
qu'abreuvent les Sorgues en terre de l'Islois
cette affusion du cours à peine si je l'ois
qui souffle dans son lit une élégie obscure

Je reconnais l'accent des chants de l'infini
ribiero provençale à l'âme aventurière
vers toi va ma pensée par travers la prière
et m'en vais te chanter Ô toi Font du païs

GH. Artal (janvier 2016)

Les poèmes de Artal... sur Facebook

07:56 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0)

08/01/2016

La rupture

La rupture

M'en vais vivre le rêve au lointain je le veux
voulant abandonner toute l'aigreur des choses
l'acre désillusion, la spinule des roses
Alors qu'à l'horizon tout se fait généreux

Observe le désert de l'attache pesante
juste là c'est la paix et le ciel communiants
la liberté nouvelle aux périples constants
il traîne le soleil sur mon âme brûlante

L'espoir est éternel, la persistance jure
son ombre me poursuit de renaître en son cours
jusque là mesurer l'étreinte du parcours
que drape l'apparat sous l'arche qui l'azure

Et je pense à ce jour de sublime éclosion
blancheur de délivrance où l'organe se vide
de la joute stérile au pouvoir d'un acide
nécrosé du présent, je prends la décision.

GH. Artal (janvier 2016)

Les poèmes de Artal... sur Facebook

17:23 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : rupture, poeme, poesie, artal

Communion d'une fin d'année

Communion d'une fin d'année

Mes yeux aux tiens liés nos regards se heurter
sans oser affronter les restants de mémoire
de ces temps d'innocence au semblant dérisoire
à l'émotion nouvelle, apprécions l'exploiter

Nos vingt ans effleurés là où l'amour festonne
aux deux cœurs amoureux la sublime passion
tout est si loin déjà toujours en floraison
toi la grâce si frêle à l'attrait qui rayonne.

Tu es cette âme aimée en l'éden de mon nom
que tu portes depuis à l’hôtel de l'offrande
où parée pour le miel de lune et de lavande
j'ai butiné en toi un pollen de renom

Bel astre d'une vie en florissante nue
sereine de blancheur où ma pensée s'étend
je fête l'aventure et la vierge en dépend
elle est de l'univers ma vestale apparue

GH. Artal (décembre 2015)

Les poèmes de Artal... sur Facebook

17:22 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : communion, poeme, poesie, artal

Exaltation

Exaltation
Le poète s'éveille et germe l’œuvre
où touchant à l'image délicate
tout grandit en elle
passion frémissante
la plume manœuvre
c'est un moment d'ivresse.

GH. Artal

Les poèmes de Artal... sur Facebook

17:20 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : exaltation, poeme, poesie, artal

Tempêtes 2015

Tempêtes 2015

Ô mer qui creuse vagues
et déferle à tout va
le temps sur mon vaisseau a craché son passage
en mille vilains coups à son mal j'ai puisé
quand bien de cette épreuve me faut encor' chanter
Ô mer creuse plus fort, moi je ne te crains pas.

GH. Artal

Les poèmes de Artal... sur Facebook

17:17 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tempête, 2015, poeme, poesie, artal