Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

13/04/2017

Se meurt un tragédien

Se meurt un tragédien
 
Vous serez mes porteurs a-t-il dit à ses frères
je ne veux plus rêver suis au bout du rameau
tout en moi fataliste espoir du jour nouveau
mon âme négociant ses levées mortifères ;
 
Voyage au clair olympe, ah verrai-je son champ
que caressent la brume et l'infini silence
ramures des lilas, les fleurs à l'affluence
de l'arrivée prévue voir fleuri le saint camp ;
 
Je n'ai de destinée que, de grâce incertaine
l'inertie de la chambre en un étroit écrin
à me voir chaque soir enchâsser le déclin
la vision ressassée d'une ampleur souveraine.
 
Je m'écoute me plaindre au destin qui est mien
tant de fois composé, le façonner encore
puis jaillir dans les cieux en ce ciel que j'ignore ;
dans son intime effroi, se meurt un tragédien.
 

04/04/2009

Sur les brisées de mes vers

Sur les brisées de mes vers


Ô mère entend ces plaintes du familier plein d’ombres
Esclave de ce monde qu’entache l’amertume
Couronné de reflets, de granit et décombres
La lèvre belliqueuse pétillante d’écume

Un ingrat déplaisant paon dans sa stature
De ravir à la plume sa lumière et l’écrin
Jugeant les infinis de la haute envergure
Alors qu’il n’est que niais en son étroit destin

Déplorables instants au mars de mon printemps
Tout est artificiel, et mon vers et ton sceptre
J’extirpe la merveille, tu potines le temps
L’œuvre est une expérience, le ragot plus terrestre

Perverse trahison, croule ronde cynique
En dernière virée au chant de mon bourreau
Sur l’échafaud d’intrigues la lyre famélique
Vint enfin s’attabler déguster le rondeau

Artal (Istres, le 02 Avril 2009)

  Les poèmes de Artal..