Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

19/11/2010

A Jacqueline, Marie-Claude et Cathy

A Jacqueline, Marie-Claude et Cathy

Trois cousines fixées au pourtour de l’étang
Du monde oriental telle la Magdeleine
Sont venues enflammer et le cœur et le sang
D’un aède exalté éloigné de sa reine.

Délectable soirée au style soutenu
Couronnant le répit où flashantes hôtesses
Glissèrent aux fastes et détails du menu
Belles âmes férues des intrigues de fesses

Nous fourrions le nez dessous les volets clos
Des nymphes affranchies en concert à la lune
De nos rires pervers émergeaient les échos
Les seins de la voisine et le train de chacune

Nanties de leurs brocards et moi bien attelé
Trois cousines givrées des surfaces de Berre
Ont versé tant de mots au poème impliqué
Qu'au théâtre des trois j'ai fini dans la serre.


Artal (Istres, novembre 2010)

 Les poèmes de Artal..

 

20/09/2008

Saint Chamas

Saint Chamas


Mon esprit inspiré au calcaire jauni
Faisant monter vers lui les images en rameaux
Les divines clartés aux couleurs du midi
Se réveille mon cœur sur l’étang et ses eaux
Si l’homme bousculé à servir à foison
Les soirées lui font grâce parcourir le Pertus
J’ouïs vibrer des harpes les drisses créant le son
Aux amarres fécondes les coques des pointus

Lei gènt du Baou fiers exhibent leur Mireille
Leur sainte ivresse d’or la dame de Provence
Au pays de Mistral Sant Chamas fait merveille
Je flirte avec la belle, souveraine présence

La vision de ces baumes enflamme ma faiblesse
Sont mes yeux captivés par la probe mémoire
Epars au front dressé l’habitat sans noblesse
Qui de ces lieux obscurs a fardé le grimoire

Et je musarde aisé où me mène le pas
Si moult jolies placettes garnissent le village
C'est au plan de l'horloge que se fixe l'appas
Vestiges des murailles et saveur du parage

Le Pont sur la Touloubre bâti par les Romains
Un témoin de l'histoire sous le siècle d'Auguste
J'y ai laissé un soir la sueur de mes mains
A caresser la pierre de son arche vétuste

Saint Chamas doux soleil je m'arrime à ton culte
Où la Goule effondrée me conte ses secrets
Quand l'infini du temps de sa couronne occulte
Me fraîchit de son vent se forgent les couplets

Artal (Saint Chamas, le 19 Septembre 2008)

 Les poèmes de Artal..