Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

10/07/2017

Vins sur Caramy - Le Lac

Photo-pantoun

Vins, se lève le jour, le lac et sa magie
du regard désigné l'inaperçu mouvantVins sur Caramy, photopantoun,pantoun,Lac,magie,carpe,étoile,GH.Artal,Artal,Hartalrich,
j'en ai vécu des sauts de la carpe ébaudie                
sur un reflet d'étoile au rapport attachant

22/06/2017

la plaine d'Azaghar

la plaine d'Azaghar

toi qui veux partager mes jours
toi descendante de princesse
je mourrai des becs de vautours
avant d'effruiter ta jeunesse

la branche consume à la flamme
l'oiseau ne s'y posera plus
la brise des montagnes clame
les déserts en sont dépourvus

nous sommes deux astres distants
toi, un éclat dans les mirages
la lune aliène les amants
au rang des légendes des sages

nos baisers n'ont pas fructifié
quand aimer n'est exempt de peine
luttant sous le ciel étoilé
je creuse enterrer ma déveine

GH.Artal ( juin 2017)

Quatre pantouns pour un poème.

Les poèmes de Artal... sur Facebook  
 
To contact me : artal@live.fr
 

 

12/05/2017

A toi

'' A toi '', un exercice au triolet continu octosyllabique

A toi

Ô étoile, combien tu charmes
la ténèbre des heures floues
et le litham de notre drame.
Ô étoile, combien tu charmes
les yeux noyés de cette larme
à ton regard au chanté doux.
Ô étoile, combien tu charmes
la ténèbre des heures floues.

GH. Artal (juillet 06) -

Les poèmes de Artal... sur Facebook  

To contact me : artal@live.fr

21/06/2016

Elle écrit...

Elle écrit...

Elle écrit...je suis triste et voudrais avec lui
au fond de son retrait en deçà le silence
être celle qui dort entre l'âme en présence
et son corps au linceul à jamais enfoui

Elle écrit... toi qui fus le gourmet de mon ère
mon amant tout d'abord les hélas en leur fin
les yeux incandescents tu avais beau béguin
du fait que tout commue tu seras ma poussière

Elle écrit...toi l'étoile exilée de mon teint
obscure destinée où tout l'entour s'abrège
sur le vague assoupi au fil lent du cortège
ton apaisant halo il s'impose et m'étreint

Elle écrit pour finir quelques mots en cadence
caressant ce jourd'hui sa plus noble raison.

A présent sous la pierre aveugle à ma démence
tu erres solitaire atone et sans passion
j'ai perdu la lumière à ma vie un bâillon
mais gardé en mon cœur les fruits de l'existence

GH. Artal (juin 2016)

 

22/11/2008

Un rêve déchu

Un rêve déchu

Ö perle picturale, étoile solitaire
Dans les brumes du monde tu cherches ton destin
Le désordre te pèse, l’esprit crépusculaire
Tu murmures sans voix le travers d’un matin.

Un rêve qui s’effondre le regard enfiévré
Ton sang est là qui bout, tout change de couleur
Princesse sans le sou le diable est couronné
Impure tragédie au détour du malheur.

Les traces indifférentes fuyant la révérence
Semence du dommage en terre de mémoire
La page rejetée confondue au silence
Des sables du désert décapant le grimoire.

Au revers de l'obvers le spectre est un mirage
Est-ce toi qui découle où t'emporte le temps
La redoute sanglote le néant du rivage
Si le clairon résonne, il ne fait le printemps

Le verbe est un reflet du miroir édénique
Pénétrante pensée sans qu’elle soit assouvie
Je parcours ton passage sur l’espace publique
Revivifiant l’image de celle qu'on oublie.

Artal ( Istres, le 21 novembre 2008)

 Les poèmes de Artal..