Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

29/01/2017

L'œuvre

L'œuvre

L'aède n'est plus sûr d'accéder à sa race
bien dure destinée à qui vient forger l'art
le dentellier de l’œuvre en sa divine trace
y sème le belître au sublime rempart

Séculaire pudeur des maîtres des échos
qui composaient leurs vers s'agissant d'habitude
dans l'ordre au compte pieds tout travaillant le beau
mais ce jour qu'en est-il, le bouquet se dénude.

Que le temps court vite où l'harmonie ternit
Le mot bute et sinue à l'ombre ne rien dire
des mains du créateur le trait il se finit
je descends de ma scène, à mon tour de produire

GH.Artal (janv. 2017)

 Les poèmes de Artal... sur Facebook

16/06/2016

Le barde Narcissien (satire)

Le barde Narcissien

Arrivé au front de l'orgueil
bouffi de mon apothéose
au firmament secret j'expose
quel astre suis-je, quel écueil ?

Ancré au phare du paraître
hautain, je comblerai mes jours
l'effort de quelques jeux concours
la gloire inspire à m'apparaître

J'aime tous ceux de mon espèce
artiste, auteur, bas-bleu, lettré
un Être à foison diplômé
pauvre, mais pas de sous-espèce

Suis le meilleur il va de moi
compose, lis et je la vante
ma gloriole culminante
conteur j'oublie le désarroi

Le vers dans l'ophite à sculpter
moi divin carrier , habile
un homme à la beauté gracile
je suis, l'aède du quartier

GH. Artal (juin 2016)

Les poèmes de Artal... sur Facebook

 

15/08/2009

Le poète persévère

Le poète persévère

La caresse qui va et vient voluptuaire
En cortège fleuri vers le fin papier blanc
Où s'enchaîne mêlée la flagrance de l'aire
A l'encre que déverse le rêvasseur peignant

Le désir du matin s'inspirer d'un grand jour
De l'arôme exaltant d'une plante suave
Raviver le brandon de l'étoile en séjour
Que l'instant soit béni il se voue en esclave

Et l'aède fécond et seigneur corvéable
Goûte joie d'un beau cœur se fixant à ses yeux
Il le place en le songe d'une nuit délectable
Transformant par le vers un trésor délicieux

Une forme sacrée d’un équilibre instable
La muse persévère vers ce pôle confus
Que médite le maître érigeant le louable
L’élan de sa raison au propos du rébus

Se trémoussent les âmes sous son albe blason
D'une plume ajustée sachant guérir les maux
Rebondir du néant de la vague abstraction
Se profile un poète des décors en travaux.

Artal (Istres – Août 09)

 Les poèmes de Artal..