Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

21/02/2018

Aux abords de l’Anjou

Aux abords de l’Anjou

Hier j’ai pris la route et sans regret aucun
détourné l’assombri à l’embellie des rimes
voir fleurir la narcisse en terre de palun
et de là composer ses fragrances intimes

Écartant mon entour pour la vigne d’Anjou
délaissant le soleil et toute la Provence

A découvrir prochainement dans un recueil à venir.
Gérard ''Artal'' Hartalrich.
Cersay - Val en Vignes (fév. 2018)

Les poèmes de Artal... sur Facebook  

 

 

 

12/02/2018

Nouvelle-Aquitaine

J’ai souvent dit que j’étais attaché à la Provence où j’ai vécu de bien nombreuses années mais à présent je me sens beaucoup mieux à la campagne en cette région de Nouvelle-Aquitaine. J’apprends à connaître tous les bienfaits de la nature et ce qui fait le charme à la dernière étape de ma vie . La rusticité encore présente en apparence dans les bourgs environnants les cités d’importances, conditionne cette harmonie toujours pénétrante. La vieille pierre, incarnation des temps anciens... je contemple outre les maisons de villages aux chaudes douceurs mais encore les vestiges d’antan comme le Pont de Taizon de style roman du XIII siècle qui traverse la rivière du Thouet, celui médiéval de Preuil enjambant l’Argenton et dans la foulée, j’ai eu l’occasion par la vallée des rois, d’admirer le château et la collégiale de la cité médiévale de Montreuil-Bellay en Maine et Loire. Puis, les nombreux étangs, lacs et cours d’eau, les bassins tels celui d’Hautibus, des écrins de vallées je regarde avec les mots de Du Bellay, les nymphes belles qui hantent tous ces plans aquatiques . Parcours faisant, il me vient à croiser les poètes Joachim Du Bellay, Pierre de Ronsard, le prince poète René d’Anjou, desquels se délivrent à mon profit des inspirations les plus bénéfiques, tout m’abreuvant de leur long passé à la bienheureuse source, suivant mes randonnées longeant les bords de la Loire, m’y rendant par vaux et campagnes. Ces paysages verdoyants à perte de vue que caresse un vent doux et pur où se plaît le poète à farnienter ses impulsions inspiratrices. L’aire agraire m’aura saisi l’esprit, enivré des plans d’Anjou, je rime ce milieu de liberté, cette nature, laquelle si de mon art moi je ne saurais fleurir, c’est elle qui sur ma tombe saura comment s’y prendre.

Gérard ‘’Artal’’ Hartalrich (Cersay le 12 fév. 2018)

Photo GH.Artal

Nouvelle-Aquitaine,Taizon,Preuil,Cersay,Argenton,Montreuil-Bellay,Anjou,GH.Artal,Hartalrich

Les poèmes de Artal... sur Facebook