Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

14/11/2009

Bien à vous Madame,

Bien à vous Madame,

Dans ce bouquet tendu vous trouverez Madame
Outre ces quelques fleurs, mon cœur dans son élan
Des câlins pour douceurs et les pleurs de mon âme
Mes râles douloureux… de n’être votre amant.

Vous fûtes mon empire, en passant le royaume
Vous fûtes mon destin au conte d’aujourd’hui
Dame République, me comble votre baume
Pour combien de rompus, l’esprit enseveli

Entendez-vous ces cris, ceux qui perdent patience
Que tout nous est étrange émouvant et discret
L’épave est trop petite et bien grande présence
Impitoyables mots je ferme le volet

Et je sens la fraîcheur du jardin qui s’esquive
Dans cet immense gouffre où règne la terreur
Et l’amour sans la foi, le fidèle en dérive
Pensez-vous Madame qu’il y croit au bonheur ?

L’absurde temps qui court sur nos brèves durées
Dans ses ciels étoilés le souvenir des nuits
Vertueuses valeurs, elles me semblent échouées
J’ai rêvé l’univers et vécu lourd d’ennuis

Une gerbe de fleurs je vous porte Madame
Au Roi, à l’Empereur au Président placé
Sur la base exploitée , la promesse se pâme
J’ai la gorge qui serre où les lys ont fané

Artal (nov.2009)

 Les poèmes de Artal..

15:17 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : madame, bouquet, amant, baume, esprit, lys