Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

10/06/2018

Les soupirs du silence.

Pour remercier ceux de mes lecteurs transportés par l’acquisition de mes recueils, je leur dépose ce dernier poème.

Les soupirs du silence.

je jouis aisément au débit de mes vers.
sensible à ce qui germe en rimes délectables
absent du temps sonné à l’heure des convers
j’aspire être poète aux règles mesurables

Tout portant ma pensée déliée de l’écrit
dispos pourvoir aux fins d’asservir le poème
en fond d’intimité d’un couchant qui nourrit
les soupirs du silence à ces mots que l’on sème.

Fusion des nuances se forment les accords
la mélodie naissante au bonheur de l’aède
après tant de sanglots, de peines et remords
pour venir m’enivrer certifiant le remède.

L’épreuve a fait ma vie, déboires et dépit
sans perdre le repaire en solitude noire
tout épuisé d’orgueil mais de bon acabit
l’appel à vocation à verni l’écritoire.

Gérard ‘’Artal’’ Hartalrich
Cersay – Val en Vignes juin 2018
Poème protégé

 

Les soupirs du silence,convers,l'écritoire,Hartalrich,GH.Artal,poèmes,poésie,Cersay,Val en Vignes

 

 

 

06/06/2018

Au gré de ma nuit

Au gré de ma nuit

Ambitieuse espérance en mon âme bondée
A l'ondine exaltée j'offre mes illusions
Et la pure Psyché ne cesse inapaisée
Quémander l'unité le produit des visions

Je m'apprête à fumer les senteurs herbacées
D'une nuit résineuse à travers sa touffeur
Au bon gré du calmant de mes graines semées
Là où l'Auster fait front au mystère intérieur

Sans dune mon soleil un songe qui m'assiège
S'envide et se renvide en un filet du temps
Où ne suis qu'instrument d'une muse qui siège
En étoile du ciel qui luit depuis longtemps

Les astres effrénés spéculent despotiques
Étincelants d’orgueil lunules de la star
Je fume un dernier vers au dynaste des piques
Qu'excite la splendeur abreuvée de nectar

Je porte à bout de bras le poids de la contrainte
Parure du pennon l'emprunt au chant sacré
Asservi je fléchis au gouffre de la crainte
Tout bravant mes défauts ne suis qu'un inspiré.

GH. Artal (juin 2012)

de Provence à Cersay - Val en Vignes

 

 

 

 

24/05/2018

Au miroir de ma vie 2

Suite de ‘’ Au miroir de ma vie’’

Fini l'effroi du venin de l’aspic . Après des années à observer le reptile avec attention, il ne m’a jamais motivé pour le moindre quatrain. Je lui ai préféré la nature et les verts paysages à son repère. Je lui ai préféré des hectares de passion à sa langue de vipère

A la distance du rampant qui déchoit

je jouis aisément au débit de mes vers.
sensible à ce qui germe en rimes délectables
absent du temps sonné à l’heure des convers
j’aspire être poète aux règles mesurables.

Gérard ''Artal'' Hartalrich
Cersay - Val en Vignes - mai 2018

A suivre

 

 

 

 

19/05/2018

Pantun N°20

 

poèmes artificiels
dans ce monde d’expression
le rôle des arts partiels
n’ouvre pas vocat
ion


GH. Artal (Cersay - mai 2018)

 

 

 

03/05/2018

moi, émule psychosé

La poésie a-t-elle disparu du panache des Maîtres ?

moi, émule psychosé

Sagacité de l’esprit
j’ai l’âme qui fermente
elle met bas mille chimères
et moi, trois rimes éphémères.

C’est le temps des vers insolites
après de vains efforts
l’ouïe les singularise illicites
et moi, je crée l’inconfort

Apollon, Dieu de la poésie
courant dans une fuite définie
conquérir la couronne au sommet
et moi, émule psychosé
contemporain confondu
je tombe de mon art.
La plume décousue
n’est plus ce qu’elle était.

Gérard ‘Artal’ Hartalrich (Cersay, mai 2018)

Les poèmes de Artal... sur Facebook  

 

 

06/04/2018

La Nouvelle République

Le quotidien des Deux-Sèvres ‘La Nouvelle République’ ce jour du 06 avril 2018 m’a offert un bien bel article dans sa page 26.
Je remercie l’ensemble de la rédaction ainsi que son correspondant local en la personne de Monsieur Jean Sémion.

La Nouvelle Republique,Val en Vignes,Cersay,journal,Artal,Hartalrich

 Les poèmes de Artal... sur Facebook  

 

 

28/03/2018

La cloche - Saint-Hilaire de Cersay

La cloche - Saint-Hilaire de Cersay
 
On la souffre parfois d’une nuit sans sommeil
la cloche du village avec suite sans trêve
de l’heure à sa demie et celle du réveil
le visage hérissé fait l’homme qui se lève
 
Tout réservant mon âme à l’intendant du lieu
va que fondent les sons l’angélus se parsème
 
Tiré d'un poème à découvrir prochainement dans un recueil à paraître.

Gérard ‘Artal’ Hartalrich (mars 2018)

 

23/03/2018

Vers d'Ouest - Cersay - Val en Vignes - Nouvelle Aquitaine

Bonjour...Accepté par l’éditeur, mon prochain recueil '' VERS d'OUEST" pour bientôt en lecture.

Vers d'Ouest - Cersay, Val en Vignes,Nouvelle Aquitaine

 

 

19/03/2018

Buccines de la mort

Gardons en nos mémoires l'épouvantement de l'enfer.
Ce 19 mars, jour de commémoration

Buccines de la mort

Ami si tu entends le glas des mauvais jours
Sonner dans la brumaille et si ta vue se couvre
De nos aînés qui pleurent sous le vol des vautours
Au dessus de leur chair à déchoir sous un rouvre

Ami fais leur silence ils fixent les étoiles
Fouillant dans la brillance un mouvement du fruit
De l’amour d’un enfant trépas pour du gas-oil
Dans les sables rougis du sang de leurs petits

L’espace aux solitudes des opaques tombeaux
Qu’ici gît un prénom, un corps qui porte nom
Ils avaient un visage et c’étaient les plus beaux
Reposent ces vertus, les cendres du brandon.

Là, au champ de la paix leurs âmes confondues
Ces fleurs de notre histoire voyageurs du passé
Toutes races de cause, si jeunes dépourvus
Ô claveaux d’effusions, les avez-vous priées ?

Soyez hommes d’accords, des enfants de la terre
Qu’importe la couleur le sang est bien égal
Ami si tu entends ces buccines de guerre
De leurs faisceaux d’aubert, dénies finir au bal.

Gérard 'Artal' Hartalrich
(Cersay . Val-en-Vignes)

Cersay monument.JPG

Pour mémoire, mes poèmes sont toujours protégés

 

17/03/2018

En neuvaine dernière

En neuvaine dernière
 
Il se fait protecteur ce milieu qui m’enchante
en cet instant, champ nu vague comme un néant
d’un abîme herbifère en prairie accueillante
ailée fascination loin d’un nul abrasant
 
Convoitise du lieu je vis la récurrence
les printemps s’attellent au regard de l’acteur

Gérard ‘Artal’ Hartalrich

13/03/2018

Saison printanière

Saison printanière
 
Fin d’hiver et de froid, les neiges de ce mois
la campagne blanchie sous les pâles feuillages
s’exhibent au levant les oiseaux hors du bois
et les esprits sanguins de ne plus être sages
 
Tout de jaune vêtue ravie prendre bon temps
au jardin qui s’éveille avec ses attirances
 
A découvrir prochainement dans un recueil à paraître.
Gérard ''Artal'' Hartalrich.

08/03/2018

Aparté tumulaire

Aparté tumulaire
 
Sanctuaire dédié à mes verves sacrées
dont tu prises l’étreinte, apaise mon répit
gisant en ce tombeau mes extases cloîtrées
ne suis plus que fumée, astrale et sans esprit
 
si lourd de mes tourments le décor contristant
il n’est plus de parfum celui de mon aimée
celle qui m’interpelle au chagrin larmoyant
blême comme un linceul à raison destinée
 
je le vois d’ici bas tout ce qui te revêt
fruit d’une inspiration tu m’as confié sans trêve
ton cœur à l’agonie ce jour au grand regret
endiguer ta détresse et de signer le rêve
 
sois du rayon de vie je serais ton absent
célébrons nos années portées à l’échéance
sur ce curieux chemin qui mène au firmament
mon âme émerveillée quoique peu en avance
 

04/03/2018

Confidence

Confidence
allègres fureurs
mes pulsions font de l’art

Gérard 'Artal' Hartalrich  - Cersay 03/2018

Confidence,Cersay,GH.Artal,Hartalrich,poème,poésie,

Les poèmes de Artal... sur Facebook  

 

 

 

28/02/2018

Revue Pantouns N° 21

Le vingt-et-unième numéro de la revue Pantouns est apparu ce jour. L'imagination créatrice bien présente et je remercie toute l'équipe rédactrice ainsi que les contributeurs pour cette qualité de composition.
Vous trouverez en pages 21 et 41 le contenu pour ce qui me concerne .

21/02/2018

Aux abords de l’Anjou

Aux abords de l’Anjou

Hier j’ai pris la route et sans regret aucun
détourné l’assombri à l’embellie des rimes
voir fleurir le narcisse en terre de palun
et de là composer ses fragrances intimes

Écartant mon entour pour la vigne d’Anjou
délaissant le soleil et toute la Provence

A découvrir prochainement dans un recueil à venir.
Gérard ''Artal'' Hartalrich.
Cersay - Val en Vignes (fév. 2018)

Les poèmes de Artal... sur Facebook  

 

 

 

18/02/2018

La plume

La plume

au matin fleuri qui pointe chatoyant
féconde compagne encline au soleil
la chaleur irradiant l’adret d’une butte
au matin fleuri qui pointe chatoyant
l’obstination sereine et l’âme en éveil
active en ses vœux... un poème elle affûte

Gerard ‘’Artal’’ Hartalrich
Cersay (fév.2018)

La plume,soleil,poème,GH.Artal,Hartalrich,Cersay,

Les poèmes de Artal... sur Faceboo

 

 

 

12/02/2018

Nouvelle-Aquitaine

J’ai souvent dit que j’étais attaché à la Provence où j’ai vécu de bien nombreuses années mais à présent je me sens beaucoup mieux à la campagne en cette région de Nouvelle-Aquitaine. J’apprends à connaître tous les bienfaits de la nature et ce qui fait le charme à la dernière étape de ma vie . La rusticité encore présente en apparence dans les bourgs environnants les cités d’importances, conditionne cette harmonie toujours pénétrante. La vieille pierre, incarnation des temps anciens... je contemple outre les maisons de villages aux chaudes douceurs mais encore les vestiges d’antan comme le Pont de Taizon de style roman du XIII siècle qui traverse la rivière du Thouet, celui médiéval de Preuil enjambant l’Argenton et dans la foulée, j’ai eu l’occasion par la vallée des rois, d’admirer le château et la collégiale de la cité médiévale de Montreuil-Bellay en Maine et Loire. Puis, les nombreux étangs, lacs et cours d’eau, les bassins tels celui d’Hautibus, des écrins de vallées je regarde avec les mots de Du Bellay, les nymphes belles qui hantent tous ces plans aquatiques . Parcours faisant, il me vient à croiser les poètes Joachim Du Bellay, Pierre de Ronsard, le prince poète René d’Anjou, desquels se délivrent à mon profit des inspirations les plus bénéfiques, tout m’abreuvant de leur long passé à la bienheureuse source, suivant mes randonnées longeant les bords de la Loire, m’y rendant par vaux et campagnes. Ces paysages verdoyants à perte de vue que caresse un vent doux et pur où se plaît le poète à farnienter ses impulsions inspiratrices. L’aire agraire m’aura saisi l’esprit, enivré des plans d’Anjou, je rime ce milieu de liberté, cette nature, laquelle si de mon art moi je ne saurais fleurir, c’est elle qui sur ma tombe saura comment s’y prendre.

Gérard ‘’Artal’’ Hartalrich (Cersay le 12 fév. 2018)

Photo GH.Artal

Nouvelle-Aquitaine,Taizon,Preuil,Cersay,Argenton,Montreuil-Bellay,Anjou,GH.Artal,Hartalrich

Les poèmes de Artal... sur Facebook  

 

 

 

 

09/02/2018

J’ai honte

J’ai honte

Quand vient le matin blanc sur les grands horizons
voir les flocons charger la feuillaison revêche
froide perturbation , seule âme aux environs
sous la voûte lactée un solitaire en prêche

Exhorter le champ clos il s’en accordait tant
flattant par le discours en ce milieu agraire

A découvrir prochainement dans un recueil à venir.
Un acheminement additionnel contadin et confus.
Gérard ''Artal'' Hartalrich. (Cersay - Fév.2018)

Les poèmes de Artal... sur Facebook  

 

 

 

07/02/2018

La neige à Cersay

La neige transfigure Cersay lui portant une auréole lactée de sérénité.
Gerard ''Artal'' Hartalrich

Cersay-Val en Vignes (07/fév. 2018)
Photo Chris

La neige,Cersay,auréole,lactée,sérénité,GH.Artal,Hartalrich

Les poèmes de Artal... sur Facebook  

 

 

 

 

14/01/2018

L’abstraction

L’abstraction

Éterniser la rime aux partages d’un sort
appliqué à la tache en mes encres nocturnes
courbé sur l’écritoire alors que tout se dort
je n’écris que récits, tenus de courses diurnes

Si je traîne l’arpent en cette fin de vie
composant la beauté verdoyante des aires
parfumé de ces lieux respirant l’accalmie
à l’étang de l’abbé je noierai mes calvaires

Flâneur des vastes fonds tu traînes l’affliction
que me dit un pasteur sorti de son asile
les prés sont une issue à qui court l’abstraction
ici l’espoir est vert et l’éclosion fertile

Mumia veille mon sort, il est de bon conseil
que je sème en réponse à notre fort brave homme
et qu’à ma pauvre cause il m’a mis à l’éveil
du foyer d’un brandon, faut s’évader en somme

De vivre à la campagne éloigné du typhon
aux vilaines pensées ici est mon refuge
adieu vaillant berger je vais la distraction
bien ferré à ma plume en amant lucifuge.

Gérard ‘’Artal’’ Hartalrich
Cersay – Val en Vignes (Jan.2018)

Les poèmes de Artal... sur Facebook  

 To contact me : artal@live.fr