Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

20/02/2011

Au fil d'une blessure

Photo_G-.jpgAu fil d'une blessure

Mon histoire gravée où j'ai vécu les peines
Et celles de mes joies lorsque j'étais gamin
Moi qui l'âme perdue, la fibre des déveines
Mon règne confondu dans l'éternel destin.

L'ache me fut contée qu'alors ivre d'envies
Au bedon concepteur je n'étais qu'importun
M'attelant dans l'obscur de ces eaux inouïes
Solennelle blessure aux affres du tribun

Sous le regard d'Alger et ses parfums de roses
Quand j'ai donné le pas dans l'orbe d'un hasard
L'affluence ravie ouvrait des yeux grandioses
Elle avait resplendi caressant le moutard

Il est cœur le niston surgissant des abîmes
Dans la cour défraîchie, aride souvenir
Source de mes émois je te livre en ces rimes
Les cendres façonnées qui auront su vieillir.

Artal février 2011

 Les poèmes de Artal..

22/11/2008

Un rêve déchu

Un rêve déchu

Ö perle picturale, étoile solitaire
Dans les brumes du monde tu cherches ton destin
Le désordre te pèse, l’esprit crépusculaire
Tu murmures sans voix le travers d’un matin.

Un rêve qui s’effondre le regard enfiévré
Ton sang est là qui bout, tout change de couleur
Princesse sans le sou le diable est couronné
Impure tragédie au détour du malheur.

Les traces indifférentes fuyant la révérence
Semence du dommage en terre de mémoire
La page rejetée confondue au silence
Des sables du désert décapant le grimoire.

Au revers de l'obvers le spectre est un mirage
Est-ce toi qui découle où t'emporte le temps
La redoute sanglote le néant du rivage
Si le clairon résonne, il ne fait le printemps

Le verbe est un reflet du miroir édénique
Pénétrante pensée sans qu’elle soit assouvie
Je parcours ton passage sur l’espace publique
Revivifiant l’image de celle qu'on oublie.

Artal ( Istres, le 21 novembre 2008)

 Les poèmes de Artal..

 

08/06/2008

Bruire au temps

Bruire au temps


L'envoyé du destin m'exhibe l'évidence
La missive est parfaite se délit l'accourci
Si le temps a sa fin j'ai le vers en présence
Me manque son audience je dois vivre l'ennui.

S'il n'y a plus de toi, se désistent mes envies
Alors fermant les yeux j'entrevois l'existence
D'une âme au cœur hurlant aux étoiles réunies
Maîtresse de ces lieux tu es ma Providence

Des échos de mes rimes se déverse tant d'ombre
Aspecte le latent dans leurs sources fécondes
Ma plume est toute à toi à même les coins sombres
Je t'ai toujours aimé malgré les Ris des ondes

Ah ! belle et bien élue je me perds dans les nues
Il n'est que toi qui règne au point te sacrifier
Mettant un sceau d'honneur à mes sentes perdues
A mon but infernal de tout vouloir semer.

Comment chasser l'orgueil expulser la passion
Renaître en assombri pour calmer l'engouement
Et cesser de combattre les épreuves en moisson
Je poursuis ma chérie, l'heure a sonné le temps.

Artal (Bagnols sur Cèze, le 8 Juin 2008)

 Les poèmes de Artal..

25/03/2008

Un rêve à Casa

Un rêve à Casa

A toi, fée de casa j’offre ces quelques fleurs
La splendeur des lilas plus un bouquet de roses
Passe la takchita et assemblons nos cœurs
Dans la soirée de plumes où s’unissent les proses

Conforte ta présence, tes jours et ton destin
Sois délice et sereine je serai ton intime
Tu goûteras mes mots j’ornerai ton jardin
Mon azur sur tes sables, on agréera la rime

Belle au conte de vie, aimée vivant tes jours
Prodigieuse harmonie suggère ton désir
Mon âme est dans ta main nos rêves sont amours
La lune et les étoiles pour nous deux vont fleurir

Je peindrai ton visage, Ô déesse du douar
Ton pays ciel de nuit qu’orne le manuscrit
Tu es toute beauté, questionne le miroir
Reflétant ta noblesse unie à mon esprit.

Je caresse un doux rêve et nos tendres secrets
A la saveur d’un temps lactescente princesse
Aux plaisirs mêlés des charmes et de l’ivresse
De ton corps oasis, je m’abreuve des reflets .

Artal  (mars 2008)

 Les poèmes de Artal..