Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

21/11/2009

Les enfants de la barbarie

 Les enfants de la barbarie

Brouillés dans l’épreuve au jouir du démon
En proie au feu divin s’embrasent les nuages
L’émotion qui s’enlise à la taille d’un juron
L’ardeur impétueuse des univers pas sages

Un rayon inspiré au regard inquiétant
Ne sont pas illusions les sensations perçues
Les symboles amers de ces fessées d’antan
Guidées de promesses sur les chairs ingénues

Différents instituts d’imprudentes passions
Du sentiment taré, rejetons les sévices
Qu'un tel en soit le père dans toutes ses raisons
Le défaut est brutal pour l’enfant des supplices

Reformulons la loi sanctionnant le recours
A si basse besogne, aux œuvres vexatoires
En pareille matière, avisons du secours
Fruits de la barbarie synonymes d’exutoires .

Artal (Istres, nov. 2009)

 Les poèmes de Artal..

01/05/2009

Le jardin en friche

Le jardin en friche

Dans un jardin en friche où la fleur est trépas
Se reflètent les âmes des piètres jardiniers
Et je songe souvent aux parfums délicats
De l’amour d’une enfant en courtil des damnés

J’ai perdu ce plaisir à humer l’horizon
Les troubles vifs du rose de son corps insoucieux
Tout est hardi désir dans ce néant rayon
Hélas que reste-il du vieux temps fastueux 

Ah ! ces jours d’entichés, chimérique espérance
Ses jeunes exigences faire bouillir ma boue
Mes démences séniles pour rimes en instance
L’enfant des poètes achevé sur la roue

L’outrage du divin on l’y distingue encore
En cornes d’abondance au souffle mensonger
Ma pensée toujours pleine, lumineux météore
Viendra frapper l’essaim aux lunes du berger

Artal (Istres, avril 09)

 Les poèmes de Artal..

07/03/2009

La Jonquera

La Jonquera


En esclave charmé où j’enchaîne le pas
Nous hissons à la hâte les degrés à l’écart
Oscille son royaume aux divins apparats
Sous la fine dentelle, bien fragile rempart

Mais faut-il que je taise ce désir généreux
L’hétaïre plaisir hors ma rime et raison
La fleur de Catalogne, les élans vers nos jeux
Un flot de corps si verts en la Texan' maison

Ô chimères d’enfer les fruits semblent férus
Sommes ivres comblés, nos Vénus raffinées
Angela plus piquante détroussant les vaincus
A l’amorce probante ses œuvres sont louées

La Jonquera du chaud les louves confinées
Sous le regard languide les âmes en soumission
Des vapeurs de l'ivresse aux essences prisées
Je me veux leur otage, ci est ma confession

Artal (Istres, Février 2009)

 Les poèmes de Artal..