Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

10/04/2015

Le jardin délaissé

Le jardin délaissé

Du vieux jardin d'enfants le chant des oisillons
Bien loin des carrousels de l'éteinte jouvenceLe jardin délaissé,enfant,bruits d'enfant,Artal,poésie,poeme
Éloignés les démons et la jeune éloquence
C'est l'oiseau qui pépie, dépourvu des nistons

Sainte acerbe s'irrite où tout est mis en cage
Le fruit qu'on exila et le cygne d'un plan
La veine d'autrefois la pierre n'est plus banc
Le laurier incliné à son désavantage.

L'effigie de Verlaine et Rimbaud mis à mort
La fontaine asséchée et ses assises veuves
De silence enlacées les troublantes épreuves
Où tout est délabré, qui fait profit du sort ?

Perdition diabolique au gibet de ce monde
L'humain s'est consacré dégrader l'avenir
Au parc ma nostalgie la fleur ne plus cueillir
Ses reflets du passé la pensée vagabonde

L'intégral disparu, la nurse et ses moutards
Eux dépendants des jeux je veux chanter le livre
Et ranimer le lieu, bruits d'enfance poursuivre
Où ces voix excitées feront de beaux gaillards

G. Artal (avril 2015)
Photo Chris.Les poèmes de Artal...

11/08/2014

De Dinet à ma plume

De Dinet à ma plume

Dans l'espace désert grandiose et circulaire
Qui dérive à mes yeux vers tout ce qui convientDinet, désert, enfant, oeuvre, oriental,
Où l'éclat est ancien le joyau légendaire
Le peuple généreux c'est ainsi qu'on le peint

De mes vers je les signe au sable héréditaire
Mes charges de pensées avec les mots du cœur
Mon ardeur est si loin les enfants au contraire
Gratifiés de sagesse sont comblés de bonheur

A la crête du jeu sur le champ de bataille
Se profile la grâce et les chairs au tableau
Qu'il fixait à son aise ombre douce que vaille
A prédire mes mots aux déliés du pinceau

Ô Dinet que j'envie vos œuvres orientales
Ces faisceaux délicieux que l'on vient contempler
En lents tâtonnements des figures centrales
Suprême apaisement, il me faut composer.

Artal (août 2014)

Nasser Eddine Dinet (Beauté des jeunes filles, rires & confidences ) .

 Les poèmes de Artal...

10/08/2014

La charte bafouée

La charte bafouée

S'arroge tous les droits, le sceptre de Satan
Qui baigne impunément dans le sang des enfants

Assassinez l'audace au fil des hurlements
D'aveuglante folie y nourrir l'hécatombe
Perdus dans vos remous aux fielleux fondements
Souvenez-vous du temps de la noire colombe

Qu'on m'explique la loi du plus fort à viser
L'espérance de vie au désir de tuer

Le nuage s'embrase au feu de la vaillance
Mourir les rejetons au souffle des bourrus
Tout couverts d'infamie détruire l'innocence
La charte des nations par les États connus.

Artal (juillet 2014) Gaza,enfant,charte,guerre,Palestine

Les enfants de Gaza
Pour le sang versé de ces enfants, vous savez ma peine et ma honte de savoir les peuples qu'on dit humains, laisser poursuivre ce que la monstruosité a déjà commis.
Artal (juillet 2014)

Photo : Une petite fille palestinienne hurle à l'hôpital al-Shifa après la destruction de la maison familiale de Gaza le 18 juillet 2014

 Les poèmes de Artal...

09:01 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : gaza, enfant, charte

24/07/2014

Gaza - Présent et Prédictions

Gaza - Présent et Prédictions


Mutilations hors nombre éciment les enfants
Sous les yeux des états aux combles élevés
Querelle des confins où sont les défaillants ?

Le baptême du sang l'enfer des justes nés
Sur un air d'épouvante et des flashs du démon
A coup de canons sourds les voilà déchirés

Le piège est refermé sur l'abomination
Pour s'adosser au temps des fureurs animales
Dans ce décor fiévreux de triste animation

J'y vois un digne lieu et des pierres tombales
L'humain baigné de pleurs hissé à l'avachir
Et la rigueur des tirs de bombes en chorales

A la plainte funèbre un serment pour garnir
Le siège horizontal du silencieux transport
Fragile apesanteur la campagne à franchir.

La foi immodérée est l'airain du plus fort
Aspire la faiblesse, austère est la parade
Reprenant ses esprits l'enfant jouera le sort

Artal (juillet 2014)

 Les poèmes de Artal...

09:30 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : gaza, enfant, sort, querelle

23/03/2014

Le jeu de la krouta

jeu, krouta, enfant, Bousaada, Artal, poèmeLe jeu de la krouta

Il me faut feuilleter dans la grâce infantile
Ce qui fait l'adoption résolue du tableau
Tout ici me nourrit sur cette terre asile
Et me lie l’œil fixé au profit du pinceau

Des modèles précieux se bâtit l'espérance
Tout y est bigarré, imbriqué plaisamment
La candeur à surfaire, attester la vaillance
De ces fruits les plus purs au vif assortiment

Ce fut virant un jour par le lieu pittoresque
Deux cœurs sur le pavé dans un élan du jeu
Par le geste assuré de l'émule burlesque
Fleurs de Bousaâda aux gages de l'enjeu

L'image saisissante est la source féconde
Aux émotions du cœur d'un pays envoûtant
Du chevalet sur l'aire en un record de ronde
Le jeu de la krouta fut le plus attachant

Artal (mars 2014)
Tableau de E. Nasreddine Dinet "Le jeu de la krouta"

 Les poèmes de Artal...membre de la Société des poètes français

20/02/2010

Jeux d'enfants

J’en suis arrivé comme un vieux pantin, l’âme combien triste et meurtrie, dans la rédaction de ces périodes d’apprentissages qui se seront gravées dans ma mémoire en souvenirs confus de mon enfance.
De cette époque si lointaine surgissent les images en circuit visuel et la faiblesse de nos immatures forfaits. Je veux parler de ces jeux d’enfants. Je la revoie sa pauvre main tremblante qui s’agitait sur la maigre pitance que je pouvais lui offrir alors que nos esprits aux abîmes des délices, basculaient sur eux-mêmes .
L’ample obscurité est millénaire pour ces univers réservés, des plus niais des divertissements dans les découvertes enfantines.

Nos jeux très désireux satisfaire le gré
La caresse des corps, découvertes fortuites
Nous perdions le repère en festin du doigté
Deux mômes dévoués aux pouvoirs érotiques

Nos jeux mystérieux d’enfants que nous étions
Qu’aveuglent les soupirs, les flammes de l’enfer
Et depuis tout ce temps, des confins d’horizons
Tu es restée muette et moi combien amer

Souviens t-en les frissons, indéfinis bercés
Sur les pentes du ciel où se crée la lumière
Petits d'homme innocents, sublimes satanés
Nous n'étions que mouflets en saison printanière.

Repenser mes hiers sur ton écale nue
Par le cadre des près d'une entachée verdeur
Ne s'oublient tels acquis, captivante ingénue
L'arcane du soulas d'un vieil enfant rêveur.

Artal (Istres, le 19 février 2010)

 Les poèmes de Artal..

21/11/2009

Les enfants de la barbarie

 Les enfants de la barbarie

Brouillés dans l’épreuve au jouir du démon
En proie au feu divin s’embrasent les nuages
L’émotion qui s’enlise à la taille d’un juron
L’ardeur impétueuse des univers pas sages

Un rayon inspiré au regard inquiétant
Ne sont pas illusions les sensations perçues
Les symboles amers de ces fessées d’antan
Guidées de promesses sur les chairs ingénues

Différents instituts d’imprudentes passions
Du sentiment taré, rejetons les sévices
Qu'un tel en soit le père dans toutes ses raisons
Le défaut est brutal pour l’enfant des supplices

Reformulons la loi sanctionnant le recours
A si basse besogne, aux œuvres vexatoires
En pareille matière, avisons du secours
Fruits de la barbarie synonymes d’exutoires .

Artal (Istres, nov. 2009)

 Les poèmes de Artal..