Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

08/03/2013

Esclave d’amour et Lumière des yeux

Esclave d’amour et Lumière des yeux

Si le jour et la nuit se fondent enlacés
Accouplés émanant des racines du monde
Aux élans fructueux des doublets animés
Ces ardeurs à jamais où l'énergie abonde

Les amants sans faillir partagent l'absolu
L’exaltation mêlée que l'étuve transpire esclavedamour.jpg
La portée de la foudre au pouvoir inconnu
Et ce qui colle au cœur ne sachant le décrire

Il est de bon parfum le pur élan fougueux
Au liant du désir le pollen se butine
Esclave de l'amour et lumière des yeux
Où le solaire Éros rend la lèvre câline

La beauté intérieure elle orne les passions
L'artiste la saisit en sa riante toile
De ces jeux enivrants se forment les frissons
Et leur transport secret en pudeur sous le voile

Artal (mars 2013)

Poème inspiré du tableau de E. Nasreddine Dinet
« Esclave d’amour et Lumière des yeux »

14:12 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : esclave, amour, secret

07/03/2009

La Jonquera

La Jonquera


En esclave charmé où j’enchaîne le pas
Nous hissons à la hâte les degrés à l’écart
Oscille son royaume aux divins apparats
Sous la fine dentelle, bien fragile rempart

Mais faut-il que je taise ce désir généreux
L’hétaïre plaisir hors ma rime et raison
La fleur de Catalogne, les élans vers nos jeux
Un flot de corps si verts en la Texan' maison

Ô chimères d’enfer les fruits semblent férus
Sommes ivres comblés, nos Vénus raffinées
Angela plus piquante détroussant les vaincus
A l’amorce probante ses œuvres sont louées

La Jonquera du chaud les louves confinées
Sous le regard languide les âmes en soumission
Des vapeurs de l'ivresse aux essences prisées
Je me veux leur otage, ci est ma confession

Artal (Istres, Février 2009)

 Les poèmes de Artal..

19/07/2008

Tu as perdu

Il tient la gomme de l'absurde et se dit puissant...L'insuportable orgueil qui le caractérise..
Au général Hades-Hamilcar

 

Tu as perdu


Allons pâle vaincu chante et que l’accord soit
Pour apaiser ma rime de ta courbe un dessein
Tandis que ton boulet enrichira mon toit
Toi esclave tu peines et moi je suis serein

Reste au seuil de la porte mirer ton maître temps
Tu n’as que la misère, lui, plaisir et pécune
Et le chapeau bien bas tu stagnes en contretemps
Sur la lèvre ton vers emprunté dans la rune

Toi le rimeur d’espoir sans projet d’avenir
Car le champ t’est ouvert où s’étoilent les cieux
Dans leurs flancs généreux tu glisseras pourrir
Je me busque en extase, moi qui suis déjà vieux

Tes couleurs sont fanées tu regardes nerveux
S’achever le combat, tu as perdu l’amie
Ta nuit descend au pas des amours malheureux
Tu manques de splendeur émouvante élégie

Artal (Bagnols sur Cèze, le 19 Juillet 2008)

 Les poèmes de Artal..