Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

02/08/2017

Pantoun 5

Pantoun

Les pleurs de l'âme sous la voûte
c'est l'esprit qui tombe de haut
de force et de raison, sans doute
l'aveugle a l'appétit du beau

05/07/2017

Pantoun 4

Pantoun 4

Un grondement acide en ordre de bataille
l'esprit sautant aux nues dissèque les pavés
la banderole au vent par un fond de grisaille
dans un élan du cœur engage le procès .

03/04/2017

Evagation d'esprit...

Evagation d'esprit...

Mots amers déjetés le venin en nos seins
l'unité n'est rien d'autre animons nos adeptes
nous, débordant de fiel et beaucoup de nos riens
jalousant le bonheur mais que sont nos préceptes ?

Tu ne vaux pas un vous je tutoie l'infécond
il est là mon gibet, choix de corde sévère
m'aliénant de moi même à toucher le bas-fond
au rythme d'un pataud la fredaine grossière

Mes pulsions du désir, un funeste labeur
du suprême mystère en ce bec promontoire
gratifiant mon éclat au fantasme du cœur
habile de la dextre à gérer l'accessoire.

La plume avaricieuse au produit cadencé
a ce don de livrer en impie assouvie
ce dont je lui ordonne, ouvrage et qualité
nous trompe la raison, là se trouve accomplie.

GH.Artal (avril 2017)

Les poèmes de Artal... sur Facebook

01/11/2010

Un premier de novembre

Un premier de  novembre   

En ce jour des esprits que celui de nos morts
Jour de larmes nourries à toute âme céleste
Tel un écho fleuri, chrysanthème aux décors
Je contemple la vie de celle qui me reste.

Les froides ténèbres sur mon aigre demain
Je suis nom de vigie en la stèle fatale
A l’office du mois  ne serais plus humain
Mais trépas adulé d'une église ancestrale

Rêverie de l'avent mes pas sur le conduit
Je traîne dans l'allée ma raison s'y repose
Un baume qui pallie, mille fleurs au circuit
Ce novembre des saints de prière et de pose

Mystique création qui nous force aux adieux
A tous ceux que l'on aime à mon tour j'agonise
Amertume et douceur aboutir dans les cieux
Voyageur dans le deuil, le temps a la mainmise.

Artal  ( Brignoles, 1er Novembre 2010).

  Les poèmes de Artal..

14/11/2009

Bien à vous Madame,

Bien à vous Madame,

Dans ce bouquet tendu vous trouverez Madame
Outre ces quelques fleurs, mon cœur dans son élan
Des câlins pour douceurs et les pleurs de mon âme
Mes râles douloureux… de n’être votre amant.

Vous fûtes mon empire, en passant le royaume
Vous fûtes mon destin au conte d’aujourd’hui
Dame République, me comble votre baume
Pour combien de rompus, l’esprit enseveli

Entendez-vous ces cris, ceux qui perdent patience
Que tout nous est étrange émouvant et discret
L’épave est trop petite et bien grande présence
Impitoyables mots je ferme le volet

Et je sens la fraîcheur du jardin qui s’esquive
Dans cet immense gouffre où règne la terreur
Et l’amour sans la foi, le fidèle en dérive
Pensez-vous Madame qu’il y croit au bonheur ?

L’absurde temps qui court sur nos brèves durées
Dans ses ciels étoilés le souvenir des nuits
Vertueuses valeurs, elles me semblent échouées
J’ai rêvé l’univers et vécu lourd d’ennuis

Une gerbe de fleurs je vous porte Madame
Au Roi, à l’Empereur au Président placé
Sur la base exploitée , la promesse se pâme
J’ai la gorge qui serre où les lys ont fané

Artal (nov.2009)

 Les poèmes de Artal..

15:17 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : madame, bouquet, amant, baume, esprit, lys

28/11/2008

Poème à Yamina

Poème à Yamina


Devant le voile rose et ses plis vaporeux
Pour la douce Yamina reflètera ma plume
Par mille vers livrés de l’esprit lumineux
Se pâmera d’extase la délicate écume

Me faudra embellir les grâces du langage
Leur donner la beauté d’une étoile du ciel
De celle qui fait naître l’illusion du mirage
Le cœur de poétesse et la douceur du miel

J’embrasse le destin des filles de Balkis
Sœurs au toucher caresse venues nous éblouir
Grisées de songeries et parfums des rakis
Du cours de nos pensées ruisselle le désir

Le jardin du désert en séducteur bien sage
Ivres de nos amours nous offre du jasmin
Séjour des biens heureux la belle sans visage
Dans son ombre le songe se voile de satin

Le palmier sous la dune, sourire de mon pays
Bienfaisante contrée des sables qui bleuissent
Au coucher du soleil repose l’Algérie
Les rochers d’Arafat, les âmes qui fleurissent

Par ces tribus amis je veux conduire ma vie
Mais le destin m’éloigne contre mon intention
Les regrets collent au cœur, reste la poésie
Tous ces vers Yamina réclament ton pardon.

Artal (Istres, le 26 Novembre 2008)

 Les poèmes de Artal..

22/11/2008

Un rêve déchu

Un rêve déchu

Ö perle picturale, étoile solitaire
Dans les brumes du monde tu cherches ton destin
Le désordre te pèse, l’esprit crépusculaire
Tu murmures sans voix le travers d’un matin.

Un rêve qui s’effondre le regard enfiévré
Ton sang est là qui bout, tout change de couleur
Princesse sans le sou le diable est couronné
Impure tragédie au détour du malheur.

Les traces indifférentes fuyant la révérence
Semence du dommage en terre de mémoire
La page rejetée confondue au silence
Des sables du désert décapant le grimoire.

Au revers de l'obvers le spectre est un mirage
Est-ce toi qui découle où t'emporte le temps
La redoute sanglote le néant du rivage
Si le clairon résonne, il ne fait le printemps

Le verbe est un reflet du miroir édénique
Pénétrante pensée sans qu’elle soit assouvie
Je parcours ton passage sur l’espace publique
Revivifiant l’image de celle qu'on oublie.

Artal ( Istres, le 21 novembre 2008)

 Les poèmes de Artal..