Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

13/10/2012

L'exode

L’exode


Il fait bien long depuis l’affliction du départ
En larmes les regards le cœur gros de la mère
Tout le monde est au pont au plus haut du rempart
Le museau de la coque est venu fonder l’ère

Ce fut un nouveau cycle à l’allant de leurs âges
Les derniers mots au vent il souffletait fort bien
Je revois notamment mille autres personnages
Bruissants à la douleur l’oraison du chrétien

Guirlande au désespoir dénuée de ressource
Apeurée au hasard flottant vers son destin
Abandonnant le sol et l’onde de la source
En ce jour finissant brisée sur son chemin

Ma voix retentira sur le fronton des chœurs
Des sages aux regrets bien tristes dans leur âme
Affranchis par la mort en avant des horreurs
Eux qui nous ont fait naître afin vivre le drame

Mon amertume errante égale au souvenir
Embrassant la cité si blanche et consternée
Le mal de mon exode où puis-je l’assouvir
Sinon chanter l’amour aux fleurs de la contrée

Artal (Istres – octobre 2012)

  Les poèmes de Artal...

14:49 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : exode, dépard, larmes, regards

04/10/2009

Mon excessive

Mon excessive

Recevez le serment de mon plus cher amour
Errant sur les contours d’une dame précieuse
Je vis l’heure passée à honorer sa cour
Qui embrasa mon cœur sous la lune fiévreuse

L’impulsion m’a permis de fuir chassant de nous
Ce fruit de notre ombrage à cueillir dans les rimes
Au goût de pulpe amère, accord de certains flous
L’exode de nos corps vers les profonds abîmes

Je souffre mille morts mon sort en est pétri
Moi pourtant si fidèle aux ligues immortelles
Je course vos effets en poète ravi
Ravir vos poésies, magiques…combien belles

Pour quelques iambes vus, sachez je deviens fou
De mes passions victime à fixer les nuances
La chair de nos désirs suspendue par le clou
Des penchants sensuels en grandes clairvoyances

Nous vibrons d’émotion éployant le bonheur
Sur les intimes faits d’une ombre auréolée
Après avoir porté notre rêve au censeur
Dans ce divin séjour, resterez mon aimée

Artal (Istres, octobre 2009)

Merci à l’inspiratrice, la mère du genre humain.

 Les poèmes de Artal..

17:58 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : excessive, impulsion, exode