Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

24/05/2017

Les Salles sur Verdon

Les Salles sur Verdon
 
La région qui m'abreuve aux délicieux bouquets
flux des fleurs de lavande embaumant tout l'espace
divins enchantements dus aux verts des forêts
ô maîtresse Provence ô contrée si vivace

A l'envolée du jour d'un pur éclair de ciel
c'est l'histoire du lac qui fut choix de nos âmes                      Les Salles sur Verdon,verdon,lac,eau,Sallois;énergie,France,Artal,GH.Artal
attristante affliction que connu démentiel
un paisible village au plus gris de ses drames
 
Les Salles sur Verdon le bas privé d'oiseaux
mornes dans les pensées souveraines et pâles
noyées à tout jamais envahies par les eaux
d'où surgit le passé des veillées pastorales
 
Et les feux de leurs maux reconstruits au-delà
aux Sallois repoussés, une citée nouvelle
sortie de l'ombre noire aux roulements des fla
à l'énergie de France, on lui doit la chandelle
 

22/11/2015

La Liberté se meurt

La Liberté se meurt

Les partisans de l'ombre et de l'obscurité
ont pénétré l'enclos du pire et de l’extrême
d'une action effrénée que domine l'emblème
de l'enfer soutenir, voir le mal assigné

Un désir de vengeance en ce soir de novembre
criant les mots sacrés le verbe encor ' vivant
que la sève a taché de pourpre abolissant
l'équilibre prospère au sort qui le démembre

La France mortifiée n'est plus que vains potins
alors qu'au jour d'hier tout était de son règne
l'effondrement s'étend où la terre s'imprègne
du sang de ses enfants aux mains de vils hautains

GH. Artal (novembre 2015)

Les poèmes de Artal... sur Facebook

15/01/2015

Dans les eaux de Phlégéthon.

Dans les eaux de Phlégéthon.

Les fonds de la terreur les avons exploités
Audités angoissants, sinistres, sanguinaires
Au comble des acquêts des ignobles souillés
De projets déroutants aux effusions sectaires

Toujours ces mots puissants projetés à l'oubli
Les uns la liberté condamnée dans ses chaînes
Et autre égalité au sort le plus meurtri
La colombe aliénée se refuse à nos graines

De gloire en clair-obscur les chevaliers croisés
Offrant sur le pavé de leur humeur altière
Tous les sucs substantiels à ces cœurs agités
Courant les feux sacrés et ceux de la lumière

La France saigne encor les eaux de Phlégéthon
Sous les assauts obscurs, passer mon existence
Dans la nef du tourment, vivre la confusion
L'emprise de l'horreur où règne la démence

Là est la forcerie du vieux corps la raison
L'intérêt d'un auguste en ce flot est la foule
A l'assaut de l'estime autour de sa maison
Tout un vague vitreux fait la hideuse houle

G. Artal (janvier 2015)

Les poèmes de Artal...