Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

15/09/2018

souffrance ou pas

Si la créativité ne transmue pas vers l’excellence attendue d’une œuvre, souffrance ou pas, rien ne saurait ouvrir le chemin d’une réussite..
GH.Artal

29/08/2018

La conque de Cersay

Dans mon prochain recueil pour une poésie mystique

La conque de Cersay

Une nuit, inspiré dans mon refuge élu
en bienheureux aède où composant la rime
d’une écriture sainte affinant l’attendu
enrichir de versets le panache sublime

Perçant de mes regards, enthousiaste et rêvant
me détachant de tout aux frais de l’assemblage
j’évoquais un cœur sûr, maternel, apaisant

La suite de ce poème réservée à l'édition...
Gérard ‘’Artal ‘’ Hartalrich
Cersay- Val en Vignes (Août 2018)

Poème protégé
Où l’art se plagie l’œil y découvre le faux
GH.Artal

 

 

25/08/2018

la paysannerie

De contempler la campagne environnante des Deux-Sèvres puis découvrir le mal de ces hommes qui cultivent la terre dans le contexte actuel.

la paysannerie

C'est un soupir au temps dans l'adieu à la terre
où s'agitent les blés que secoue l'illusion
bellissime horizon là où l'homme s'enferre
il paye le geôlage et son fruit de passion

Vouloir nourrir le monde à suer la sentence
tout berçant le sillon dans l’embarras du sort
les bromes l'ont poussé cultiver l’évidence
en brassée de jachère au plus faible rapport

Qu'il était beau cet an de celui de naguère
toutes ses émotions brumeuse âme du fond
le silence est à mal au néant qui le gère
l'écorcer dans l'enfer fait le serf moribond

J'absorbe leurs pensées et sainte solitude
de ceux qu'on a flattés d'un parjure élégant
la paysannerie en sa décrépitude
lui crie ma sympathie et mort à l'achevant

Gérard 'Artal'Hartalrich

Cersay- Val en Vignes - Nouvelle Aquitaine

 Poème protégé

Où l’art se plagie l’œil y découvre le faux
GH.Artal

 https://www.facebook.com/artal.g

 

 

 

19/08/2018

L’auréole d’une rose

L’auréole d’une rose


Une ombre rosacée parfume le silence
étendue dans le champ en ce bas du ménil
où veille le bétail cordé à pénitence
sous l’œil de Notre-Dame et roses du courtil

La suite de ce poème réservée à l'édition...
Gérard ‘’Artal ‘’ Hartalrich
Cersay- Val en Vignes (Août 2018)

 Poème protégé

Où l’art se plagie l’œil y découvre le faux
GH.Artal

1380413_921523611219920_2429632012890953359_n.jpg

 https://www.facebook.com/artal.g

 

11/08/2018

La mort constante

Le vrai, le seul progrès de la civilisation, celui auquel de temps en temps l’homme s’attache, c’est de créer des morts conscientes.
Albert Camus

Je dirais constantes
Le chevalier tourné vers son temple
brame son art au terme du voyage
afin d’atteler ses tenants au comptage.
Suprême angoisse
que tu accroisses
depuis tu me contemples

Gérard 'Artal' Hartalrich

Cersay - Val en Vignes  (août 2018)

 

 

03/08/2018

D'Arc'Houère en Argenton

D'Arc'Houère en Argenton

Projection d’infini d’un beau vert lumineux
sous le toit azuré s’affirme la vallée
magnifique univers absorbé par les yeux
jeux d’air sur le glacis animent ma portée

Méditant isolé voir glisser l’Argenton
du haut de mon rempart, solide carapace
tributaire soumise au monde du canton
la rivière au nom d’or est dame de l’espace

La suite de ce poème réservée à l'édition...
Gérard ‘’Artal ‘’ Hartalrich (juillet 2018)
Argentonnay - Cersay- Val en Vignes
Poème protégé

 

d'arc'houère en argenton,a2rgenton,ouère,poème,gh.artal,hartyalrich,les poèmes de artal

 

 

28/07/2018

Mes recueils

Mes recueils '' Vers d'Ouest'' et autres titres vendus en Librairies indépendantes en Nouvelle Aquitaine par le lien ci-dessous

libraires.pnghttps://www.librairies-nouvelleaquitaine.com/listeliv.php...

 

 

21/07/2018

Ô ciel

Ô ciel ne suis que pâture du temps
besogne de l’esprit
dans la poésie je demeure exilé.

GH. Artal
Cersay- Val en Vignes (juillet 2018)

 

Ô ciel,poésie,GH.Artal,Hartalrich,Cersay,Val en Vignes,poèmes de Artal,

15/07/2018

Nuageuse solitude

Nuageuse solitude
sous le vent qui gémit
la lune cache ses yeux

Gérard 'Artal' Hartalrich

Cersay - Val en Vignes (juillet 2018)

Poème Protégé

nuageuse solitude,vent,lune,gh.artal,hartalrich,cersay,val en vignes,poésie

 

 

13/07/2018

Le parc oriental de Maulévrier

Le parc oriental de Maulévrier

Un espace éminent en l’ère de la vie
l’équilibre du temps au symbole oriental
La Moine fait silence et coule à l’embellie
tout est consolateur en ce parc ancestral

Un tableau japonais lié à la nature
d’un promenoir Edo miroir du paradis
ici tout est kami, le soleil et l’eau pure
du cadre smaragdin à l’univers conquis

La pousse du bambou entre ciel et la terre
l'emblématique pin suprême persistant
prunus, saule et hêtre...végétaux du parterre
un lieu sacralisé, le temple s’y encrant

Fascinante attraction sous le fait d’un génie
Masutā en son art, digne d’admiration
un maître du parfait dans l’étendue régie
Alexandre Marcel merci de votre action

Gerard ‘’Artal’’ Hartalrich

Poème et photo protégés
Photo Chris

Le parc oriental de Maulévrier,Maulévrier,Japonais,Alexandre Marcel,GH.Artal,poèmes de Artal,Hartalrich,Cersay,Val en Vignes,

 

 

05/07/2018

‘’Au miroir de ma vie. 4’’

‘’Au miroir de ma vie 4’’

J’ai la vue sur ma branche, tant de feuilles sont tombées, il en reste si peu. Je n’éprouve aucun repentir où d’aucunes de la ramée ne sauraient entraver cet éveil énergisant sur ces rivages du temps me restant à parcourir. Rassemblant mes forces pour traverser de mon intervalle circulaire jusqu’au repos à l’éternité, mes aveux funèbres détachés de la sphère des impulsions viendront déflorer ces pages innocentes. Je discerne les apparences du réel afin de fixer l’abstraction.
Tout est déjà écrit.
GH.Artal (Cersay – Val en Vignes juillet 2018)

A suivre

 

02/07/2018

‘’ Au miroir de ma vie 3’’

 ‘’ Au miroir de ma vie 3’’

A l’assemblage d'un vers mesuré je confesserai le fond de ma pensée sans refréner mes élans. A chacun de se déployer librement, c'est ce que je m'oblige... au monde présent je suis inadapté. j'ai beau voyager, découvrir la beauté dans mes contemplations, je reste ce libertin nanti-social que certains diront de moi alors que la condition urbanisée a cessé d’attirer mon regard.
Je reste tout de même sensible au conditionnement poétique.
Bonnes vacances à la poésie, la non poésie et l'anti-poésie et à tous ceux qui s'y accordent.
Je vous dis à très bientôt.

GH.Artal (Cersay – Val en Vignes juillet 2018)

 

 

26/06/2018

L’Esculape m’a dit...

L’Esculape m’a dit...
Que Dieu fasse qu’il te reste quelque souffle afin ventiler la nuit éternelle à des années lumière sur toi. Mourir immortel, il est là ton avenir poète.

GH.Artal (Cersay le 24 juin 2018)

 

 

10/06/2018

Les soupirs du silence.

Pour remercier ceux de mes lecteurs transportés par l’acquisition de mes recueils, je leur dépose ce dernier poème.

Les soupirs du silence.

je jouis aisément au débit de mes vers.
sensible à ce qui germe en rimes délectables
absent du temps sonné à l’heure des convers
j’aspire être poète aux règles mesurables

Tout portant ma pensée déliée de l’écrit
dispos pourvoir aux fins d’asservir le poème
en fond d’intimité d’un couchant qui nourrit
les soupirs du silence à ces mots que l’on sème.

Fusion des nuances se forment les accords
la mélodie naissante au bonheur de l’aède
après tant de sanglots, de peines et remords
pour venir m’enivrer certifiant le remède.

L’épreuve a fait ma vie, déboires et dépit
sans perdre le repaire en solitude noire
tout épuisé d’orgueil mais de bon acabit
l’appel à vocation à verni l’écritoire.

Gérard ‘’Artal’’ Hartalrich
Cersay – Val en Vignes juin 2018
Poème protégé

 

Les soupirs du silence,convers,l'écritoire,Hartalrich,GH.Artal,poèmes,poésie,Cersay,Val en Vignes

 

 

 

24/05/2018

Au miroir de ma vie 2

Suite de ‘’ Au miroir de ma vie’’

Fini l'effroi du venin de l’aspic . Après des années à observer le reptile avec attention, il ne m’a jamais motivé pour le moindre quatrain. Je lui ai préféré la nature et les verts paysages à son repère. Je lui ai préféré des hectares de passion à sa langue de vipère

A la distance du rampant qui déchoit

je jouis aisément au débit de mes vers.
sensible à ce qui germe en rimes délectables
absent du temps sonné à l’heure des convers
j’aspire être poète aux règles mesurables.

Gérard ''Artal'' Hartalrich
Cersay - Val en Vignes - mai 2018

A suivre

 

 

 

 

21/05/2018

Promenade poétique

Suite de ‘’ Au miroir de ma vie’’

Promenade poétique

Sur l’herbe verte, là où broute le mouton
il me faut cheminer d’un petit pas occulte
au risque piétiner toute la création
et fouler posément tout ce qui en résulte

 

19/05/2018

Pantun N°20

 

poèmes artificiels
dans ce monde d’expression
le rôle des arts partiels
n’ouvre pas vocat
ion


GH. Artal (Cersay - mai 2018)

 

 

 

12/05/2018

Au miroir de ma vie.

Au miroir de ma vie.

la poésie gère l’organisation de mes loisirs.
De ce temps passé à l’appétence des rimes se dégage toujours un parfum de campagne. J’inhale une influence profonde...inspiratrice. Je prolonge ma détente en bornant mes motivations dans ce terroir champêtre devenu mien où je compose m’attardant à tout ce qui fait le détail. Ici, rien ne trompe mes espoirs, l’esprit musard j’accorde ma plume au chant du rossignol… mon seul ami.

Gérard ‘’Artal’’ Hartalrich

A suivre

 

 

 

03/05/2018

moi, émule psychosé

La poésie a-t-elle disparu du panache des Maîtres ?

moi, émule psychosé

Sagacité de l’esprit
j’ai l’âme qui fermente
elle met bas mille chimères
et moi, trois rimes éphémères.

C’est le temps des vers insolites
après de vains efforts
l’ouïe les singularise illicites
et moi, je crée l’inconfort

Apollon, Dieu de la poésie
courant dans une fuite définie
conquérir la couronne au sommet
et moi, émule psychosé
contemporain confondu
je tombe de mon art.
La plume décousue
n’est plus ce qu’elle était.

Gérard ‘Artal’ Hartalrich (Cersay, mai 2018)

Les poèmes de Artal... sur Facebook  

 

 

14/04/2018

Où l’homme se fait fleur

Où l’homme se fait fleur
 
Vagabonde pensée que je traîne complice
tout rimant mes aveux de l’éclipse contraint
réfraction de l’esprit sensible à l’édifice
je manque de raison par moment on le craint
 
La mort doit me frapper, on réplique à la lettre
du flanc de mon destin j’implore la pitié