Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

08/02/2017

Sonnet d'un mal fichu.

Sonnet d'un mal fichu.

M'indispose la toux, le gosier encombré
gisant dans le néant d'une usante indigence
qui s'acharne et depuis, le virus en présence
en un accroc fatal dans ma geôle a percé

Il est dans mon regard tenu à la contrainte
de féconder son vice en parasite errant
au désir clandestin coriace et pénétrant
me voir traîner ainsi ponctuer la complainte

Brumaille illimitée les maux font l'homme aigri
fixant le flou passer et le temps infini
celui qui dure au mal et qui fait tout se rompre

Je suis le mal fichu en cours d'inhalation
contenant la nuée dans sa lente ascension
l'expectance m'est lasse et se doit s'interrompre.

GH.Artal (fév.2017)

Les poèmes de Artal... sur Facebook

08/10/2014

Prieuré de Carluc

Carluc

Je peins de mes mots mis le bandage du temps
Aiguillé dans la voie où lève l'édifice
Aux siècles d'un Midi à deux mille printemps
Le Mythe de Carluc assorti du calice

Des âmes de la geste aux convers bâtisseurs
Par l'opus attrayant incertum empilage
Des cantiques d'amants et caresses de chœurs
Au sein du prieuré se vit mon avantage

J'erre à la solitude où tout est silencieux
En ce vide transport à la foulée discrète
L’ermitage isolé du soleil religieux
Y réclame son Dieu et la foi de l'ascète

Me voici dans l'allée des vertueux défunts
De ma main nue tenir un fragment de la pierre
Façonnée au repos de feux les corps d'emprunts
En bon ordre gisants sous leurs robes de lierreprieuré,Carluc,gisant,Artal,poème

L'espace sacrilège il aura pris ces lieux
Abandonnés des siens qu'on en juge la place
Qui méritait sans doute autres grâces des cieux
Valeur si appréciée ne perdons pas sa trace.

G. Artal (octobre 2014)