Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

18/06/2017

réflexion

Tout de ma vie m'aura ébloui sauf quelques lumières qui pensaient m'aveugler.
GH.Artal (juni 2017)

Les poèmes de Artal... sur Facebook  
 
To contact me : artal@live.fr
 

 

07/04/2017

Sur un reste d'allant

Sur un reste d'allant
 
De ma longue existence en ses froids courants d'air
mon visage a flétri jusqu'à froisser l'image
de douleurs affecté le corps qui fait son age
au rythme de ses lois du temps se joue l'éclair ;
 
Dois-je me ressaisir ? L'épreuve est exigée
me tirer du frisson de ce cuisant fléau
qui me pourrit l'entrain, alourdit le fardeau
tout pesant sur le sort de mon âme épuisée ;
 
j’aperçois une étoile au dessus l'infini
en compagne assidue, la beauté expansive
à cet œil anémié, la vision fugitive
qui plonge en le sommeil un effort démuni.
 
Évidemment le vœu d'essayer me convaincre
rien n'est encore au fond, passer ce long conduit
sans changer d'apparence oublieux du récit
de l'imagination, l'obsession je dois vaincre ;
 
La démarche m'entraîne à l'action vous conter
ce quelque chose fort tant que la vie courante
est encore effective et non agonisante
l’enchaînement logique il s'éteint en dernier ;
 
Tourné vers les confins, de lumière létale
le spectre se redresse au devant la faucheuse
sur un reste d'allant, la scène lumineuse
met l'ombre du sépulcre hors la boîte fatale .
 
GH.Artal (avril 2017)
 

23/05/2014

Lumière de BouSaâda

BouSaada, lumière, Eden, Orient, Artal, poème, poésieLumière de BouSaâda

L'envergure du jour en amont du soleil
Dans le lit de l'oued qui fuit vers ses errances
Le ciel est sur le sable, un éden sans pareil
La lumière en poursuite apprête les nuances

Tout intrigue et retient, l'effet voue l’agrément
Du merveilleux jardin aux couleurs imprimées
Tendres verts de pastels et faisceaux de l'orient
De leurs charmes divins ont fleuri nos pensées

Fascinants horizons d'un paradis formel
Quintessence en parcours les fresques chatoyantes
Autochtones fieffés aux assauts du réel
Raisonnent sur le fonds et diaphanes variantes

Par travers le carreau deux pensées aux regards
Vers l'astre lumineux avant l'assaut suprême
Aux appels du labeur l'aurore est sans traînards
Le verbe à discrétion en ce jour de carême

Le rocher se fait tendre où la rose est joyau
Tout scintille et flamboie du symbole dunaire
La cité du bonheur en haut lieu d'un plateau
Embrase mon esprit de son éclat solaire.

Artal ( mai 2014)
Poème inspiré par le tableau de E.N Dinet
Femmes à la fenêtre.

 Les poèmes de Artal...

15/01/2010

la Shekina

la Shekina

La lumière bénie de toute sa noblesse
M'anime sur son cours de son chant temporel
Shekina don du ciel , la beauté, la richesse
Escortée du grand sage aux rais de l’éternel.

Elle éblouie ma vie de splendeurs embrasées
En étreintes sans fin jusqu’au seuil de la nuit
Immuables passions, l’afflux de mes pensées
Fuir dans le voyage, courser le temps qui suit.

Je bois les sentiments du bleu ciel qui s’épure
L’éclat de ses couleurs reflétant l’horizon
Tout me fait du bon temps, féminine nature
J’en use et suis gourmand, culte en vénération

Le bas n’est que reflet dans sa ronde divine
Je contemple extasié le fruit hypnotisant
Où de fort bon matin dès l’astre qui domine
La Shekina sublime se pare d’un diamant

Traîne amour sur l’étang, le frisson du silence
L’étrange olivier blanc voilé sous les frimas
Fond d’azur dénudé c’est l’hiver en fréquence
L’harmonie du divin, scrute et tu recevras.

Artal (Istres, janvier 2010)

 Les poèmes de Artal..

13:42 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : shekina, lumière, rais, voyage

21/12/2008

Apparence infertile

 

Apparence infertile


Quand les mots font défaut que s'oublie la beauté
Et ne peuvent charmer les plus troublants appels
Rêves fous qui s’envolent, le souvenir drapé
Se réduit la lumière des sombres vers cruels

Une ombre fugitive en odeur d’abandon
Au soir amer se fond le berger à contraindre
Par l'ïambe déchaîné, satirique oraison
Ô plume de profane ta mort est-elle à craindre ?

J’ose espérer la rime en dernière espérance
La finesse des formes dans son art supérieur
En fertiles brassées inspirées de l'errance
Des poèmes animés au décor enchanteur.

La vie a son conduit, j'empaume les layons
Et l'arcade de vers se courbant plus étroite
Me retrouve captif des bordées d'ambitions
Aux frairies de la vie en mission maladroite

Angoisse généreuse je teste encor ma lyre
Mais que sera demain si l'artère est bornée
Dois-je souffrir la peine et vivre le martyre
Inspiration suprême exhorte ma pensée.

Artal (Brignoles, le 20 Décembre 2008)

 Les poèmes de Artal..