Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

01/05/2009

Le jardin en friche

Le jardin en friche

Dans un jardin en friche où la fleur est trépas
Se reflètent les âmes des piètres jardiniers
Et je songe souvent aux parfums délicats
De l’amour d’une enfant en courtil des damnés

J’ai perdu ce plaisir à humer l’horizon
Les troubles vifs du rose de son corps insoucieux
Tout est hardi désir dans ce néant rayon
Hélas que reste-il du vieux temps fastueux 

Ah ! ces jours d’entichés, chimérique espérance
Ses jeunes exigences faire bouillir ma boue
Mes démences séniles pour rimes en instance
L’enfant des poètes achevé sur la roue

L’outrage du divin on l’y distingue encore
En cornes d’abondance au souffle mensonger
Ma pensée toujours pleine, lumineux météore
Viendra frapper l’essaim aux lunes du berger

Artal (Istres, avril 09)

 Les poèmes de Artal..

Le jardin en friche

Le jardin en friche

Dans un jardin en friche où la fleur est trépas
Se reflètent les âmes des piètres jardiniers
Et je songe souvent aux parfums délicats
De l’amour d’une enfant en courtil des damnés

J’ai perdu ce plaisir à humer l’horizon
Les troubles vifs du rose de son corps insoucieux
Tout est hardi désir dans ce néant rayon
Hélas que reste-il du vieux temps fastueux 

Ah ! ces jours d’entichés, chimérique espérance
Ses jeunes exigences faire bouillir ma boue
Mes démences séniles pour rimes en instance
L’enfant des poètes achevé sur la roue

L’outrage du divin on l’y distingue encore
En cornes d’abondance au souffle mensonger
Ma pensée toujours pleine, lumineux météore
Viendra frapper l’essaim aux lunes du berger

Artal (Istres, avril 09)

 Les poèmes de Artal..

15/03/2008

Merveilleux Poèmes

Merveilleux Poèmes

Pour peindre le mot pesant ou berceur
La rime appliquée ou plutôt cocasse
Faire chanter la plume, son bonheur
Il faut une âme qu’un poète embrasse

Pour composer le merveilleux poème
Qui serait chantonné à la volée
A l’amante, à la fille que l’on aime
Il faut un cœur pur, la douceur encrée

Sous le motus ailé, l’azur plus doux
S’inspire l’ariette au vœu destiné
Un chaudeau d’aise, tisane de houx
Voir le vers complice au pas cadencé

Et sur ces accords aux effets magiques
Ample enluminure le verbe éclot
L’art se veut décent en nobles suppliques
Et ne point grimer la bévue du sot.

Artal (Bagnols sur Ceze, le 10/03/2008)

 Les poèmes de Artal..