Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

26/10/2012

Murmures d’outre-tombe

Murmures d’outre-tombe

Sur le fil de mon âge hôte à présent antique
Je piétine la terre au temps qui m’affaiblit
Le corps à la dérive et l’âme séraphique
Il repose l'espoir là où tout se finit

Si les mots dans la plaie souffrent ma frénésie
Ils sont à mon chevet au sursis d'un pouvoir
Du maître de mes vœux en celui de la vie
Tout-Puissant séducteur d’un esprit au devoir

Ma soif démesurée de tout ce qui m’envoûte
Je charme l’outre-tombe afin ouïr les voix
Qui inspirent la muse égarée sous la voûte
D’un monde ainsi peuplé où je puise à mes choix

Des messages d’amour sur leurs lèvres funèbres
Je les porte au vélin sans cesse en continu
Murmures de trépas exhumés des ténèbres
Je me veux serviteur votre esclave assidu

Le regard détaché vers l’univers sublime
Je veille mes lueurs qui avancent sans bruit
Berçant la voie lactée et tout ce qui l’anime
Me prépare au mystère où va échoir le fruit

A l’approche du soir suivant mon agonie
Vous tendrez une oreille aux appels silencieux
Du couché solitaire en sa tombe garnie
De chastes sentiments à bruisser dans les cieux

Artal (Istres - octobre 2012)

 

  Les poèmes de Artal...

17:53 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : murmure, outre-tombe

25/10/2009

Murmure verslibriste

Murmure verslibriste

Murmure verslibriste, errement de prêtresse
Flânant sur mes songes et travers favoris
Dans ses élans fougueux , la cruelle tendresse
Le silence débat sur l’écueil des maudits

Me sont vos vers précieux, hardiment je l’atteste
Mais que suis-je pour eux ? Un ami complaisant
Dont l’âme est exilée sur un vaisseau modeste
Qui navigue depuis, sur l’éclat du diamant

Par ses clés exaltées, votre muse ensorcelle
En soufflant dans le vent de féeriques mots
Qui montent tout là-haut en haute citadelle
Dans le rempart serein d’une issue des prévôts

Je tremble en sa mémoire au long des courbes ternes
D’un cliché de l’aède en purge du couvert
Et l’esprit tout entier, la rime sous les cernes
En fit l’exploration du produit découvert.

Le verbe s’amplifie, s’excite l’auditoire
Un message est au pré de son heureux désir
La divine pâture ensemence l’histoire
D’un chêne du Midi qui se doit l’éblouir

Traversons le Pont Vieux et puis, à l'ombre, à l'ombre
Les murailles antiques, elles saisiront nos mains
Remplies d'inspiration pour légende en pénombre
Des deux Amis du lieu qui doublent leurs sixains.

Chuchote verlibriste aux lunes infidèles
L’éclipse est pour minuit jusqu’au clair du matin
Sur les tapis de thym de nos aires modèles
Le corps verbeux s’accouple à celui du malin.

Artal ( octobre 2009)

 Les poèmes de Artal..