Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

26/08/2017

Pantoun 11

Pour s'enivrer de larmes
ils chantent aux sanglots
de dire chez les carmes
grisé comme déchaux

01/08/2017

Lavande

Timide prétention pour un subtil destin
en ce décor de rêve aux lavandes si belles
amantes du soleil aux parfums du matin
à l'heure de Provence où bêlent les agnelles
 

27/06/2017

La Garde (A mes amis du Rocher)

La Garde (A mes amis du Rocher)

De souche il faut savoir qu'ils sont aussi de cœur
ces traits de Gardéens, provençaux authentiques
qu'en la foulée du temps ont porté les antiques
des ombrages connus aux mains du bâtisseur
moins ébloui qu'avant ne me veux dénigreur

Une ville animée qu'un joug fixe à l'aisance
tendons un brin d'oreille et nos yeux dilatés
pour ouïr le mistral sur les amants soufflés
vers le rocher d'antan tout couvert de romance
et depuis fasciné, je l'honore à l'alliance

Humble bourg de mon ère au vénérable aspect
d'une bien vieille Garde à l'humble terre acquise
mais depuis a changé, fourmillante est l'assise
ô combien regrettable, indulgence au suspect
réduisant ma présence au culte du respect

La Cité ne mourra elle est bien trop munie
Jean Aicard l'a chantée, D Jacobs de l'aimer
mon cœur à toujours être, au plaisir la rimer
juste action d'un égard la mission accomplie
spirituellement, ce jour je communie

GH.Artal (juin 2017)

Les poèmes de Artal... sur Facebook  
 
To contact me : artal@live.fr

 

 

 

23/04/2017

Marcel Pagnol, La Treille et la Provence (hommage à M.Pagnol)

Marcel Pagnol, La Treille et la Provence (hommage à M.Pagnol)

La montée vers la nue qu'accole la garrigue
tout fixant l'au-delà, la butte et son destin
aux saynètes de Jean et Manon en chemin
venues s'amalgamer à l'évent de l'intrigueMarcel Pagnol,Pagnol,La Treille,Provence,Manon des sources,gloire,poeme,poesie,artal

Plan d'avril du pays criblé d'un fort soleil
en premier ressenti, errante et montagneuse
La Treille est à portée elle éclot généreuse
parfums d'inspiration, j'ai l'esprit en éveil.

Tout me vient par échos, j'écris les résonances
pouvoirs de l'influence en ce coin du plateau
où repose Pagnol créateur du joyau
des romans d'un passé en les bastides blanches ;

Les verres sont levés de consacrer la tâche
et m'attelle à œuvrer, trinquer n'est jamais vain
tant m'inspirent ces dieux, Papet et Ugolin
nos deux démons du lieu qu'au terroir on rattache.

Cultivons l'authentique, éduquons le futur
la pinède odorante et horizons agraires ;
à la Muse Nature, aux roches millénaires
du cœur de nos bosquets, je compose à l'azur.

Ô combien de récits issus de l'écritoire
l'immortel écrivain la fonction magistrale
a donné de la terre en région provençale
qu'en ce fond il s'octroie, un repos à la gloire.

GH.Artal (avril 2017)

Les poèmes de Artal... sur Facebook

26/02/2017

De Céreste à René Char

cereste,rené char,maquis,liberté,alpes,provence,poeme,poésie,artalDe Céreste à René Char

Passé d'un paysage où a traîné le sang
en celui de ce jour barbouillé qui s'écoule
du nébuleux instinct l'ineffable roucoule
sous une ombre discrète au souvenir du rang

Je remonte à jadis tout longeant la venelle
la pierre frémissante, un roc toujours debout
du pilier résistant pour Céreste un atout
le refuge sans mise en sa robe actuelle

Bien triste destinée, on la lui offre ici
l'étoile est sans fortune où silences des hères
ont figé leur haleine aux maquis en jachères
faits champs de liberté pour broutards du pays

Capitaine Alexandre, aède de Provence
hors la vision du lieu Hypnos en grand sommeil
rêvasse l'espérance attestée au soleil
d'un triomphe à ton los chanté en résidence.

GH.Artal (fév.2017)

Les poèmes de Artal... sur Facebook

 

28/06/2016

De Manosque à Giono

De Manosque à Giono

Un estival parcours vers la Haute-Provence
en la fraîcheur du lieu où se cachent les Dieux
Manosque au chant écrit et du Regain précieux
je lui ai accordé mes yeux à l’émergence

Une source sacrée qui coule en la région
une fontaine aux mots un puits de connaissance
que remplit le torrent du saut de l'abondance
à l'encre de Giono bien noire en conception

La cité millénaire étonnante et secrète
que fleurissent témoins de l'antique pavé
vers le centre marquant où le conte est gravé
les grisants farfadets suscitent le poète

J'ai les mots indécis mais de zèle enivrés
c'est un profond soupir sous ce toit qui fascine
en ce matin d'été à l'ombre citadine
de Manosque à Giono mes rythmes inspirés

GH.Artal (juin 2016)

22/05/2016

Glanum

Glanum
 
Aux jardins de Provence ils ressuent les genets
sous l'antique chaleur salivant leurs nuances
au cadre diffusées doucereuses fragrances
dans les segments du temps je prise les effets
 
C'est la pierre d'antan de ces gens des Alpilles
encor'' là ce jourd'hui en les sites majeurs
l'aura d'un oppidum et par suite aux vainqueursglanum,provence,alpilles,poemes,poesie,artal
dessous le tumulus un fatras d'effondrilles
 
J'inhale le passé... sa romanisation
c'est le temple toscan d'époque hellénistique
ou l’abîme à dromos à l'usage aquatique
et maison de Sulla en sa révélation
 
Du champ monumental pétillent ses vestiges
quand jaillit la curie puis une aire à bassin
la brume a mis un terme où l'éclat en chemin
Glanum y fut cité absorbée aux litiges
 

30/03/2016

Abbaye du Thoronet,

 

Abbaye du Thoronet,
 
Par le droit de l'enfeu, il repose en la pierre
froide en ce lieu ailé des frères de la nuit
qu'un seigneur héritier des règles à l'équerre
dans ses murs de pavés il engrène le fruitabbaye du thoronet,abbaye,thoronet,provence,artal,poete,poesie
 
La vision de la paix à l'influx monastique
au rythme du silence occulte perception
un nuage divin caresse le mystique
au vertige éternel l'homme en admiration
 
Le travers du symbole ouvre à la connaissance
du soleil absolu qui se lève à l'orient
et la chaîne d'union en chrétien de croyance
rendra le chant si beau, credo de l'abstinent
 
Noble ardeur à prier, il s'élève au sublime
en la sombre phonie du souffle religieux
amour, contemplation dévotion richissime
soumis à l'attraction de l'entour aux sept lieux
 
Au jardin des pensées tout fleurit sans mesure
par le fleuve du temps et de pure acuité
l'aubade d'une draine œuvrant à la ramure
comme ange dans les cieux pour une éternité
 
Ouvrant les yeux du cœur à la sainte lumière
et le plénier désir de la simple beauté
je me veux pèlerin d'un monde sans frontière
par lui je m'émerveille étrange parité.
 

 

 

20/03/2016

De l'envers à l'avers

 

De l'envers à l'avers
 
C'est l'ombre sur le vers butinant la fragrance
aux heures de dépit du fil d'un nouveau temps
que la glane est amère aux folies du printemps
le poeta minor il manque de substance
 
Célébrez son absence où s'évase l'oubli
il fuit le fond d'abîme à se voir créature
du cliché de l'essaim amant de l'imposture
et grisâtre dupeur celui qu'on pense ami
 
Tout à son intérêt du sociable il abdique
face à l'envers connu au masque tourmenté
que le miroir renvoie en un rêve indompté
sa plume s’engloutit et se coule apathique
 
A l'avers du destin il s'attache aux reflets
et quand tout sera dit en marge du recueil
du pays de Provence en sa terre d'accueil
il écrira son vers au fleuron des versets
 

04/03/2016

Le dérèglement

Le dérèglement

Les bourgeons ont éclos aux confusions des ondes
un hiver de printemps sous les fleurs d'amandiers
la Provence expressive alerte ses halliers
d'un semblant de touffeur, les ivraies moribondes

La bohème lunaire aujourd'hui et toujours
à jamais accolée à notre bonne terre
fort éprise à fleurir le cours de la rivière
tant l'éclaire ses nuits les cycles en concours

Une idylle égarée aux battements des cœurs
dans la belle région qu'il soit dit en passant
les soupirs de janvier font le rêve flottant
du moment d'abandon aux ardentes liqueurs

Un hiver de printemps qui se lie à la flore
nous respectons l'union ne tournons pas la face
tout nous semble si doux la planète et l'espace
mais du dérèglement... déferle la menace.

GH. Artal (03/2016)
d'étapes en découvertes.
En terre provençale.

Les poèmes de Artal... sur Facebook

01/02/2016

Sillans la cascade

Sillans la cascade

Campé dans la verdure et ses couleurs subtiles
qui câlinent l'idylle en effeuillant le ciel
d'un village penché vers son charme réel
où l'homme fait son jeu de ses œuvres utiles

Je fus pris d'un frisson au chemin d'ici-làIMG_4682.JPG
le profond souvenir d'un rural paysage
que depuis lieu public agrément du parage
qu'à travers les saisons le vieux bourg étoila

La Bresque passe là où règne le silence
se dissout au réveil et se jette du haut
d'une apparente larme et finir en le saut
dans la vasque du fond à poussée d'influence

A ma vue enfantine autant d'aise et beauté
La cascade du lieu dans sa brutale averse
m'a offert le décor et le son que déverse
dans le bond de Sillans l'afflux divinisé

GH.Artal (février 2016)
d'étapes en découvertes.
En terre provençale.

Les poèmes de Artal... sur Facebook

25/05/2013

Murmure de Provence

murmure de provence,provence,artal,société des poètes françaisMurmure de Provence

Au charme ensoleillé j’ai vu des jours divins
Et tout plein d’espérance en ai fait mon affaire
Sol sacré de Provence aux reflets souverains
Éperdument épris, ne pourrais m’en soustraire

La magie de l’azur et du bras résolu
Font l’ambition des cœurs à la foi immuable
C’est un pays vaillant et de haute vertu
Les Dieux l’ont caressé puis fait fort agréable.

Du merveilleux joyau en témoins du passé
Fleurissent les secrets, légendes et poèmes
Berçant le bleu murmure et toute la fierté
De nos gens du Midi aux estimes suprêmes ;

Solitaires sentiers du massif provençal
Je vais les yeux luisants la garrigue est en fête
Leur causer de mon temps, de celui idéal
Aux tout-puissants accords d’une rime secrète.

Un mistral transitoire auréole l’éclat
Tout portant les parfums de l’œillet et la rose
Et de ceux citronnés au désir du climat
D’une terre bergère en assise à qui ose.

Artal ...

 Les poèmes de Artal...
Photos : Artal montage photo : Iris Lepinoux

01/10/2010

Pellucide est mon âme

Pellucide est mon âme

Se mire dans le ciel azurin de Provence
A dextre de Mumiah un esprit au pouvoir
De son souffle produit engage à convergence
Le cénacle du Maître à bientôt se pourvoir

Dans l'Olympe de l'art le spectre du félibre
Coiffé de la tiare des papes du quatrain
Orgueilleux et sacré tout comme un ange libre
Rayonnant accueillir son pays riverain

Aux détails de la vie d'une rime ineffable
Ils causèrent d'un rien, du garri marseillais
Aux poèmes muraux et taisson corvéable
Qu'en le sol provençal un verbiage est engrais

Et mon âme transie grelottante et sensible
Essence pellucide au plus haut dans les cieux
Se lyrise aux ardeurs d’un Mistral disponible
Obsédant l’éternel m’héberger de son mieux

La source initiatique où visions sont en nombre
Fut choisie forte au sort d'un bardot sans renom
Mon mystique destin qu’influence son ombre
En bienheureux élu d’une haute maison.

Artal ( Istres, septembre 2010)

 Les poèmes de Artal..

08/08/2009

Trobairitz d'antan

Trobairitz d'antan

Sur le feu de l'hymen, leurs premières amours.
Ils durent être heureux sous la plume royale
Ces appâts aux corolles abritées des détours
Amantes et poétesses en contrée Provençale

Pour s'en être approché, le charmant Miraval
Disparu à jamais sans sa belle Albigeoise
L'aventure est contée de l'amont en aval
Du château de Lombers en couronne sournoise

Maîtresses de ses chants, cantilènes galantes
D'amour et de soucis dans l'effort inutile
L'emblème de l'aisance aux rimes abondantes
Y laissera sa vie, sa flamme volubile.

Moulte dame en Provence, l'insistance à aimer.
La doulce Azalaïs languissante à son tour
Du maître de sa vie des huis de Montpellier
A fait vibrer l'aigrette, des hommes de la cour

Désir, la grande envie où nait le bel espoir
A la fleur de son ombre ira goûter la lèvre
Trobairitz remarquable excitant le miroir
L'expression de l'ardeur au rite de la fièvre.

Poétesses d'antan, je découvre en ce jour
Vos rimes parfumées étancher l'appétence
Du rêveur exalté tel que vous, troubadour
Voici jolies ballades en pays de Provence

Artal (Brignoles – Août 09)

 Les poèmes de Artal..