Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

29/08/2018

La conque de Cersay

Dans mon prochain recueil pour une poésie mystique

La conque de Cersay

Une nuit, inspiré dans mon refuge élu
en bienheureux aède où composant la rime
d’une écriture sainte affinant l’attendu
enrichir de versets le panache sublime

Perçant de mes regards, enthousiaste et rêvant
me détachant de tout aux frais de l’assemblage
j’évoquais un cœur sûr, maternel, apaisant

La suite de ce poème réservée à l'édition...
Gérard ‘’Artal ‘’ Hartalrich
Cersay- Val en Vignes (Août 2018)

Poème protégé
Où l’art se plagie l’œil y découvre le faux
GH.Artal

 

 

25/08/2018

la paysannerie

De contempler la campagne environnante des Deux-Sèvres puis découvrir le mal de ces hommes qui cultivent la terre dans le contexte actuel.

la paysannerie

C'est un soupir au temps dans l'adieu à la terre
où s'agitent les blés que secoue l'illusion
bellissime horizon là où l'homme s'enferre
il paye le geôlage et son fruit de passion

Vouloir nourrir le monde à suer la sentence
tout berçant le sillon dans l’embarras du sort
les bromes l'ont poussé cultiver l’évidence
en brassée de jachère au plus faible rapport

Qu'il était beau cet an de celui de naguère
toutes ses émotions brumeuse âme du fond
le silence est à mal au néant qui le gère
l'écorcer dans l'enfer fait le serf moribond

J'absorbe leurs pensées et sainte solitude
de ceux qu'on a flattés d'un parjure élégant
la paysannerie en sa décrépitude
lui crie ma sympathie et mort à l'achevant

Gérard 'Artal'Hartalrich

Cersay- Val en Vignes - Nouvelle Aquitaine

 Poème protégé

Où l’art se plagie l’œil y découvre le faux
GH.Artal

 https://www.facebook.com/artal.g

 

 

 

11/08/2018

La mort constante

Le vrai, le seul progrès de la civilisation, celui auquel de temps en temps l’homme s’attache, c’est de créer des morts conscientes.
Albert Camus

Je dirais constantes
Le chevalier tourné vers son temple
brame son art au terme du voyage
afin d’atteler ses tenants au comptage.
Suprême angoisse
que tu accroisses
depuis tu me contemples

Gérard 'Artal' Hartalrich

Cersay - Val en Vignes  (août 2018)

 

 

28/07/2018

Mes recueils

Mes recueils '' Vers d'Ouest'' et autres titres vendus en Librairies indépendantes en Nouvelle Aquitaine par le lien ci-dessous

libraires.pnghttps://www.librairies-nouvelleaquitaine.com/listeliv.php...

 

 

21/07/2018

Ô ciel

Ô ciel ne suis que pâture du temps
besogne de l’esprit
dans la poésie je demeure exilé.

GH. Artal
Cersay- Val en Vignes (juillet 2018)

 

Ô ciel,poésie,GH.Artal,Hartalrich,Cersay,Val en Vignes,poèmes de Artal,

15/07/2018

Nuageuse solitude

Nuageuse solitude
sous le vent qui gémit
la lune cache ses yeux

Gérard 'Artal' Hartalrich

Cersay - Val en Vignes (juillet 2018)

Poème Protégé

nuageuse solitude,vent,lune,gh.artal,hartalrich,cersay,val en vignes,poésie

 

 

13/07/2018

Le parc oriental de Maulévrier

Le parc oriental de Maulévrier

Un espace éminent en l’ère de la vie
l’équilibre du temps au symbole oriental
La Moine fait silence et coule à l’embellie
tout est consolateur en ce parc ancestral

Un tableau japonais lié à la nature
d’un promenoir Edo miroir du paradis
ici tout est kami, le soleil et l’eau pure
du cadre smaragdin à l’univers conquis

La pousse du bambou entre ciel et la terre
l'emblématique pin suprême persistant
prunus, saule et hêtre...végétaux du parterre
un lieu sacralisé, le temple s’y encrant

Fascinante attraction sous le fait d’un génie
Masutā en son art, digne d’admiration
un maître du parfait dans l’étendue régie
Alexandre Marcel merci de votre action

Gerard ‘’Artal’’ Hartalrich

Poème et photo protégés
Photo Chris

Le parc oriental de Maulévrier,Maulévrier,Japonais,Alexandre Marcel,GH.Artal,poèmes de Artal,Hartalrich,Cersay,Val en Vignes,

 

 

05/07/2018

‘’Au miroir de ma vie. 4’’

‘’Au miroir de ma vie 4’’

J’ai la vue sur ma branche, tant de feuilles sont tombées, il en reste si peu. Je n’éprouve aucun repentir où d’aucunes de la ramée ne sauraient entraver cet éveil énergisant sur ces rivages du temps me restant à parcourir. Rassemblant mes forces pour traverser de mon intervalle circulaire jusqu’au repos à l’éternité, mes aveux funèbres détachés de la sphère des impulsions viendront déflorer ces pages innocentes. Je discerne les apparences du réel afin de fixer l’abstraction.
Tout est déjà écrit.
GH.Artal (Cersay – Val en Vignes juillet 2018)

A suivre

 

26/06/2018

L’Esculape m’a dit...

L’Esculape m’a dit...
Que Dieu fasse qu’il te reste quelque souffle afin ventiler la nuit éternelle à des années lumière sur toi. Mourir immortel, il est là ton avenir poète.

GH.Artal (Cersay le 24 juin 2018)

 

 

10/06/2018

Les soupirs du silence.

Pour remercier ceux de mes lecteurs transportés par l’acquisition de mes recueils, je leur dépose ce dernier poème.

Les soupirs du silence.

je jouis aisément au débit de mes vers.
sensible à ce qui germe en rimes délectables
absent du temps sonné à l’heure des convers
j’aspire être poète aux règles mesurables

Tout portant ma pensée déliée de l’écrit
dispos pourvoir aux fins d’asservir le poème
en fond d’intimité d’un couchant qui nourrit
les soupirs du silence à ces mots que l’on sème.

Fusion des nuances se forment les accords
la mélodie naissante au bonheur de l’aède
après tant de sanglots, de peines et remords
pour venir m’enivrer certifiant le remède.

L’épreuve a fait ma vie, déboires et dépit
sans perdre le repaire en solitude noire
tout épuisé d’orgueil mais de bon acabit
l’appel à vocation à verni l’écritoire.

Gérard ‘’Artal’’ Hartalrich
Cersay – Val en Vignes juin 2018
Poème protégé

 

Les soupirs du silence,convers,l'écritoire,Hartalrich,GH.Artal,poèmes,poésie,Cersay,Val en Vignes

 

 

 

06/06/2018

Au gré de ma nuit

Au gré de ma nuit

Ambitieuse espérance en mon âme bondée
A l'ondine exaltée j'offre mes illusions
Et la pure Psyché ne cesse inapaisée
Quémander l'unité le produit des visions

Je m'apprête à fumer les senteurs herbacées
D'une nuit résineuse à travers sa touffeur
Au bon gré du calmant de mes graines semées
Là où l'Auster fait front au mystère intérieur

Sans dune mon soleil un songe qui m'assiège
S'envide et se renvide en un filet du temps
Où ne suis qu'instrument d'une muse qui siège
En étoile du ciel qui luit depuis longtemps

Les astres effrénés spéculent despotiques
Étincelants d’orgueil lunules de la star
Je fume un dernier vers au dynaste des piques
Qu'excite la splendeur abreuvée de nectar

Je porte à bout de bras le poids de la contrainte
Parure du pennon l'emprunt au chant sacré
Asservi je fléchis au gouffre de la crainte
Tout bravant mes défauts ne suis qu'un inspiré.

GH. Artal (juin 2012)

de Provence à Cersay - Val en Vignes

 

 

 

 

06/04/2018

La Nouvelle République

Le quotidien des Deux-Sèvres ‘La Nouvelle République’ ce jour du 06 avril 2018 m’a offert un bien bel article dans sa page 26.
Je remercie l’ensemble de la rédaction ainsi que son correspondant local en la personne de Monsieur Jean Sémion.

La Nouvelle Republique,Val en Vignes,Cersay,journal,Artal,Hartalrich

 Les poèmes de Artal... sur Facebook  

 

 

28/03/2018

La cloche - Saint-Hilaire de Cersay

La cloche - Saint-Hilaire de Cersay
 
On la souffre parfois d’une nuit sans sommeil
la cloche du village avec suite sans trêve
de l’heure à sa demie et celle du réveil
le visage hérissé fait l’homme qui se lève
 
Tout réservant mon âme à l’intendant du lieu
va que fondent les sons l’angélus se parsème
 
Tiré d'un poème à découvrir prochainement dans un recueil à paraître.

Gérard ‘Artal’ Hartalrich (mars 2018)

 

23/03/2018

Vers d'Ouest - Cersay - Val en Vignes - Nouvelle Aquitaine

Bonjour...Accepté par l’éditeur, mon prochain recueil '' VERS d'OUEST" pour bientôt en lecture.

Vers d'Ouest - Cersay, Val en Vignes,Nouvelle Aquitaine

 

 

19/03/2018

Buccines de la mort

Gardons en nos mémoires l'épouvantement de l'enfer.
Ce 19 mars, jour de commémoration

Buccines de la mort

Ami si tu entends le glas des mauvais jours
Sonner dans la brumaille et si ta vue se couvre
De nos aînés qui pleurent sous le vol des vautours
Au dessus de leur chair à déchoir sous un rouvre

Ami fais leur silence ils fixent les étoiles
Fouillant dans la brillance un mouvement du fruit
De l’amour d’un enfant trépas pour du gas-oil
Dans les sables rougis du sang de leurs petits

L’espace aux solitudes des opaques tombeaux
Qu’ici gît un prénom, un corps qui porte nom
Ils avaient un visage et c’étaient les plus beaux
Reposent ces vertus, les cendres du brandon.

Là, au champ de la paix leurs âmes confondues
Ces fleurs de notre histoire voyageurs du passé
Toutes races de cause, si jeunes dépourvus
Ô claveaux d’effusions, les avez-vous priées ?

Soyez hommes d’accords, des enfants de la terre
Qu’importe la couleur le sang est bien égal
Ami si tu entends ces buccines de guerre
De leurs faisceaux d’aubert, dénies finir au bal.

Gérard 'Artal' Hartalrich
(Cersay . Val-en-Vignes)

Cersay monument.JPG

Pour mémoire, mes poèmes sont toujours protégés

 

17/03/2018

En neuvaine dernière

En neuvaine dernière
 
Il se fait protecteur ce milieu qui m’enchante
en cet instant, champ nu vague comme un néant
d’un abîme herbifère en prairie accueillante
ailée fascination loin d’un nul abrasant
 
Convoitise du lieu je vis la récurrence
les printemps s’attellent au regard de l’acteur

Gérard ‘Artal’ Hartalrich

13/03/2018

Saison printanière

Saison printanière
 
Fin d’hiver et de froid, les neiges de ce mois
la campagne blanchie sous les pâles feuillages
s’exhibent au levant les oiseaux hors du bois
et les esprits sanguins de ne plus être sages
 
Tout de jaune vêtue ravie prendre bon temps
au jardin qui s’éveille avec ses attirances
 
A découvrir prochainement dans un recueil à paraître.
Gérard ''Artal'' Hartalrich.

08/03/2018

Aparté tumulaire

Aparté tumulaire
 
Sanctuaire dédié à mes verves sacrées
dont tu prises l’étreinte, apaise mon répit
gisant en ce tombeau mes extases cloîtrées
ne suis plus que fumée, astrale et sans esprit
 
si lourd de mes tourments le décor contristant
il n’est plus de parfum celui de mon aimée
celle qui m’interpelle au chagrin larmoyant
blême comme un linceul à raison destinée
 
je le vois d’ici bas tout ce qui te revêt
fruit d’une inspiration tu m’as confié sans trêve
ton cœur à l’agonie ce jour au grand regret
endiguer ta détresse et de signer le rêve
 
sois du rayon de vie je serais ton absent
célébrons nos années portées à l’échéance
sur ce curieux chemin qui mène au firmament
mon âme émerveillée quoique peu en avance
 

21/02/2018

Aux abords de l’Anjou

Aux abords de l’Anjou

Hier j’ai pris la route et sans regret aucun
détourné l’assombri à l’embellie des rimes
voir fleurir le narcisse en terre de palun
et de là composer ses fragrances intimes

Écartant mon entour pour la vigne d’Anjou
délaissant le soleil et toute la Provence

A découvrir prochainement dans un recueil à venir.
Gérard ''Artal'' Hartalrich.
Cersay - Val en Vignes (fév. 2018)

Les poèmes de Artal... sur Facebook  

 

 

 

14/01/2018

L’abstraction

L’abstraction

Éterniser la rime aux partages d’un sort
appliqué à la tache en mes encres nocturnes
courbé sur l’écritoire alors que tout se dort
je n’écris que récits, tenus de courses diurnes

Si je traîne l’arpent en cette fin de vie
composant la beauté verdoyante des aires
parfumé de ces lieux respirant l’accalmie
à l’étang de l’abbé je noierai mes calvaires

Flâneur des vastes fonds tu traînes l’affliction
que me dit un pasteur sorti de son asile
les prés sont une issue à qui court l’abstraction
ici l’espoir est vert et l’éclosion fertile

Mumia veille mon sort, il est de bon conseil
que je sème en réponse à notre fort brave homme
et qu’à ma pauvre cause il m’a mis à l’éveil
du foyer d’un brandon, faut s’évader en somme

De vivre à la campagne éloigné du typhon
aux vilaines pensées ici est mon refuge
adieu vaillant berger je vais la distraction
bien ferré à ma plume en amant lucifuge.

Gérard ‘’Artal’’ Hartalrich
Cersay – Val en Vignes (Jan.2018)

Les poèmes de Artal... sur Facebook  

 To contact me : artal@live.fr